www.classicToulouse.com
Annonces
 
Théâtre du Capitole
Christophe Ghristi
Nomination
28/03/2017
Théâtre du Capitole
Saison lyrique 2017-2018
05/05/2017
Théâtre du Capitole
Lucia di Lammermoor
G. Donizetti
19 au 30/05/2017
 
Critiques
 
Théâtre du Capitole
Lucia de Lammermoor
G. Donizetti
19/05/2017
Opéra Grand Avignon
Anna Bolena
G. Donizetti
14/05/2017
L'Opéra
Film documentaire de
Jean-Stéphane Bron
04/2017
Théâtre du Capitole
L'Ombre de Venceslao
M. Matalon
04/04/2017
Théâtre du Capitole
Ernani
G. Verdi
10/03/2017
Théâtre du Capitole
L'Enlèvement au Sérail
W. A. Mozart
27/01/2017
Théâtre du Capitole
Candide, L. Bernstein
20/12/2016
Théâtre du Capitole
Concert de Noël
Chœur du Capitole
06/12/2016
Théâtre du Capitole
Le Turc en Italie
Gioacchino Rossini
18/11/2016
Opéra de Paris/Bastille
Les Contes d'Hoffmann
Jacques Offenbach
03/11/2016
Opéra de Paris/Bastille
Samson et Dalila
Camille Saint-Saëns
24/10/2016
Théâtre du Capitole
Béatrice et Bénédict
Hector Berlioz
30/09/2016
Théâtre du Capitole
Concours International
de Chant de Toulouse
51ème édition
10/09/2016
Theatro São Pedro
São Paulo - Brésil
Le Nain, A. Von Zemlinsky
21/08/2016
Théâtre du Capitole
Faust, Charles Gounod
22/06/2016
Opéra de Paris/Bastille
Aïda, Giuseppe Verdi
16/06/2016
Théâtre du Capitole
L'Italienne à Alger
Gioacchino Rossini
17/05/2016
Théâtre du Capitole
Le Nozze di Figaro
Wolfgang Amadeus Mozart
15/04/2016
Théâtre du Capitole
Le Roi David
Arthur Honegger
08/03/2016
Théâtre du Capitole
Les Fêtes vénitiennes
André Campra
23/02/2016
Théâtre du Capitole
Les Caprices de Marianne
Henri Sauguet
22/01/2016
Opéra de Paris/Bastille
La Damnation de Faust
Hector Berlioz
11/12/2015
Théâtre du Capitole
Concert de Noël
Choeur du Capitole
08/12/2015
Théâtre Comoedia de
Marmande
Macbeth, Giuseppe Verdi
05/12/2015
Opéra de Paris/Garnier
Le Château de Barbe-Bleue
Béla Bartók
La Voix humaine
Francis Poulenc
02/12/2015
Théâtre du Capitole
Rigoletto, Giuseppe Verdi
17/11/2015
Théâtre de la Porte
Saint-Martin
Rigoletto, G. Verdi
05/10/2015
Théâtre du Capitole
Le Château de Barbe-Bleue
Béla Bartók
Le Prisonnier
Luigi Dallapiccola
02/10/2015
Théâtre du Capitole
Turandot, Giacomo Puccini
19/06/2015
Théâtre du Capitole
Italia mia
Chœur du Capitole
21/05/2015
Théâtre du Capitole
Les Fiançailles au couvent
Serge Prokofiev
15/05/2015
Opéra Grand Avignon
Hamlet
Ambroise Thomas
03/05/2015
Théâtre du Capitole
Massacre
Wolfgang Mitterer
12 et 14/04/2015
 

 

Opéra/ Théâtre du Capitole - Italia Mia – 21 mai 2015
     

CRITIQUE

Leçon de chœur

Le titre même de ce concert sonne comme un credo de la part d’Alfonso Caiani, directeur du Chœur et de la Maîtrise du Capitole. Si ce n’est un credo c’est au moins un cri du cœur. Cette Italie qui est son berceau, qui est aussi la patrie indiscutable de l’opéra, Alfonso Caiani a voulu la mettre à l’honneur pour le dernier concert des chœurs de cette saison. Et de quelle plus belle manière pouvait-il faire qu’en mettant au programme quelques-uns des plus beaux passages chorals de tout l’art lyrique transalpin.

