www.classicToulouse.com
Annonces
 
Théâtre du Capitole
L'Elixir d'amour
Gaetano Donizetti
27/02 à 06/03/2020
Cinéma ABC Toulouse
Saison 2019-2020
Cinéma CGR Blagnac
Saison 2019-2020
Gaumont Wilson Labège
Cinéma MET New York
Saison 2019-2020
 
Critiques
 
Théâtre du Capitole
Parsifal, R. Wagner
26/02/2020
Théâtre du Capitole
L'Orfeo
Claudio Monteverdi
05/12/2019
Théâtre du Capitole
L'Annonce faite à Marie
Marc Bleuse
23/11/2019
Théâtre du Capitole
Dialogues des Carmélites
Francis Poulenc
22/11/2019
Théâtre du Capitole
Norma, Vincenzo Bellini
26 et 27/09/2019
Théâtre du Capitole
Finale du Concours de
Chant de Toulouse
07/09/2019
Théâtre Municipal de
São Paulo
Rigoletto, Giuseppe Verdi
26/07/2019
Théâtre du Capitole
Werther
Jules Massenet
20/06/2019
Théâtre du Capitole
Béatrice Uria-Monzon
Thibaut Garcia
Marcelo Amaral
07/06/2019
Théâtre du Capitole
Mam'zelle Nitouche
Hervé
12/05/2019
Théâtre du Capitole
Ariane et Barbe-Bleue
P. Dukas
04/04/2019
Théâtre du Capitole
Ariane à Naxos
R. Strauss
01/03/2019
Théâtre du Capitole
Lucrezia Borgia
G. Donizetti
24/01/2019
Opéra de Paris/Bastille
La traviata
Giuseppe Verdi
11/12/2018
Théâtre du Capitole
Théâtre Garonne
Kopernikus, Claude Vivier
11/12/2018
Opéra de Paris/Bastille
Simon Boccanegra
Giuseppe Verdi
04/12/2018
Théâtre du Capitole
La Ville morte
E. W. Korngold
22/11/2018
Théâtre du Capitole
Marie-Nicole Lemieux
mezzo-soprano
25/10/2018
Théâtre du Capitole
La traviata
Giuseppe Verdi
26/09 et 07/10/2018
Théâtre du Capitole
Chœur du Capitole
27/06/2018
Théâtre du Capitole
La Clémence de Titus
Wolfgang Amadeus Mozart
22/06/2018
Théâtre du Capitole
Macbeth, Giuseppe Verdi
18/05/2018
Théâtre du Capitole
Carmen, Georges Bizet
06/04/2018
Théâtre du Capitole
Orphée et Eurydice
Christophe Willibald Gluck
23/02/2018
Théâtre du Capitole
La Walkyrie
Richard Wagner
30/01/2018
Opéra Grand Avignon
Les Mousquetaires
au couvent
Louis Varney
29/12/2017
Théâtre du Capitole
Concert de Noël
Chœur du Capitole
06/12/2017
Opéra de Paris/Bastille
La bohème
Giacomo Puccini
04/12/2017
Théâtre du Capitole
La Rondine, G. Puccini
17/11/2017
 

 

Opéra/ Théâtre du Capitole - Parsifal, Richard Wagner
26 janvier 2020

     

CRITIQUE

Musicalement et vocalement sur des sommets

En ce 26 janvier 2020 après-midi, la foule des mélomanes se presse Place du Capitole pour assister à la première représentation de la reprise tant attendue, depuis 33 ans, du testament lyrique de Richard Wagner : Parsifal. Œuvre d’une incroyable richesse musicale et philosophique, Parsifal demande à ses interprètes un engagement absolu. Christophe Ghristi a souhaité une nouvelle production pour fêter ce grand retour dans le temple de la culture toulousaine qu’est le Théâtre du Capitole.



Deuxième acte – Parsifal (Nikolaï Schukoff) et Kundry (Sophie Koch)
– Photo Cosimo Mirco Magliocca -

Ce gigantesque festival scénique sacré tel que le définit lui-même le compositeur, se doit d’avoir un maître d’œuvre. Ce ne peut être, devant un ouvrage de 4 h 40 de musique, qu’un chef d’orchestre aguerri non seulement à ce répertoire mais aussi à cet opéra si particulier. Conscient de l’enjeu, Christophe Ghristi fait débuter à Toulouse le chef allemand Frank Beermann, considéré comme l’un des tous premiers spécialistes wagnériens. L’ovation qui l’accueille au rideau final salue une prestation incroyable, voire inouïe, d’intelligence, de profondeur, de sens, de maîtrise, de fluidité, de transparence, de détail, d’équilibre. Parsifal comme vous ne l’avez jamais entendu. Loin de certaines teutonnes interprétations, sa direction est quasiment chambriste, presque « debussyste ». C’est dire. Et le mystère sacré gagne ici en humanité ce qu’il perd en pseudo pathos métaphysique. Cette approche ne peut se faire que face à un grand orchestre. Le Théâtre du Capitole possède cette phalange. Une phalange qui prend ici une autre dimension, une autre couleur, une autre ampleur, un autre sens, une autre vérité. Une phalange ici digne des plus grandes scènes lyriques. En fait c’est dans ce creuset en fusion permanente qu’est la fosse capitoline pour cette occasion que le drame wagnérien se joue dramatiquement. Fort heureusement d’ailleurs car la production signée Aurélien Bory, par son manque total de lisibilité et de sens, surtout d’émotion, sans parler d’une direction d’acteur qui frôle le sommaire, reçoit, et c’est un doux euphémisme, un accueil plutôt « animé » en fin de spectacle…



