www.classicToulouse.com
Annonces
 
Théâtre du Capitole
Norma, Vincenzo Bellini
26/09 au 10/10/2019
 
Critiques
 
Théâtre du Capitole
Finale du Concours de
Chant de Toulouse
07/09/2019
Théâtre Municipal de
São Paulo
Rigoletto, Giuseppe Verdi
26/07/2019
Théâtre du Capitole
Werther
Jules Massenet
20/06/2019
Théâtre du Capitole
Béatrice Uria-Monzon
Thibaut Garcia
Marcelo Amaral
07/06/2019
Théâtre du Capitole
Mam'zelle Nitouche
Hervé
12/05/2019
Théâtre du Capitole
Ariane et Barbe-Bleue
P. Dukas
04/04/2019
Théâtre du Capitole
Ariane à Naxos
R. Strauss
01/03/2019
Théâtre du Capitole
Lucrezia Borgia
G. Donizetti
24/01/2019
Opéra de Paris/Bastille
La traviata
Giuseppe Verdi
11/12/2018
Théâtre du Capitole
Théâtre Garonne
Kopernikus, Claude Vivier
11/12/2018
Opéra de Paris/Bastille
Simon Boccanegra
Giuseppe Verdi
04/12/2018
Théâtre du Capitole
La Ville morte
E. W. Korngold
22/11/2018
Théâtre du Capitole
Marie-Nicole Lemieux
mezzo-soprano
25/10/2018
Théâtre du Capitole
La traviata
Giuseppe Verdi
26/09 et 07/10/2018
Théâtre du Capitole
Chœur du Capitole
27/06/2018
Théâtre du Capitole
La Clémence de Titus
Wolfgang Amadeus Mozart
22/06/2018
Théâtre du Capitole
Macbeth, Giuseppe Verdi
18/05/2018
Théâtre du Capitole
Carmen, Georges Bizet
06/04/2018
Théâtre du Capitole
Orphée et Eurydice
Christophe Willibald Gluck
23/02/2018
Théâtre du Capitole
La Walkyrie
Richard Wagner
30/01/2018
Opéra Grand Avignon
Les Mousquetaires
au couvent
Louis Varney
29/12/2017
Théâtre du Capitole
Concert de Noël
Chœur du Capitole
06/12/2017
Opéra de Paris/Bastille
La bohème
Giacomo Puccini
04/12/2017
Théâtre du Capitole
La Rondine, G. Puccini
17/11/2017
Théâtre du Capitole
Tiefland, E. d'Albert
29/09/2017
Odyssud
Anacréon - Actéon
22/09/2017
Théâtre du Capitole
Journées du Patrimoine
16/09/2017
Théâtre du Capitole
Le Prophète
Giacomo Meyerbeer
23/06/2017
Théâtre du Capitole
Lucia de Lammermoor
G. Donizetti
19/05/2017
Opéra Grand Avignon
Anna Bolena
G. Donizetti
14/05/2017
L'Opéra
Film documentaire de
Jean-Stéphane Bron
04/2017
Théâtre du Capitole
L'Ombre de Venceslao
M. Matalon
04/04/2017
Théâtre du Capitole
Ernani
G. Verdi
10/03/2017
Théâtre du Capitole
L'Enlèvement au Sérail
W. A. Mozart
27/01/2017
 

 

Opéra/ Théâtre du Capitole - Werther - Jules Massenet
20 juin 2019
     

ANNONCE

Le cœur lyrique du romantisme

Les actuelles reprises du Werther de Jules Massenet sont l’occasion de retrouver le héros goethéen, parangon du jeune homme amoureux et malheureux à la fois, en proie à des tendances suicidaires qu’il mettra à exécution. C’est aussi le bonheur d’écouter l’un des plus hauts sommets de l’art lyrique français dont la partition utilise avec subtilité le saxophone alto et le cor anglais, deux instruments faisant entendre dans leurs douces vibrations toute la mélancolie du monde.

