www.classicToulouse.com
classic toulouse
Annonces
 
Grands Interprètes
Il Pomo d'Oro
Maxim Emelyanychev, dir.
Oreste - G. F. Haendel
01/07/2021
Les Arts Renaissants
La Saison 2021-2022
Les Clefs de Saint-Pierre
La Saison 2021-2022
Orchestre nat. du Capitole
La Saison 2021-2022
Grands Interprètes
La Saison 2021-2022
Musique en Dialogue
aux Carmélites
Saison 2021
13/06 au 12/09/2021
 
Critiques
 
Les Arts Renaissants
Ensemble Masques
15/06/2021
Musique en Dialogue
aux Carmélites
Thierry Huillet, piano
Clara Cernat, violon
Daniel Halm, récitant
13/06/2021
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Xavier de Maistre, harpe
12/06/2021
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Victor Julien-Laferrière,
violoncelle
Michel Bouvard, orgue
05/06/2021
Théâtre du Capitole
Matthias Goerne, baryton
Alexander Schmalcz, piano
02/06/2021
Orchestre nat. du Capitole
Josep Pons, direction
29/05/2021
Grands Interprètes
Philippe Jaroussky, chant
Ensemble Artaserse
28/05/2021
Grands Interprètes
David Fray, piano
Renaud Capuçon, violon
25/05/2021
Toulouse Guitare
Carlotta Dalia
Aimé Vu
22/05/2021
La Maîtrise de Toulouse
Mark Opstad, direction
Vidéo
Mars 2021
Orchestre nat. du Capitole
Kazuki Yamada, direction
Baiba Skride, violon
23/04/2021
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Bertrand Chamayou, piano
Les Franco-russes
01/04/2021
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Vadim Gluzman, violon
Les Franco-russes
27/03/2021
Les Franco-russes
Association AÏDA
Quatuor de clarinettes
22/03/2021
Orchestre nat. du Capitole
Maxim Emelyanychev, dir.
Aylen Pritchin, violon
Les Franco-russes
19/03/2021
Orchestre nat. du Capitole
Kirill Karabits, direction
Les Franco-russes
13/03/2021
Orchestre nat. du Capitole
Thomas Guggeis, direction
06/03/2021
Orchestre nat. du Capitole
Concert huis clos
Leo McFall, direction
David Fray, piano
06/02/2021
Orchestre nat. du Capitole
Concert huis clos
Kahchun Wong, direction
Daniel Lozakovich violon
30/01/2021
Toulouse Guitare
Concert huis clos
Quatuor Eclisses
Virgile Barthe
29/01/2021
Orchestre nat. du Capitole
Concert huis clos
Maxim Emelyanychev, dir.
Adam Laloum, piano
08/01/2021
Orchestre nat. du Capitole
Tugan Sokhiev, direction
Concerts huis clos
18 et 31/12/2020
Orchestre nat. du Capitole
Cornelius Meister, dir.
Nicholas Angelich, piano
05/12/2020
Orchestre nat. du Capitole
Gábor Káli, direction
István Várdai, violoncelle
28/11/2020
Orchestre nat. du Capitole
Concerts huis clos
31/10/2020
14/11/2020
Grands Interprètes
Budapest Festival
Orchestra
Iván Fischer,direction
Alexandre Kantorow,piano
23/10/2020
Orchestre nat. du Capitole
Lio Kuokman, dir. et piano
Kristi Gjezi, violon
Marc Coppey, violoncelle
16/10/2020
Grands Interprètes
Cecilia Bartoli
Les Musiciens du Prince-
Monaco
Gianluca Capuano, dir.
13/10/2020
Orchestre nat. du Capitole
Nil Venditti, direction
Hugo Blacher, trompette
10/10/2020
Les Clefs de Saint-Pierre
Quatuor en héritage
05/10/2020
 
 

 

Concerts / Orchestre national du Capitole, Leo McFall, direction,
David Fray, piano - 6 février 2021
     

CRITIQUE

De Mozart à Schubert, les tourments viennois

Deux œuvres fortes composaient le programme de ce nouveau concert sans public de l’Orchestre national du Capitole, le 6 février dernier. Une fois encore, la diffusion de cet événement sur Internet (chaîne YouTube et page Facebook de l’Orchestre) a permis à tout un chacun, aussi bien en direct qu’ultérieurement en streaming, d’en suivre le déroulement. Une grande chance pour une large audience d’admirer les passionnantes exécutions de l’un des plus intenses concertos pour piano de Mozart et de l’ultime symphonie de Schubert.

Ce soir-là, l’Orchestre national du Capitole est dirigé par le chef britannique, pour la première fois invité à Toulouse, Leo McFall. Actif à la fois au concert et à l’opéra, Leo McFall est actuellement chef principal du Symphonieorchester Vorarlberg. Notamment finaliste du fameux « Nestlé and Salzburg Festival Young Conductors Award » en 2014, ce chef réunit des qualités musicales et expressives tout à fait impressionnantes qu’il convient de souligner. Le soliste invité n’est plus à découvrir, surtout à Toulouse où il s’est déjà souvent produit en récital ou en concert. Il s’agit du grand pianiste David Fray, né à Tarbes en 1981, et qui occupe une place importante dans le panorama de la dynamique génération des jeunes pianistes français.



