www.classicToulouse.com
Annonces
 
 
Critiques
 
Théâtre du Capitole
Le Prophète
Giacomo Meyerbeer
23/06/2017
Théâtre du Capitole
Lucia de Lammermoor
G. Donizetti
19/05/2017
Opéra Grand Avignon
Anna Bolena
G. Donizetti
14/05/2017
L'Opéra
Film documentaire de
Jean-Stéphane Bron
04/2017
Théâtre du Capitole
L'Ombre de Venceslao
M. Matalon
04/04/2017
Théâtre du Capitole
Ernani
G. Verdi
10/03/2017
Théâtre du Capitole
L'Enlèvement au Sérail
W. A. Mozart
27/01/2017
Théâtre du Capitole
Candide, L. Bernstein
20/12/2016
Théâtre du Capitole
Concert de Noël
Chœur du Capitole
06/12/2016
Théâtre du Capitole
Le Turc en Italie
Gioacchino Rossini
18/11/2016
Opéra de Paris/Bastille
Les Contes d'Hoffmann
Jacques Offenbach
03/11/2016
Opéra de Paris/Bastille
Samson et Dalila
Camille Saint-Saëns
24/10/2016
Théâtre du Capitole
Béatrice et Bénédict
Hector Berlioz
30/09/2016
Théâtre du Capitole
Concours International
de Chant de Toulouse
51ème édition
10/09/2016
Theatro São Pedro
São Paulo - Brésil
Le Nain, A. Von Zemlinsky
21/08/2016
Théâtre du Capitole
Faust, Charles Gounod
22/06/2016
Opéra de Paris/Bastille
Aïda, Giuseppe Verdi
16/06/2016
Théâtre du Capitole
L'Italienne à Alger
Gioacchino Rossini
17/05/2016
Théâtre du Capitole
Le Nozze di Figaro
Wolfgang Amadeus Mozart
15/04/2016
Théâtre du Capitole
Le Roi David
Arthur Honegger
08/03/2016
Théâtre du Capitole
Les Fêtes vénitiennes
André Campra
23/02/2016
Théâtre du Capitole
Les Caprices de Marianne
Henri Sauguet
22/01/2016
Opéra de Paris/Bastille
La Damnation de Faust
Hector Berlioz
11/12/2015
Théâtre du Capitole
Concert de Noël
Choeur du Capitole
08/12/2015
Théâtre Comoedia de
Marmande
Macbeth, Giuseppe Verdi
05/12/2015
Opéra de Paris/Garnier
Le Château de Barbe-Bleue
Béla Bartók
La Voix humaine
Francis Poulenc
02/12/2015
Théâtre du Capitole
Rigoletto, Giuseppe Verdi
17/11/2015
Théâtre de la Porte
Saint-Martin
Rigoletto, G. Verdi
05/10/2015
Théâtre du Capitole
Le Château de Barbe-Bleue
Béla Bartók
Le Prisonnier
Luigi Dallapiccola
02/10/2015
Théâtre du Capitole
Turandot, Giacomo Puccini
19/06/2015
Théâtre du Capitole
Italia mia
Chœur du Capitole
21/05/2015
Théâtre du Capitole
Les Fiançailles au couvent
Serge Prokofiev
15/05/2015
Opéra Grand Avignon
Hamlet
Ambroise Thomas
03/05/2015
Théâtre du Capitole
Massacre
Wolfgang Mitterer
12 et 14/04/2015
 

 

Opéra/ Théâtre du Capitole - Les Caprices de Marianne – Henri Sauguet
22 janvier 2016

     

CRITIQUE

Claude Schnitzler, maître d’œuvre
de cette création toulousaine

C’est dans le cadre d’une vaste coproduction hexagonale que l’œuvre lyrique majeure d’Henri Sauguet (1901-1989) nous parvient. Pour beaucoup de mélomanes c’est une découverte, celle d’une belle partition et d’une des pièces essentielles d’Alfred de Musset dont s’est inspiré le librettiste Jean-Pierre Grédy.

