www.classicToulouse.com
classic toulouse
ARCHIVES
 
 

 

Concerts/ Les Passions / Les Lamentations, de Jean Gilles - 29/10/2009
     

CRITIQUE

Ferveur sacrée

Après leur passionnante version du Requiem de Jean Gilles, l’orchestre Les Passions et son directeur Jean-Marc Andrieu reviennent vers ce compositeur méridional qui fut maître de chapelle à la cathédrale Saint-Etienne de 1697 à 1705, année de sa mort précoce. C’est précisément dans cette église prestigieuse qu’étaient exécutées, le 29 octobre dernier, les très belles « Lamentations pour la Semaine Sainte ».


L'orchestre Les Passions, le choeur de chambre Les Eléments et les quatre solistes vocaux sous la direction de Jean-Marc Andrieu, lors de l'exécution toulousaine des Lamentations de Gilles © Jean-Jacques Ader

Le chœur de chambre « Les Eléments », dans sa formation réduite à une douzaine de chanteurs, était associé à l’orchestre « Les Passions » étendu à seize musiciens, avec continuo (orgue, théorbe et basse de violon), et la participation (rare) d’un serpent, cet instrument grave de la famille des cornets à bouquins. Quatre solistes vocaux étaient chargés des importantes interventions qui ponctuent les pièces exécutées : la soprano Anne Magouët, le ténor Bruno Boterf (tous deux déjà présents à Toulouse lors du concert de Toulouse les Orgues consacré par « Les Sacqueboutiers » à Heinrich Schütz), le haute-contre Vincent Lièvre-Picard et la basse Alain Buet.
Le motet « Diligam te, Domine » constituait une sorte d’introduction ardente aux « Lamentations ». La ferveur accompagne la solennité dans cette pièce importante, probablement donnée pour la première fois en cette même cathédrale lors de la visite à Toulouse en 1701 des ducs de Bourgogne et de Berry. Les interventions vocales évoquent alternativement les « tourments de l’enfer » et la foi inébranlable du chrétien. L’orchestre ainsi que le chœur et les solistes communient dans la même implication expressive. Jean-Marc Andrieu accuse judicieusement les contrastes et les imitations musicales, comme cet étonnant battement d’ailes des chérubins évoqué en fin de motet.
Les trois « Premières Lamentations », pour le Mercredi Saint, le Jeudi Saint et le Vendredi Saint abordent un autre domaine de la dialectique religieuse et musicale. Un titre en hébreux ouvre chaque chapitre qui traite d’un épisode de la lamentation du prophète Jérémie. Le ton de la méditation qui imprègne ce triptyque n’obère rien des angoisses et des plaintes qui s’exhalent de cette belle partition riche de modulations et de rythmes, de recherches harmoniques subtiles. La succession des solistes vocaux sur le devant de la scène permet d’apprécier les qualités vocales musicales et expressives des interprètes. La chaleur du timbre lumineux d’Anne Magouët, la rondeur et la finesse de la voix de Bruno Boterf, la parfaite projection manifestée par Vincent Lièvre-Picard, décidemment parfait haute-contre à la française, et la déclamation mordante de la basse Alain Buet communient dans la même ferveur. Le chœur de Joël Suhubiette se montre, comme toujours, à la hauteur de la tâche.
Jean-Marc Andrieu dirige tout son monde avec cette ferme bienveillance qui le caractérise. Il connaît mieux que quiconque ce répertoire qu’il anime de l’intérieur avec autant de cœur que de science. Bravo à tous !

Serge Chauzy

 

infos
 

Renseignements et réservations :

tél : 05 63 22 19 78

E-mail : production@les-passions.fr

www.les-passions.fr/

 

Programme du concert donné en la cathédrale Saint-Etienne, le 29 octobre 2009
à 20 h 30 :

* J. Gilles
- Motet "Diligam te,
Domine
"
- Les Lamentations de la
Semaine Sainte

 

 

Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2009-2010

 


 
 
 
 
 
Toulouse les Orgues
Intégrale Bach
 
Ensemble Baroque
de Toulouse
Cantates sans filet
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index