www.classicToulouse.com
classic toulouse
Articles
 
Les Boréades
J.-Ph. Rameau
Opéra de Dijon
Tannhäuser
R. Wagner
Festival de Bayreuth
Lohengrin
R. Wagner
Festival de Bayreuth
Fidelio
L. van Beethoven
Theater an der Wien
La Belle au bois dormant
P. I. Tchaïkovski
Rudolf Noureev
Scala de Milan
Il Trovatore
G. Verdi
Arènes de Vérone
Lucia di Lammermoor
G. Donizetti
Royal Opera House London
Beethoven, Brahms, Bartók
Orchestre national du
Capitole, Tugan Sokhiev
Vadim Gluzman, violon
Lohengrin
R. Wagner
Opéra de Dresde
Le Pêcheurs de perles
G. Bizet
Metropolitan de New-York
Turandot
G. Puccini
Scala de Milan
New Year's concert 2017
Wiener Philharmoniker
Gustavo Dudamel
Andrea Chénier
U. Giordano
Royal Opera House London
Les petits plaisirs du
Seicento
Les Passions
Orangerie de Rochemontès
La Donna del lago
G. Rossini
Metropolitan de New-York
Macbeth
G. Verdi
Metropolitan de New-York
Maurizio Pollini
De main de maître
La Traviata
G. Verdi
Opéra national de Paris
La Finta Giardiniera
W. A. Mozart
Opéra de Lille
Viva Verdi
The La Scala Concert
Riccardo Chailly
Les Parapluies de
Cherbourg
M. Legrand
Théâtre du Châtelet
Otello
G. Verdi
METde New York
Pavarotti Plus at the
Royal Albert Hall
20th Anniversary Edition
Guillaume Tell
G. Rossini
Festival de Pesaro
La Favorite
G. Donizetti
Théâtre du Capitole
Rigoletto
G. Verdi
MET New York
Les Vêpres siciliennes
G. Verdi
Royal Opera House
Dialogues des Carmélites
F. Poulenc
Théâtre Champs-Elysées
Hippolyte et Aricie
J.-P. Rameau
Opéra de Paris
Natalie Dessay
Michel Legrand
Entre elle et lui
Métamorphose Bach
Axel Arno, Edouard Ferlet
Maurice Salaün
Il trovatore
G. Verdi
Berlin
Maria Stuarda
G. Donizetti
Metropolitan Opera NY
Parsifal
R. Wagner
Metropolitan Opera NY
Le Comte Ory
G. Rossini
Opernhaus Zürich
Eugène Onéguine
P. I. Tchaïkovski
Metropolitan Opera NY
Faust
Ch. Gounod
Metropolitan Opera NY
Sleeping Beauty
P. I. Tchaïkovski
Ballet de Matthew Bourne
 

 

DVD/ Les Boréades - Jean-Philippe Rameau - Opéra de Dijon
     

Une tragédie en musique de Jean-Philippe Rameau
créée en... 1982 !

Des conjectures de tous ordres apparaissent dès que l’on aborde le sujet des Boréades, œuvre ultime de Jean-Philippe Rameau (1683-1764). Tout n’est alors pour les musicologues que points d’interrogation. Est-on vraiment sûr que cette tragédie lyrique soit entrée en répétition un an avant la disparition du musicien ? Pourquoi cet ouvrage a disparu avant d’être joué alors que son compositeur jouissait d’une immense notoriété ? La main de la Pompadour aurait-elle été à l’origine de cette manœuvre funeste ? Le livret est-il bien signé Louis de Cahusac, mort en 1759 ?

Au milieu d’un tel imbroglio, il ne restait plus à ce chef-d’œuvre qu’à jouer un remake de La Belle au Bois Dormant et disparaître des radars pourtant affûtés des archéologues de la musique pendant plus de deux siècles, au chaud aux tréfonds de la Bibliothèque nationale de France. Mais voilà, la passion hexagonale pour célébrer les anniversaires a parfois du bon. Bicentenaire de la mort du compositeur (1964) oblige, la belle endormie va ouvrir un œil pour une interprétation allégée radiophonique. Cela dit c’est tout de même à nos amis anglais que nous devons la première audition intégrale de cet ouvrage. Ce fut très précisément au Queen Elizabeth Hall, sous la direction de John Eliot Gardiner, le 14 avril 1975. L’honneur reste sauf malgré tout car la première représentation scénique se fera au festival d’Aix en Provence en 1982, date donc de la création !

O

A vrai dire et malgré la magnificence de l’œuvre, celle-ci ne s’est malgré tout jamais imposée face aux Indes Galantes, Platée ou encore Castor et Pollux. Et c’est surprenant tant ces Boréades n’ont rien à envier à ces derniers titres. Saluons donc l’initiative de l’Opéra de Dijon, ici en coproduction avec le Komische Oper Berlin, qui présenta l’ouvrage à son public en mars 2019 (captation le 28 mars). Et tant qu’à faire, réunissant pour cette occasion des artistes de grand talent pour fêter l’évènement. Dans la fosse, rien moins que le chœur et l’orchestre du Concert d’Astrée sous la direction d’Emmanuelle Haïm. Cet ensemble n’a pas son pareil pour animer cette fresque aux accents contrastés dans lesquels s’immiscent gavottes, rigaudons et menuets. Et l’on ne s’ennuie pas une seconde au cours des 155 minutes que dure cet opéra.

D’autant que la production en est confiée au metteur en scène australien Barrie Kosky, bien connu pour ses... relectures. Il fallait un certain génie pour mettre en action l’histoire de cette souveraine qui, à l’instar d’une certaine Pénélope, se doit de choisir un mari. Le choix devra se porter sur l’un des deux fils de Borée, le dieu du Vent du Nord. Sauf que voilà la souveraine follement éprise d’un inconnu. Thème classique (évidemment), mais qui, grâce à la multiplication des talents ici réunis, y compris celui du chorégraphe Otto Pichler, prend des allures de thriller parfois d’une rare violence. Faisant bien heureusement l’économie d’une représentation empesée, trop souvent associée à ce répertoire, Barrie Kosky nous livre un spectacle d’une rare modernité de ton. A sa disposition des chanteurs de premier plan. Bien sûr, le couple vedette Hélène Guilmette (Alphise) et Mathias Vidal (Abaris) a tendance à rafler tous les suffrages tant leur interprétation autant vocale que scénique ne peut que convaincre. Mais ce serait faire injure à toute une distribution qui ne compte finalement que de magnifiques interprètes que de ne pas les mettre sur le même pied de contribution à pareille réussite. Il en est ainsi d’Emmanuelle De Negri qui cumule pas moins de quatre rôles dont celui, inénarrable, d’Amour et son carquois bien lourd..., de Christopher Purves, Borée impressionnant d’accents et de violence, d’Edwin Crossley-Mercer, toujours aussi juste (Apollon et Adamas), de Sébastien Droy et Yoann Dubruque, les deux Boréades, sans oublier les six danseurs dont la participation à l’animation générale de l’action est capitale.
Jean-Philippe Rameau est l’objet, depuis quelques années, d’un profond rajeunissement de perception/conception, autant de la part des metteurs en scène que du public, avec des réussites foudroyantes (voir les Indes Galantes toulousaines et parisiennes !!). Un vent nouveau soufflerait-il aussi sur ces Boréades ? Souhaitons-le.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 2 juin 2021


 

infos
 



« Les Boréades », Jean-Philippe Rameau – ERATO – 1 DVD – 22 €

 

 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index