Ces reprises se font dans la production capitoline créée en 1997 dans une mise en scène de Nicolas Joel, alors Directeur artistique du Théâtre du Capitole, les décors sont signés Hubert Monloup et les lumières Vinicio Cheli. Figurative, efficace, belle à regarder, cette production, reprise en 2000, nous avait laissé un sentiment de plénitude que nous ne retrouvons pas exactement cette fois, les lumières paraissant plus neutres et la mise en scène, réglée par Frédérique Lombart, amenant trop souvent les protagonistes sur le devant de la scène pour pousser la note, les abandonnant par ailleurs à des poses par trop caricaturales et convenues. Peu d’émotion donc, ce qui est un comble dans cette œuvre !

Jean-François Borras sur les traces des plus grands

Mais Werther me direz-vous, et vous avez raison, c’est avant tout des voix et surtout une voix, celle de l’interprète du rôle-titre. En 1997, Nicolas Joel faisait débuter dans ce rôle Roberto Alagna, en 2000 c’était le tour de Marcelo Alvarez. Excusez du peu ! Aujourd’hui Christophe Ghristi nous présente, pour la première fois en France dans ce rôle, le ténor Jean-François Borras, déjà connu à l’international pour l’avoir interprété en Espagne, en Italie, aux USA… Ce qui interpelle chez cet artiste immédiatement est sa technique vocale tant elle s’appuie sur différentes… techniques. Surprenant au début, le processus se justifie ensuite en termes de dynamique, de projection, de musicalité, nous valant à ce titre de magnifiques demi-teintes parfaitement timbrées. Le phrasé est superbe ainsi que la prosodie, ce qui, pour un Français, dans ce répertoire, peut passer pour basique, mais qui, malheureusement, nous ne le savons que trop, ne l’est pas forcément… Après un premier acte certainement contraint par un trac bien compréhensible un soir de première, le ténor se lâche dans la suite de l’ouvrage et nous délivre, si ce n’est un personnage attachant (voir peut-être la mise en scène sommaire), une prestation vocale qui, n’en doutons pas une seconde, devrait l’amener dans les pas des plus grands titulaires de ce rôle.



Final de l’ouvrage –  Karine Deshayes et Jean-François Borras - Photo Patrice Nin -

Succédant sur notre scène à Béatrice Uria-Monzon et Carmen Oprisanu, Karine Deshayes affronte Charlotte avec une splendide ligne de chant. Cela suffit-il à incarner vocalement un rôle créé par des titulaires de grands Verdi ? A l’évidence et, à nouveau en ce soir de première faut-il le redire, l’organe semble insuffisant et trouve ses limites dans des passages très orchestrés dans lesquels l’émission se durcit dangereusement. Amplifiant parfois démesurément des notes du haut médium et de l’aigu qui n’en demandent pas tant, le chant de Karine Deshayes passe du forte au piano sans trop laisser de place au naturel d’une émission qui permettrait à l’émotion de s’installer. Dans la suite de la distribution, André Heyboer est un Albert de tradition, tout comme la Sophie de Florie Valiquette. Sans plus. Luca Lombardo (Schmidt) et Francis Dudziak (Johann) sont quant à eux des compères noceurs épatants, tout comme Le Bailli de Christian Tréguier. L’intervention de la Maîtrise du Capitole sous la direction d’Alfonso Caiani nous rappelle enfin combien cet ouvrage est porteur d’infinies nuances et de délicates voluptés.
Sous la direction nerveuse de Jean-François Verdier, ancien clarinettiste de l’Orchestre du Capitole, la partition envahit littéralement, pour ne pas dire submerge, la salle et le plateau dans des flots sonores parfois un brin métalliques, rapprochant cette musique de certaines partitions wagnériennes. Certes cette œuvre est somptueusement « orchestrée » mais la combinaison dynamique des pupitres et l’alchimie de leurs couleurs peuvent donner lieu (écoutez Michel Plasson) à l’épanouissement d’un tapis sonore tout autant enfiévré mais d’une autre sensibilité. Il y a fort à parier que la suite des représentations verra la disparition des réserves suscitées par ce soir de première. C’est à souhaiter ardemment !
Un mot encore : énorme succès public !

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 23 juin 2019

 

infos
 

Renseignements concernant les distributions, les dates et les abonnements :

www.theatreducapitole.fr

 

Représentations :

du 20 juin au
2 juillet 2019

 

 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2019-2020
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index