www.classicToulouse.com
Annonces
 
Théâtre du Capitole
Werther
Jules Massenet
20/06 au 02/07/2019
Théâtre du Capitole
Saison 2019-2020
Annonce du
03/04/2019
 
Critiques
 
Théâtre du Capitole
Werther
Jules Massenet
20/06/2019
Théâtre du Capitole
Béatrice Uria-Monzon
Thibaut Garcia
Marcelo Amaral
07/06/2019
Théâtre du Capitole
Mam'zelle Nitouche
Hervé
12/05/2019
Théâtre du Capitole
Ariane et Barbe-Bleue
P. Dukas
04/04/2019
Théâtre du Capitole
Ariane à Naxos
R. Strauss
01/03/2019
Théâtre du Capitole
Lucrezia Borgia
G. Donizetti
24/01/2019
Opéra de Paris/Bastille
La traviata
Giuseppe Verdi
11/12/2018
Théâtre du Capitole
Théâtre Garonne
Kopernikus, Claude Vivier
11/12/2018
Opéra de Paris/Bastille
Simon Boccanegra
Giuseppe Verdi
04/12/2018
Théâtre du Capitole
La Ville morte
E. W. Korngold
22/11/2018
Théâtre du Capitole
Marie-Nicole Lemieux
mezzo-soprano
25/10/2018
Théâtre du Capitole
La traviata
Giuseppe Verdi
26/09 et 07/10/2018
Théâtre du Capitole
Chœur du Capitole
27/06/2018
Théâtre du Capitole
La Clémence de Titus
Wolfgang Amadeus Mozart
22/06/2018
Théâtre du Capitole
Macbeth, Giuseppe Verdi
18/05/2018
Théâtre du Capitole
Carmen, Georges Bizet
06/04/2018
Théâtre du Capitole
Orphée et Eurydice
Christophe Willibald Gluck
23/02/2018
Théâtre du Capitole
La Walkyrie
Richard Wagner
30/01/2018
Opéra Grand Avignon
Les Mousquetaires
au couvent
Louis Varney
29/12/2017
Théâtre du Capitole
Concert de Noël
Chœur du Capitole
06/12/2017
Opéra de Paris/Bastille
La bohème
Giacomo Puccini
04/12/2017
Théâtre du Capitole
La Rondine, G. Puccini
17/11/2017
Théâtre du Capitole
Tiefland, E. d'Albert
29/09/2017
Odyssud
Anacréon - Actéon
22/09/2017
Théâtre du Capitole
Journées du Patrimoine
16/09/2017
Théâtre du Capitole
Le Prophète
Giacomo Meyerbeer
23/06/2017
Théâtre du Capitole
Lucia de Lammermoor
G. Donizetti
19/05/2017
Opéra Grand Avignon
Anna Bolena
G. Donizetti
14/05/2017
L'Opéra
Film documentaire de
Jean-Stéphane Bron
04/2017
Théâtre du Capitole
L'Ombre de Venceslao
M. Matalon
04/04/2017
Théâtre du Capitole
Ernani
G. Verdi
10/03/2017
Théâtre du Capitole
L'Enlèvement au Sérail
W. A. Mozart
27/01/2017
 

 

Opéra/ Théâtre du Capitole - Ariane et Barbe-Bleue - Paul Dukas
4 avril 2019
     

CRITIQUE

Somptueuse entrée au répertoire capitolin

Certes il aura fallu que le public toulousain patiente plus d’un siècle avant de voir le chef-d’œuvre lyrique de Paul Dukas à l’affiche du Théâtre du Capitole, mais je serais tenté d’écrire trivialement que cela « valait le coup » tant ce que nous propose Christophe Ghristi, directeur artistique de cette maison, est littéralement superlatif.

A vrai dire, si cet ouvrage est rarissimement donné, c’est que le rôle d’Ariane, écrasant de longueur et de tessiture, ne rencontre que peu d’interprètes à sa hauteur par génération. Réclamant une prosodie parfaite car le texte de Maeterlinck est capital, une projection hors norme face à une orchestration riche et puissante, enfin une véritable incarnation psychique devant une action quasiment réduite à néant, il est clair que la cantatrice s’emparant d’un tel rôle n’a d’autre solution que d’être exceptionnelle.



