www.classicToulouse.com
Annonces
 
 
Critiques
 
Théâtre du Capitole
Tiefland, E. d'Albert
29/09/2017
Odyssud
Anacréon - Actéon
22/09/2017
Théâtre du Capitole
Journées du Patrimoine
16/09/2017
Théâtre du Capitole
Le Prophète
Giacomo Meyerbeer
23/06/2017
Théâtre du Capitole
Lucia de Lammermoor
G. Donizetti
19/05/2017
Opéra Grand Avignon
Anna Bolena
G. Donizetti
14/05/2017
L'Opéra
Film documentaire de
Jean-Stéphane Bron
04/2017
Théâtre du Capitole
L'Ombre de Venceslao
M. Matalon
04/04/2017
Théâtre du Capitole
Ernani
G. Verdi
10/03/2017
Théâtre du Capitole
Candide, L. Bernstein
20/12/2016
Théâtre du Capitole
Concert de Noël
Chœur du Capitole
06/12/2016
Théâtre du Capitole
Le Turc en Italie
Gioacchino Rossini
18/11/2016
Opéra de Paris/Bastille
Les Contes d'Hoffmann
Jacques Offenbach
03/11/2016
Opéra de Paris/Bastille
Samson et Dalila
Camille Saint-Saëns
24/10/2016
Théâtre du Capitole
Béatrice et Bénédict
Hector Berlioz
30/09/2016
Théâtre du Capitole
Concours International
de Chant de Toulouse
51ème édition
10/09/2016
Theatro São Pedro
São Paulo - Brésil
Le Nain, A. Von Zemlinsky
21/08/2016
Théâtre du Capitole
Faust, Charles Gounod
22/06/2016
Opéra de Paris/Bastille
Aïda, Giuseppe Verdi
16/06/2016
Théâtre du Capitole
L'Italienne à Alger
Gioacchino Rossini
17/05/2016
Théâtre du Capitole
Le Nozze di Figaro
Wolfgang Amadeus Mozart
15/04/2016
Théâtre du Capitole
Le Roi David
Arthur Honegger
08/03/2016
Théâtre du Capitole
Les Fêtes vénitiennes
André Campra
23/02/2016
Théâtre du Capitole
Les Caprices de Marianne
Henri Sauguet
22/01/2016
Opéra de Paris/Bastille
La Damnation de Faust
Hector Berlioz
11/12/2015
Théâtre du Capitole
Concert de Noël
Choeur du Capitole
08/12/2015
Théâtre Comoedia de
Marmande
Macbeth, Giuseppe Verdi
05/12/2015
Opéra de Paris/Garnier
Le Château de Barbe-Bleue
Béla Bartók
La Voix humaine
Francis Poulenc
02/12/2015
Théâtre du Capitole
Rigoletto, Giuseppe Verdi
17/11/2015
Théâtre de la Porte
Saint-Martin
Rigoletto, G. Verdi
05/10/2015
Théâtre du Capitole
Le Château de Barbe-Bleue
Béla Bartók
Le Prisonnier
Luigi Dallapiccola
02/10/2015
Théâtre du Capitole
Turandot, Giacomo Puccini
19/06/2015
Théâtre du Capitole
Italia mia
Chœur du Capitole
21/05/2015
Théâtre du Capitole
Les Fiançailles au couvent
Serge Prokofiev
15/05/2015
Opéra Grand Avignon
Hamlet
Ambroise Thomas
03/05/2015
Théâtre du Capitole
Massacre
Wolfgang Mitterer
12 et 14/04/2015
 

 

Opéra/ Théâtre du Capitole -Les Fiançailles au couvent – Serge Prokofiev
15 mai 2015
     

CRITIQUE

Retour gagnant

Au final de la création de cette production, en janvier 2011, ce fut un tonnerre d’applaudissements qui éclata sous les voûtes capitolines. Il n’est rien de dire que l’actuelle reprise a connu hier au soir le même sort.



