www.classicToulouse.com
classic toulouse
Articles
 
Place aux immortels
Patrice Quélard
Née sous un piano
Mūza Rubackytė
Présentation et dédicace
03/06/2021
La Forêt des Disparus
Olivier Bal
Et si on pouvait tout
recommencer
Robert Webb
La Chasse
Bernard Minier
Richard Wagner et sa
réception en France
Michal Piotr Mrozowicki
La Chapelle des Templiers
Jean Siccardi
Dédicaces - Maestro
Les Grands Interprètes
Que répondez-vous,
Professeur ?
Wanda Koméza
Dédicaces - Solistes
Les Grands Interprètes
A vif
René Manzor
Dédicaces - Grandes Voix
Les Grands Interprètes
Née sous un piano
Mūza Rubackytė
Dans l'ombre du loup
Olivier Merle
Erectus / L'Armée de
Darwin
Xavier Müller
Dédicaces - Volume I
Les Grands Interprètes
Si la bête s'éveille
Frédéric Lepage
Le Rêve d'un autre monde
La Tour de l'espoir
Anne Plichota &
Cendrine Wolf
Que Dieu lui pardonne
Laurent Malot
Les trois crimes de Noël
Christian Jacq
Une seconde avant Noël
Romain Sardou
La Louve cathare
Mireille Calmel
Le mystère de
la Main rouge
Henri Lœvenbruck
Le dernier message
Nicolas Beuglet
Egypte, l'ultime espoir
Christian Jacq
Les Garçons de l'amour
Ghazi Rabihavi
Confessions inachevées
Ye Lingfeng
Babylone / Le Réveil des
Passions
Catherine David et
Françoise Bouron
La Chambre des Dupes
Camille Pascal
Bénie soit Sixtine
Maylis Adhémar
Patagonie
Michèle Teysseyre
Le Fou d'Ariane
Myrielle Marc
Le Code et la Diva
Christian Grenier
Un homme averti ne
vaut rien
Romain Sardou
La Vallée
Bernard Minier
La Cité de Feu
Kate Mosse
Jeanne d'Arc
Pauline de Préval
Et passe le souffle
des dieux
Philippe Séguy
Domenico Scarlatti
Martin Mirabel
L'Affaire Clara Miller
Olivier Bal
Selon Bach
Michel Brun
 

 

Livres/ Le Fou d'Ariane - Myrielle Marc
     

Aventure à fleur d’enfant

La vie fut heureuse et surtout opulente aux Cytises, ce riche domaine appartenant à la dynastie des Lormes-Missiac, notaires de cette contrée rurale depuis des générations. Mais voilà qu’un beau jour, le dernier en date, après l’une de ses rituelles promenades dans la forêt de Font-Manoir, décide de faire marche-arrière. Entendons par là qu’il ne veut plus rien de tout ce qui a manifesté sa splendeur matérielle passée. Plus de meubles, de miroirs, de vêtements luxueux, d’argenterie, de cristaux, tout cela doit être vendu à vil prix. Sa famille continuera de vivre aux Cytises mais dans un dénuement quasiment total.

Nous sommes pendant la Seconde Guerre mondiale, un conflit qui, à vrai dire, n’est pas tout à fait arrivé jusqu’à cet endroit reculé de la Province française. Le dernier des maîtres Lormes-Missiac confine donc les siens à l’écart de la civilisation et surtout du village que les Cytises dominent de toute sa splendeur bientôt passée : Carèges. Grand-père est le pater familias des lieux, bien sûr, un titre que sa femme, Emilie, ne saurait en aucun cas lui disputer. Il y a aussi, dans ce trompeur radeau de la Méduse, sa bru, et cinq petits-enfants. C’est la plus jeune, Véronique, qui est la narratrice de cette odyssée enfantine dans les décombres d’un temps perdu.


O

Au travers de ses yeux et à hauteur de sa perception naissante de la vie, elle nous raconte ces moments durs mais formidablement joyeux avec ses frères et sœurs. Chacun a son devoir vis à vis de la communauté : faire des fagots, aller chercher des bûches, traire la biquette, ramasser des baies et tout ce que la forêt peut offrir à foison, entretenir chichement le feu, porter son petit-déjeuner à Bonne-Maman, etc. Et surtout ne jamais demander d’explications sur la situation. Toute cette nichée grandit et un hangar interdit en fond de domaine va bientôt leur tendre les bras. Pour une découverte, c’est une découverte ! Chacun des adolescents va vivre cela différemment, en particulier Ariane, tellement belle qu’on la dit laide, sauvage et cruelle à la fois, la plus proche du grand-père. Un lourd secret semble dissimulé derrière ses yeux impénétrables.

Avant de nous arriver, ce roman, écrit en 1977, a été repris par son auteur en 1985, puis en 1998 pour finalement connaître la version actuelle en 2010, date à laquelle Myrielle Marc a décidé de ne pas le publier encore. Ainsi travaille cette romancière, se laissant envahir par ses personnages plutôt que de les assujettir d’une main de fer. Le résultat ici est un joli roman sur l’apprentissage de la vie, des relations familiales, roman dans lequel, en creux, on peut facilement décrypter une attaque violente contre le consumérisme. En apparence un livre qui pourrait appartenir à ce que l’on appelait la Bibliothèque verte, sauf que...

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 21 juillet 2020

 

infos
 
 

« Le Fou d’Ariane », roman de Myrielle Marc – XO Editions – 272 pages – 19,90 €

 

 

 

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index