Sophie Koch (Ariane) - Photo Cosimo Mirco Magliocca -

Il y a fort à parier que Christophe Ghristi n’aurait pas tenté l’aventure sans s’assurer le concours et le talent de Sophie Koch. Pourvue d’un ambitus large et homogène, celle qui sera Kundry la saison prochaine sur notre scène ajoute donc ici Ariane à son panthéon. C’est une incontestable réussite, tant dans l’implication dramatique que dans une interprétation vocale irréprochable. Achevant ces quasi deux heures de chant avec une apparente et insolente facilité, Sophie Koch s’inscrit bien aujourd’hui dans la lignée des grandes « dramatiques » françaises de notre histoire lyrique.
A ses côtés Janina Baechle, dans le rôle de La Nourrice, impose un mezzo-contralto profond et une présence scénique de premier plan. Il est bien connu que le personnage de Barbe-Bleue est, paradoxalement, moins qu’épisodique. Cela n’empêche pas Vincent Le Texier de l’assurer avec beaucoup de présence autant vocale que scénique. Saluons enfin les cinq autres femmes de Barbe-Bleue dont l’interprétation globale participe pleinement au succès de cette soirée. Il en est ainsi d’Eva Zaïcik (Sélysette), Marie-Laure Garnier (Ygraine), Andreea Soare (Mélisande), Erminie Blondel (Bellangère). Dans un rôle muet mais percutant sur scène, la comédienne Dominique Sanda se glisse sensuellement dans la robe d’Alladine. Soulignons enfin, encore une fois, combien le Chœur du Capitole, sous la direction d’Alfonso Caiani, se montre irréprochable de musicalité, de couleurs, de dynamiques, ici dans une partition qu’il chantait pour la première fois.



Vue d’ensemble - Photo Cosimo Mirco Magliocca -

Un duo qui a bien fonctionné

Le chef d’orchestre Pascal Rophè et le metteur en scène Stefano Poda ont fait, avec cette Ariane, leurs débuts au Théâtre du Capitole. Il n’est rien de dire combien une ovation finale pour la mise en scène est un véritable événement. Ce fut le cas en ce soir de première. Une ovation sans ambigüité car Stefano Poda signe également les décors, les costumes et les lumières ! Sur le thème du labyrinthe, cher au mythe d’Ariane, Stefano Poda installe en fond de scène une somptueuse paroi composée de bas-reliefs « humains », des fameuses portes bien sûr et d’escaliers sans véritable issue. Au sol, l’effet labyrinthique est encore plus présent et délimite les champs d’action de femmes en proie à des névroses amoureuses. Captives de Barbe-Bleue, elles le sont autant dans leur corps que dans leur psyché. Seule Ariane, celle qui détient le célèbre fil, sortira de ce piège psychanalytique. Autant dire qu’il y a peu d’action et c’est là que se loge le talent de cet homme de théâtre italien, un talent qui lui permet de résoudre le problème, ajoutant aux personnages chantés des danseuses afin de constituer des binômes, les faisant évoluer en apesanteur, comme dans un rêve. Les costumes sont somptueux, les lumières à l’unisson. Assurément l’une des plus belles productions vues au Théâtre du Capitole depuis fort longtemps. Dans la fosse, face à un orchestre des grands soirs aux accents à la fois wagnériens et debussystes, dans tous les cas impressionnistes, Pascal Rophé délivre une lecture qui met en valeur une orchestration magistrale, symphonique, une partition dans laquelle le drame entier est contenu, avec des fulgurances incroyables, telle celle de l’attaque du château, un poème symphonique à elle seule.
A ce jour, le sommet de la présente saison !

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 7 avril 2019

 

infos
 

Renseignements concernant les distributions, les dates et les abonnements :

www.theatreducapitole.fr

 

Représentations :

Du 4 au 14 avril 2019

 

 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2018-2019
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index