www.classicToulouse.com
classic toulouse
Annonces
 
Grands Interprètes
Il Pomo d'Oro
Maxim Emelyanychev, dir.
Oreste - G. F. Haendel
01/07/2021
Les Arts Renaissants
La Saison 2021-2022
Les Clefs de Saint-Pierre
La Saison 2021-2022
Orchestre nat. du Capitole
La Saison 2021-2022
Grands Interprètes
La Saison 2021-2022
Musique en Dialogue
aux Carmélites
Saison 2021
13/06 au 12/09/2021
 
Critiques
 
Les Arts Renaissants
Ensemble Masques
15/06/2021
Musique en Dialogue
aux Carmélites
Thierry Huillet, piano
Clara Cernat, violon
Daniel Halm, récitant
13/06/2021
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Xavier de Maistre, harpe
12/06/2021
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Victor Julien-Laferrière,
violoncelle
Michel Bouvard, orgue
05/06/2021
Théâtre du Capitole
Matthias Goerne, baryton
Alexander Schmalcz, piano
02/06/2021
Orchestre nat. du Capitole
Josep Pons, direction
29/05/2021
Grands Interprètes
Philippe Jaroussky, chant
Ensemble Artaserse
28/05/2021
Grands Interprètes
David Fray, piano
Renaud Capuçon, violon
25/05/2021
Toulouse Guitare
Carlotta Dalia
Aimé Vu
22/05/2021
La Maîtrise de Toulouse
Mark Opstad, direction
Vidéo
Mars 2021
Orchestre nat. du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Baiba Skride, violon
23/04/2021
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Bertrand Chamayou, piano
Les Franco-russes
01/04/2021
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vadim Gluzman, violon
Les Franco-russes
27/03/2021
Les Franco-russes
Association AÏDA
Quatuor de clarinettes
22/03/2021
Orchestre nat. du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Aylen Pritchin, violon
Les Franco-russes
19/03/2021
Orchestre nat. du Capitole
Kirill Karabits, direction
Les Franco-russes
13/03/2021
Orchestre nat. du Capitole
Thomas Guggeis, direction
06/03/2021
Orchestre nat. du Capitole
Concert huis clos
Leo McFall, direction
David Fray, piano
06/02/2021
Orchestre nat. du Capitole
Concert huis clos
Kahchun Wong, direction
Daniel Lozakovich violon
30/01/2021
Toulouse Guitare
Concert huis clos
Quatuor Eclisses
Virgile Barthe
29/01/2021
Orchestre nat. du Capitole
Concert huis clos
Maxim Emelyanychev, dir.
Adam Laloum, piano
08/01/2021
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Concerts huis clos
18 et 31/12/2020
Orchestre nat. du Capitole
Cornelius Meister, dir.
Nicholas Angelich, piano
05/12/2020
Orchestre nat. du Capitole
Gábor Káli, direction
István Várdai, violoncelle
28/11/2020
Orchestre nat. du Capitole
Concerts huis clos
31/10/2020
14/11/2020
Grands Interprètes
Budapest Festival
Orchestra
Iván Fischer,direction
Alexandre Kantorow,piano
23/10/2020
Orchestre nat. du Capitole
Lio Kuokman, dir. et piano
Kristi Gjezi, violon
Marc Coppey, violoncelle
16/10/2020
Grands Interprètes
Cecilia Bartoli
Les Musiciens du Prince-
Monaco
Gianluca Capuano, dir.
13/10/2020
Orchestre nat. du Capitole
Nil Venditti, direction
Hugo Blacher, trompette
10/10/2020
Les Clefs de Saint-Pierre
Quatuor en héritage
05/10/2020
 
 

 

Concerts / Orchestre national du Capitole - Tugan Sokhiev, direction,
Vadim Gluzman, violon - Les Franco-russes - 27 mars 2021
     
COUP DE CŒUR

CRITIQUE

Incandescent Chostakovitch

Le quatrième concert du festival Les Franco-russes a célébré, ce 27 mars dernier, les retrouvailles entre les membres de l’Orchestre national du Capitole et leur directeur musical et initiateur de ces rencontres culturelles, Tugan Sokhiev. Pour cette manifestation, toujours organisée à huis clos mais largement diffusée sur les réseaux Internet, le chef de la formation symphonique toulousaine a choisi de renouer avec la grande œuvre de Dimitri Chostakovitch, un compositeur avec lequel il a noué des relations organiques et musicales particulièrement intenses.

Deux partitions fortes du compositeur soviétique constituent le programme de cette soirée mémorable à laquelle le signataire de cette chronique a eu la chance de pouvoir assister en « présentiel » : le Concerto pour violon et orchestre n° 2 et la Symphonie n° 5, probablement la plus jouée des quinze opus. Le Concerto bénéficie ce soir-là de la participation du grand violoniste israélien Vadim Gluzman, maître incontesté de ce répertoire et compagnon de route du chef d’orchestre et de la phalange toulousaine. Dédiée au grand David Oïstrakh, cette partition riche et complexe date de 1967. Le compositeur y assume le langage de son temps, sans les contraintes liées aux prescriptions d’un Jdanov, de sinistre mémoire, depuis longtemps disparu.