Le chef d'orchestre britannique Leo McFall à la Halle aux Grains - Photo YouTube ONCT -

Ces deux jeunes musiciens se retrouvent d’abord dans le Concerto pour piano et orchestre n° 20 en ré mineur, K.466, de Mozart. Il s’agit là de l’unique concerto composé par Mozart dans cette tonalité et le seul, avec le n° 24, à adopter le mode mineur. Le drame s’insinue dès les premières notes menaçantes du registre grave des cordes, suivies par l’assaut impressionnant du tutti. L’entrée du piano ouvre un dialogue riche et vivant avec l’orchestre. On admire tout d’abord le bel équilibre sonore qui s’établit naturellement entre les deux « protagonistes ». Une imagination fertile anime le jeu du soliste qui s’investit totalement dans le caractère dramatique de l’œuvre, sans pour autant romantiser à l’excès le texte musical. La direction de Leo McFall permet à l’orchestre de soutenir le soliste dans une transparence exemplaire de la structure instrumentale. La polyphonie mozartienne reste en permanence d’une clarté et d’une lisibilité lumineuses. Les multiples solos des vents, habilement sollicités, s’avèrent une fois encore parfaitement exécutés.



Le pianiste David Fray, masqué pendant l'exécution du Concerto n° 20 de Mozart
- Photo Romain Alcaraz -

Après la Romance, et son apaisement, néanmoins parcouru d’inquiétude, le Rondo final retrouve cet étrange et génial mélange, typiquement mozartien, de drame et de joie, à l’image du « Drama giocoso » en gestation, celui du mythique Don Giovanni. David Fray de plus en plus proche de son clavier semble se fondre avec lui. Remarquons qu’il innove dans le choix des cadences. Celle du premier mouvement combine habilement les inventions de Clara Haskil, Paul Badura-Skoda et finalement Beethoven. Pour l’explosive cadence finale, c’est à Edwin Fischer qu’il fait appel. Avec David Fray, l’imagination se place au service de Mozart !
Après une courte pause, Leo McFall lance son orchestre dans une exécution forte et personnelle de la Symphonie N° 9 en ut majeur de Franz Schubert. Rappelons que cet ultime témoignage symphonique du compositeur n’a jamais été donné de son vivant. Sa première exécution n’eut lieu que onze ans après sa mort, à l’initiative de Robert Schumann qui la fit exécuter le 21 mars 1839 (dans une version écourtée) par l'orchestre du Gewandhaus de Leipzig sous la direction de Felix Mendelssohn. Surnommée « La Grande », en raison de ses vastes proportions, cette partition est abordée ici dans un tempo allant et plein d’ardeur. Rien de massif ni d’insistant tout au long des quatre mouvements. Comme dans Mozart, le chef privilégie la clarté de la polyphonie. Chaque chant laisse se déployer ses contre-chants dans une limpidité exemplaire des sonorités.



L'Orchestre national du Capitole sous la direction de Leo McFall - Photo YouTube ONCT -

La transition de l‘introduction Andante vers l’Allegro ma non troppo s’effectue dans une sorte de continuité naturelle. Le cheminement léger de l’Andante con moto, évoquant irrésistiblement le cycle du Voyage d’hiver, offre au hautbois solo (excellent Chi Yuen Cheng !) l’une des mélodies les plus tendres qui soit. Ce mouvement culmine dans le paroxysme expressif d’un silence vertigineux et assourdissant qui serre la gorge et donne le frisson. Le chef et son orchestre parviennent à suspendre le temps. LE grand moment de tout ce concert ! Il s’agit là d’un véritable tournant au-delà duquel l’atmosphère peut enfin se détendre. L’esprit de la danse anime tout le Scherzo, énergique en diable. Quant au final Allegro vivace, il libère enfin toute l’énergie accumulée. Le choix des tempi, des phrasés, des échanges entre cordes et vents, tout concourt à soutenir l’attention. L’élégance gestuelle du chef se traduit dans la profonde musicalité de l’interprétation.
Souhaitons revoir un jour à Toulouse Leo McFall à la tête de notre bel orchestre qui brille de tous ses feux sous sa direction !
Rappelons enfin qu’il est toujours temps de voir ou revoir ce concert sur la chaîne YouTube de l’Orchestre dont le lien est :
https://www.youtube.com/user/OrchestreduCapitole

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 8 février 2021

 

 

infos
 

Détail des informations, s’adresser à :

Orchestre National du Capitole de Toulouse
- Service location
BP 41408 – 31014
Toulouse Cedex 6.


Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

http://onct.toulouse.fr/
 

Programme du concert donné le 6 février 2021 à 18 h à la Halle aux Grains de Toulouse

* W. A. Mozart

- Concerto pour piano et orchestre n° 20 en ré mineur, K. 466

* F. Schubert
- Symphonie n° 9

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2020-2021
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index