La première partie de la soirée est entièrement consacrée à cette Messa di Gloria qu’un jeune musicien de 22 ans, Giacomo Puccini, présente à un examen. Il est d’autant plus facile de déceler les prémices du grand et génial compositeur d’opéra que le natif de Lucques va devenir qu’il est aisé d’entendre ici des mélodies que l’on retrouvera autrement développées dans Manon Lescaut et Edgar.
La seconde partie de soirée nous entraîne au cœur d’un répertoire lyrique signé Vincenzo Bellini (Norma), Gaetano Donizetti (Lucia di Lammermoor), Arrigo Boito (Mefistofele), Giacomo Puccini à nouveau (Madame Butterfly), Pietro Mascagni pour son Intermezzo de Cavalleria rusticana, Amilcare Ponchielli (Gioconda) et l’inévitable et incontournable Giuseppe Verdi (Nabucco, Macbeth). Soit près d’une heure parmi les plus belles pages jamais écrites pour un chœur.

O
Alfonso Caiani © David Herrero

Alors, bien sûr, mais ce n’est pas une surprise, il convient de saluer cette extraordinaire phalange chorale qui, sous la direction d’Alfonso Caiani, est parvenue à une couleur et à une rondeur, en fait à une vocalité ainsi qu’à une musicalité qui en font l’un des artisans majeurs de toute représentation capitoline pour laquelle elle est sollicitée. Les prochaines représentations de Turandot en seront, n’en doutons pas, un témoignage supplémentaire. Soulignons au passage les interventions de grande qualité de la Maîtrise du Capitole.
Surprise, ce concert choral se double, quasiment, d’un véritable récital, celui du ténor italien Stefano Ferrari, sollicité ici dans la Messa di Gloria, les courtes mais périlleuses phrases d’Arturo dans le deuxième acte de Lucia di Lammermoor, la merveilleuse prière de Faust dans le dernier acte de Mefistofele, la scène intitulée Marinaresca qui ouvre le deuxième acte de Gioconda, et la grande et somptueuse scène de Macduff au quatrième acte de Macbeth, récitatif, air et cabalette ! Le timbre brille des couleurs chaudes et ensorcelantes de son pays natal, la voix est homogène et ne craint pas les passages de registre, le phrasé est ample et la projection généreuse. A souligner également la recherche constante d’une belle musicalité chez cet interprète. C’est à un artiste toulousain, aujourd’hui dans les chœurs permanents du Théâtre du Capitole, Jean-Luc Antoine, que sont dévolues les parties écrites en clé de fa de la Messa di Gloria, l’occasion pour nous d’entendre un chanteur au timbre d’un solide métal et doté d’une belle technique.
Autre surprise, Alfonso Caiani chef d’orchestre. Certes, il est ici dans son arbre généalogique et cela relève de l’euphémisme d’écrire combien ce répertoire appartient à son ADN. Mais tout de même. Il suffit de prêter attention à l’intensité, à la lumière, à l’émotion, au phrasé, aux couleurs dont il pare le célèbre Intermezzo de Cavalleria rusticana pour comprendre combien ce style l’habite et, surtout, lui appartient au plus haut degré. Et il en est ainsi toute la soirée. Encore faut-il ajouter qu’il n’avait pas à sa disposition un ensemble de 60 musiciens, mais l’Orchestre de chambre de Toulouse renforcé de quelques cuivres et percussions, au demeurant et comme toujours d’une parfaite précision et fiabilité. Qu’à cela ne tienne, Alfonso Caiani extrait de toutes ces partitions l’essentiel de la mélodie et de l’orchestration et nous le donne à entendre. Tour de magie qui fait, entre autre, du final du Prologue de Mefistofele, un moment d’une puissance incroyable, un moment ovationné par un Capitole comble et aux anges. Superbe !

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 23 mai 2015

 

infos
 

Renseignements concernant les distributions, les dates et les abonnements :

www.theatreducapitole.fr

 

 

 

 

 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2016-2017
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index