Après la production du Voyage à Reims de Gioacchino Rossini, réalisée sur le même principe, voici donc ces Caprices de Marianne, opéra-comique en deux actes qui, à l’instar de Carmen, se trmine dans le sang. Créée lors du Festival d’Aix-en-Provence en 1954, avec un succès mitigé dû au manque de répétition pour un ouvrage d’une telle difficulté autant vocale que musicale, cette œuvre a quelque peu disparu de l’affiche et c’est tout à l’honneur du Centre Français de Promotion Lyrique que de l’avoir choisie cette fois. Due au talent d’une équipe québécoise menée par Oriol Tomas pour la mise en scène, dans les décors de Patricia Ruel et les costumes de Laurence Mongeau, cette production, très agréable, fonctionnelle et parfaitement lisible a le mérite aussi de s’adapter aux différents théâtres qui doivent l’accueillir (15 au total !).



Au centre au premier plan : Norman D. Patzke (Claudio) et Aurélie Fargues (Marianne)
- Photo Alain Julien -

Sous la direction attentive, précise, élégante, dramatique aussi, de Claude Schnitzler à la tête de l’Orchestre du Capitole, dont une partie interprétait Wagner à la Halle aux Grains le même soir, la partition d’Henri Sauguet nous apparaît dans toute sa modernité, ses couleurs, ses climats et son profond attachement au style lyrique.
Sur scène, une équipe de trentenaires, jeunes artistes déjà dans la carrière, parfois depuis peu. Cette opération initiée par le CFPL a pour but de les faire connaître au plus grand nombre et de les soumettre à l’épreuve de publics différents. Globalement, le niveau est bon, même si l’on sent parfois un peu de verdeur dans la technique. Ainsi en est-il de Marc Scoffoni qui sait imposer son baryton et son jeu de scène au rôle majeur d’Octave, de Norman D. Patzke, autoritaire Claudio, de François Rougier, dont le ténor un peu contraint a encore besoin de se « lâcher » dans le rôle de l’amoureux transi Coelio qui finira trucidé, du Tibia très en place de Carl Ghazarossian, de Julie Robart-Gendre qui, elle, n’a aucun mal à s’affirmer dans le rôle épisodique d’Hermia.



François Rougier (Coelio) et Marc Scoffoni (Octave) - Photo Alain Julien -

Créé par une toute jeune soprano italienne de 27 ans qui devait faire ses débuts à la Scala de Milan l’année d’après : Graziella Sciutti, le rôle de Marianne est le plus lourd vocalement de cet ouvrage car il réclame un véritable soprano lyrique colorature défiant la Reine de la nuit de La Flûte enchantée sur le terrain des vocalises et des suraigus ! Henri Sauguet qui, pourtant, connaissait bien la voix, lui demande également un médium d’une belle projection pour ses affrontements avec Claudio et Octave. Comme le souligne Jean-Jacques Groleau dans son excellente étude sur les typologies vocales incluse dans le programme de salle, nous ne sommes plus loin ici de Thaïs ou de Mireille. Aurélie Fargues, Marianne, a-t-elle les moyens de défendre une telle partition ? Même en adoptant une version alternative qui décale d’une tierce vers le bas certains passages périlleux , le challenge paraît difficile à relever. Le manque de dynamisme dans la projection et un timbre qui semble en souffrance achèvent hélas de le confirmer. Le piège du système s’est refermé sur elle, un piège consistant à distribuer des opéras très peu connus, mais néanmoins exigeants, à de jeunes pousses de l’art lyrique. Bien sûr toute comparaison avec un tel ou une telle est quasi impossible ici mais les qualités et les lacunes  intrinsèques des interprètes n’en demeurent pas moins flagrantes. Souhaitons ardemment que le prochain opus de cette expérience, une création mondiale (!), tienne compte de cela.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 24 janvier 2016

 

infos
 

Renseignements concernant les distributions, les dates et les abonnements :

www.theatreducapitole.fr

 

 

Représentations 
suivantes :


24, 26, 29 et 31 janvier 2016

 

 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2016-2017
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
2017-2018
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index