Troisième acte – Amfortas (Matthias Goerne) - Photo Cosimo Mirco Magliocca -O

Un plateau de top niveau international

Christophe Ghristi le sait, le public toulousain veut aussi des chanteurs de grand niveau. Question d’habitude dans une ville qui a construit sa réputation lyrique au cours des siècles avec les plus grands chanteurs de la planète. Question d’ADN certainement. Il a donc réuni une distribution, en plus du chef d’orchestre, qu’envierait certainement le Festival de Bayreuth. A tout seigneur, sans jeu de mot, Nikolaï Schukoff dans le rôle-titre. Et l’on voit mal qui, aujourd’hui, peut mieux incarner, par sa prestance et son aura vocale, ce Chaste Fol. Le large ambitus qu’une magistrale technique met à sa disposition franchit tous les obstacles de cette partition, tant en termes de puissance que de musicalité. Son phrasé ample et généreux, la lumière de ses aigus, la sombre couleur de son médium, l’authenticité de ses graves, le sens de chacun de ses mots, tout contribue à l’édification d’un portrait sans faille du père de Lohengrin. Magnifique ! A ses côtés, et pour une prise de rôle, Sophie Koch se lance dans ce nouveau challenge avec une conviction que viendront certainement confirmer d’autres metteurs en scène. Pour l’heure, voici une Kundry d’un bouleversant impact vocal, couvrant sans hésitation ni faiblesse les plus de deux octaves de son écriture. Déployant une tierce aigue magistrale de rondeur et de puissance, projetant des graves abyssaux sans faillir, voilà bien la Kundry que l’on attendait.



Troisième acte -  Non, non ce n’est pas Luke Skywalker dans le énième épisode
de Star Wars, c’est Nikolaï Schukoff dans Parsifal - Photo Cosimo Mirco Magliocca -

Mais Parsifal, ce sont aussi de somptueuses clés de fa. Et pas des moindres. A commencer par le Gardien du Temple, Gurnemanz, ici la basse Peter Rose, dont le timbre automnal et chaleureux donne bien ce sentiment d’Humanité réconciliée qui doit régner sur cet ouvrage. Ici aussi, longueur du souffle et large ambitus rendent pleinement justice à ce rôle terriblement émouvant. Luxe inouï, Christophe Ghristi est arrivé à convaincre l’immense star internationale Matthias Goerne à venir chanter Amfortas, lui qui ne le signe normalement que dans le top five mondial ! Le résultat est à la hauteur des attentes. Voix gigantesque, timbre fabuleux, musicalité exceptionnelle (c’est aussi un grand mélodiste), artiste au charisme dévastateur, Matthias Goerne envahit, monopolise tout naturellement la scène lors de ses deux apparitions. Le rôle démoniaque de Klingsor, un baryton aigu et vaillant, est confié à Pierre-Yves Pruvot. Une projection puissante et un timbre d’airain dessinent le portait vocal idéal du chevalier déchu. Le rôle épisodique de Titurel revient au baryton Julien Véronèse qui, de nos jours, s’aventure avec bonheur dans les emplois de basse.
Sans entrer dans un détail qui peut être fastidieux tant leur nombre est important, disons simplement que l’ensemble des Filles-Fleurs, Ecuyers et autres Chevaliers est au niveau de ce spectacle.
Enfin, soulignons, ovationnons, applaudissons sans réserve à la prestation de notre Chœur, pour l’occasion augmenté du Chœur de l’Opéra national de Montpellier-Occitanie, et de notre Maîtrise du Capitole, qui, sous la direction d’Alfonso Caiani, se montrent encore une fois à la hauteur de l’événement par l’ampleur, la couleur et la discipline bien sûr. Une grande maison d’opéra, c’est aussi cela.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 27 janvier 2020

 

infos
 

Renseignements concernant les distributions, les dates et les abonnements :

www.theatreducapitole.fr

 

Représentations :

du 26 janvier au 4 février 2020

 

 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2019-2020
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index