LTugan Sokhiev et Vadim Gluzman - Photo Patrice Nin -

Dès les premières notes du Moderato, le jeu de Vadim Gluzman témoigne d’une ampleur sonore impressionnante, d’un timbre d’une richesse chaleureuse, d’un phrasé naturel et néanmoins subtil. Il sait en outre intégrer sa déclamation incantatoire dans un tissu orchestral admirablement soutenu par la direction de Tugan Sokhiev qui obtient des pupitres de cordes une incroyable intensité expressive. Le soliste réalise notamment de somptueux duos avec le cor solo, toujours impeccable de timbre et de dynamique, qui multiplie les interventions aussi redoutables que stratégiquement réussies, notamment dans l’émouvant Adagio. Le cri de souffrance que ce mouvement central laisse éclater résonne ici avec une profondeur et une force bouleversantes. Dans le final Allegro, le ton sarcastique, si courant chez Chostakovitch, reprend le dessus après un épisode d’une apparente légèreté. Soulignons l’extraordinaire implication du soliste dans l’exécution des nombreuses et redoutables cadences qui balisent toute l’œuvre. Digne héritier de David Oïstrakh, Vadim Gluzman maintient l’opulence d’un timbre somptueux dans les passages les plus complexes et les plus « polyphoniques » de la partition. Du grand art au service d’une expression profondément ressentie. Les applaudissements des musiciens, à défaut de ceux d’un public tristement absent, saluent légitimement la performance.



Tugan Sokhiev à la tête de l'Orchestre national du Capitole - Photo Patrice Nin -

La Symphonie n°5 de Dimitri Chostakovitch, dont la tension émotionnelle fut perçue avec une acuité exceptionnelle par l’auditoire lors de sa création, le 21 novembre 1937 à Leningrad, en pleine période des purges staliniennes pendant lesquelles l'angoisse collective était à son apogée. Composée à la veille de la grande déflagration mondiale, cette œuvre fut officiellement publiée par Chostakovitch pour se repentir de l'échec de son opéra Lady Macbeth de Msensk, détesté et interdit par Staline ! Sous-titrée « Réponse d'un compositeur à de justes critiques », elle revêt, comme souvent chez ce compositeur une ambigüité qui joue sur les sous-entendus, les détournements expressifs. Les apparents « triomphes » s’avèrent parfois ironiques ou carrément désespérés. A propos de ses symphonies, Chostakovitch a écrit : « La plupart de mes symphonies sont des monuments funéraires. Trop de gens, chez nous, ont péri on ne sait où. Et nul ne sait où ils sont enterrés. Même leurs proches ne le savent pas. Où peut-on leur ériger un monument ? Seule la musique peut le faire. Je leur dédie donc toute ma musique ».
Les musiciens, stimulés par un Tugan Sokhiev aussi précis qu’inspiré, offrent le meilleur d’eux-mêmes. L’ouverture dramatique, par les cordes chauffées à blanc, du Moderato initial donne le vertige. L’angoisse étreint l’auditeur et ne le lâche plus. La magie du duo qui associe la flûte et le cor ainsi que celle du solo de violon qui suit (Kristi Gjezi excellent comme toujours) concluent ce premier volet sur une sorte de point d’interrogation. L’ironie sarcastique de l’Allegretto, pleine de sous-entendus, passe par une maîtrise absolue des pizzicati des cordes, des interventions tonitruantes des cors dans des registres abyssaux, ainsi que celle, pleine d’humour, du hautbois solo.



L'orchestre au complet pour la Symphonie n° 5 de Chostakovitch
- Photo Patrice Nin -

Le poignant Largo culmine dans un cri de désespoir d’une intensité à peine soutenable sur laquelle le solo de hautbois et celui de la clarinette semblent mettre des mots. Quant au final, Allegro non troppo, il constitue l’exemple même du double langage. D’une apparente joie débordante, il déploie l’exaltation jusqu’au malaise. La conclusion fortissimo évoque en elle la dérision d’une situation dramatique ainsi que les stigmates du désespoir. L’orchestre porte tout ce mouvement à l’incandescence. La gorge se serre, la coda explosive donne des frissons. Précision, intensité, profondeur expressive caractérisent ce grand moment d’une musique avec laquelle Tugan Sokhiev semble respirer.
Suivant en cela une tradition fraternelle, la soirée s’achève sur l’hommage rendu par Tugan Sokhiev et l’ensemble des musiciens à leur collègue violoniste François Drouhin pour son départ à la retraite. Un hommage auquel nous nous associons bien évidemment.
Rappelons que la diffusion de ce concert reste disponible en streaming jusqu’au 10 mai prochain sur la chaîne YouTube de l’Orchestre national du Capitole : https://www.youtube.com/channel/UCaMYnkGAAxB7_ooo5Wkqn2Q
Le lien direct étant :
https://www.youtube.com/watch?v=ypi7KU2-oRo&t=3s
A ne pas manquer non plus le dernier concert de cette série des Franco-russes qui a lieu le 1er avril prochain sous la direction de Tugan Sokhiev, avec la participation du grand pianiste toulousain Bertrand Chamayou. Le rendez-vous est pris.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 29 mars 2021

 

 

infos
 

Détail des informations, s’adresser à :

Orchestre National du Capitole de Toulouse
- Service location
BP 41408 – 31014
Toulouse Cedex 6.


Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

http://onct.toulouse.fr/
 

Programme du concert donné le 27 mars 2021
à 20 h à la Halle aux Grains de Toulouse

* D. Chostakovitch
- Concerto pour violon et orchestre n° 2
- Symphonie n° 5



Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2020-2021
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index