De gauche à droite : Mikhail Kolelishvili (Issac Mendoza) et John Graham Hall
(Don Jérôme) - Photo Patrice Nin -

Et comment en serait-il autrement, sauf à imaginer le public particulièrement versatile. Les mêmes causes créant les mêmes effets, c’est tout d’abord sur la suprême musicalité de la mise en scène signée Martin Duncan, un travail largement inspiré, à n’en pas douter, par les merveilleux décors et costumes d’Alison Chitty, que se portent le regard et l’attention. Sous les subtiles lumières de Paul Pyant, c’est tout un ballet de personnages qui évolue dans une apparente liberté qui est en fait un véritable réglage métronomique. Du grand art et une réussite absolue. Puis l’oreille finit par se captiver pour une partition alternant les rythmes motoriques chers à ce compositeur avec des mélodies dignes du plus pur bel canto. Après un début tempétueux, l’Orchestre national du Capitole trouve très rapidement ses marques et, sous la direction quasiment endogène à sa culture de Tugan Sokhiev, fait flamboyer tout au long de cette soirée une musique généreuse et piquante, complexe et limpide, brillante et souverainement en situation au point, parfois, de ressembler, et ce n’est pas péjoratif du tout, à de la musique de film ! N’oublions pas d’ailleurs que Serge Prokofiev a composé de nombreuses bandes son pour le 7ème art.

Les papys font de la résistance

Pour être de très bon niveau, le plateau vocal n’en est pas moins pour autant dominé par les deux interprètes principaux, deux bourgeois entrés dans l’âge et qui tentent, en vain, de régler quelques problèmes financiers et sentimentaux au détriment d’une jeunesse qui ne s’en laissera pas compter. Voici donc John Graham Hall qui fait ici ses premiers pas dans le rôle de Don Jérôme. Et quels débuts ! Ténor de caractère au style impressionnant de précision, cet artiste britannique s’empare de ce personnage en lui conférant un diabolique impact scénique. Véritable comédien de théâtre, ce chanteur possède un charisme qui lui fait envahir la scène par sa seule présence. Une prise de rôle superlative.


De gauche à droite : Elena Sommer (La Duègne) et Anastasia Kalagina (Louisa)
- Photo Patrice Nin -

A ses côtés, le marchand de poissons Isaac Mendoza nous revenait sous les traits barbus et la voix opulente, magnifiquement timbrée, de Mikhail Kolelishvili. Leur duo au 1er acte (1er tableau) est un feu d’artifice. Si l’on excepte les deux amoureux transis : Garry Magee (Don Ferdinand) et Daniil Shtoda (Don Antonio) dont les voix incertaines, minces et flottantes ne rendent vraiment pas hommage aux merveilleux passages lyriques que leur a réservés Serge Prokofiev, la suite de la distribution est de tout premier niveau. Nous retrouvons le timbre chaud de la mezzo Anna Kiknadze (Clara), de même que le lumineux et merveilleusement conduit soprano d’Anastasia Kalagina (Louisa). Nouvelle venue dans cette aventure, le contralto Elena Sommer a sur ses épaules la vis comica de cette pièce. Martin Duncan a revu sa mise en scène pour l’adapter à la personnalité et au physique de cette nouvelle Duègne. Et c’est une réussite. Ajoutons à son crédit un timbre rare d’une belle couleur et un chant qui fait l’économie bien venue d’effets de poitrinage. Pour ses premiers pas sur notre scène, Elena Sommer a fait forte impression. Vladimir Kapshuk, un jeune baryton ukrainien de 32 ans se trouve ici distribué dans un rôle écrit pour un baryton-basse d’une part et un personnage âgé d’autre part. Cherchez l’erreur. En tout état de cause, et même si le timbre est séduisant et l’artiste habile, la voix semble peiner à trouver sa véritable projection. Bien sûr, il faut saluer l’ensemble des seconds rôles, mais comment ne pas souligner le tonitruant Père Augustin d’Alexander Teliga et, comme il y a quatre ans sur cette même scène, l’incroyable Frère Elustaphe de Vasily Efimov, un torrent vocal au service d’une composition à tomber par terre. Il faut dire que le tableau du couvent, avec cette Cène improbable à hurler de rire, est l’un des grands moments du spectacle. C’est le moment d’ailleurs ici de dire l’apport magistral du Chœur du Capitole sous la direction d’Alfonso Caiani dans le triomphe qui va, n’en doutons pas, accompagner tout le parcours de cette reprise.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 16 mai 2015

 

infos
 

Renseignements concernant les distributions, les dates et les abonnements :

www.theatreducapitole.fr

 

Représentations 
suivantes :


15, 19, 22 et 24 mai 2015

 

 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2017-2018
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index