www.classicToulouse.com
classic toulouse
Annonces
 
L'Offrande musicale
1ère édition
26/06 au 07/07/2021
 
Critiques
 
Camon en Musiques
4ème édition
17 au 19/04/2021
Toulouse les Orgues
25ème édition
Concert de la Loge
Benjamin Alard, orgue
18/10/2020
Piano aux Jacobins
41ème édition
David Kadouch
23/09/2020
Piano aux Jacobins
41ème édition
Bertrand Chamayou
09/09/2020
Toulouse les Orgues
25ème édition
Raconte-moi l'orgue
26/08/2020
Toulouse les Orgues
24ème édition
1er au 13/10/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Boris Berezovski
30/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Elisabeth Leonskaja
25/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
David Fray
18/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Nicholas Angelich
17/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Nelson Goerner
12/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Christian Zacharias
Alexandre Kantorow
05 et 06/09/2019
Festival de la Vézère
Madame Butterfly
G. Puccini
10/08/2019
Festival de la Vézère
L'Italienne à Alger
G. Rossini
09/08/2019
Festival Castell Peralada
El Quijote del Plata
26/07/2019
Passe ton Bach d'abord
12ème édition
07, 08 et 09/06/2019
Toulouse les Orgues
Jour de fête
Michel Bouvard
Christophe Coin
12/10/2018
Toulouse les Orgues
L'Amour divin
Le Rapt invisible
03/et 04/10/2018
Piano aux Jacobins
Bertrand Chamayou, piano
Elodie Sicard, danse
19/09/2018
Piano aux Jacobins
Steven Osborne
14/09/2018
Piano aux Jacobins
Alexandre Tharaud
12/09/2018
Piano aux Jacobins
Nicolas Horvath-Moondog
08/09/2018
Piano aux Jacobins
Joseph Moog
06/09/2018
Piano aux Jacobins
Joaquín Achúcarro
05/09/2018
Festival Castell Peralada
Amore
Svetlana Zakharova
13/08/2018
Festival de la Vézère
La Chauve-Souris
Johann Strauss fils
11/08/2018
Festival de la Vézère
L'Enlèvement au Sérail
Wolfgang Amadeus Mozart
10/08/2018
Festival Castell Peralada
Récital Javier Camarena
29/07/2018
Festival Castell Peralada
Récital Jonas Kaufmann
28/07/2018
Festival Castell Peralada
Thaïs, Jules Massenet
27/07/2018
Toulouse d'été
15ème édition
18, 19 et 20/07/2018
Passe ton Bach d'abord
11ème édition
01/06 au 03/06/2018
 

 

Festivals/ Festival Castell Peralada 2018 - Récital Jonas Kaufmann –
28 juillet 2018
     
COUP DE CŒUR

CRITIQUE

Jonas Kaufmann, prestigieux, comme d’habitude

Pour sa troisième apparition au festival de Peralada, le ténor allemand Jonas Kaufmann a rempli l’Auditorium à ras bord. A vrai dire, le fait était couru d’avance tant son seul nom suffit aujourd’hui à faire rêver les mélomanes.

Si l’on peut regretter un accompagnement orchestral vraiment moyen (Orchestre du Real de Madrid sous la direction de Jochen Rieder), on ne peut que tomber à genoux devant la performance artistique de ce ténor devenu légendaire de son vivant.



Jonas Kaufmann - Photo Miquel Gonzalez -

Le programme franco-allemand conjugue Gounod, Bizet, Halévy, Massenet et Wagner. Du répertoire hexagonal choisi ce soir, seul Don José (Carmen) est l’un des titres « signature » de Jonas Kaufmann. Et il faut bien reconnaître que, si l’on excepte Charles Castronovo, nul ne peut l’approcher dans cet air de la Fleur phrasé à la perfection, dans un français irréprochable et une musicalité qui n’a d’égale que la formidable émotion que le ténor fait naître derrière chaque note. Un must dont on ne se lasse pas. Il y a une dizaine d’années, cet artiste comptait aborder Roméo et Juliette à la Fenice de Venise. Ce projet n’aboutit pas et n’eût pas de suite. Aujourd’hui il semblerait périlleux pour ce chanteur, vu son répertoire actuel, de se lancer dans ce rôle. Malgré tout, Ah, lève-toi soleil qui ouvre le programme nous montre combien cet air archi rabâché peut contenir de subtilités en termes de dynamiques et de couleurs. Bien que ne les ayant jamais abordés à la scène, les personnages d’Eleazar (La Juive) et du Cid semblent de nos jours correspondre davantage à l’évolution vocale de ce ténor. Homogénéité des registres, puissance de projection, contrôle du souffle, prosodie, musicalité, couleurs, tout est réuni pour en faire un interprète de référence. Hélas, ce n’est pas dans ses projets… Savourons donc ce désespéré Rachel, quand du Seigneur et ce pathétique Ô Souverain qui nous laissent d’autant plus de regrets…



Jonas Kaufmann - Photo Miquel Gonzalez -

La seconde partie du programme est entièrement consacrée au Magicien de Bayreuth. Jonas Kaufmann est ici totalement dans son répertoire scénique. Tout d’abord Ein Schwert verhiess mir der Vater et ses Wälse hallucinants de longueur, mais on le sait, son Siegmund (La Walkyrie) est un modèle d’intelligence. Suit le Chant de Concours de Walther des Maîtres chanteurs de Nuremberg, d’un lyrisme solaire, enfin l’autre « signature » de cet artiste, Lohengrin et In fernem land murmuré à l’oreille de chaque auditeur. Un moment d’une émotion et d’une grâce infinies. Du très grand art !
Sous des tonnerres d’applaudissements, Jonas Kaufmann revient et nous offre une troisième partie dans laquelle il est Werther (Pourquoi me réveiller), puis à nouveau Siegmund mais avec son Chant du printemps, enfin, en hommage à la fondatrice du festival récemment disparue, Carmen Mateu, ce sera l’un des Wesendonck Lieder : Träume (Rêves).
La soirée s’achève ainsi, sous les étoiles, dans les étoiles, parmi les étoiles. Le bonheur à l’état pur.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 9 août 2018

 

infos
 
Renseignements et réservations :

www.festivalperalada.com
 
 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
 
2020-2021
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index