www.classicToulouse.com
classic toulouse
Articles
 
Lucia
Bernard Minier
Une nuit sans aube
Benoit d'Halluin
Le Bal des louves
Mireille Calmel
Le Maître de Moulins
Yann Quero
Le Serment de Jaufré
Anaël Train
Quand j'étais tueur d'ours
Salvanou
La Femme d'or
Christian Jacq
Le Lit d'Aliénor
Mireille Calmel,
Pierre Legein
Univers cathares
Pascal Alquier
Arnaud Späni
L'assassin de la rue Voltaire
Henri Lœvenbruck
Hugo van der Goes
Yann Quero
Rouge-Marbre
Michèle Teysseyre
Le Rêve d'un autre monde/
Aux portes du paradis
Anne Plichota &
Cendrine Wolf
L'inoubliable voyage de
Miss Benson
Rachel Joyce
L'Opéra de Paris
Jean-Philippe Saint-Geours
et Christophe Tardieu
Les Aventurières du ciel
Katell Faria
Minuit ! New York
Mark Miller
Le bonheur l'emportera
Amélie Antoine
Place aux immortels
Patrice Quélard
Née sous un piano
Mūza Rubackytė
Présentation et dédicace
03/06/2021
La Forêt des Disparus
Olivier Bal
Et si on pouvait tout
recommencer
Robert Webb
La Chasse
Bernard Minier
Richard Wagner et sa
réception en France
Michal Piotr Mrozowicki
La Chapelle des Templiers
Jean Siccardi
Dédicaces - Maestro
Les Grands Interprètes
Que répondez-vous,
Professeur ?
Wanda Koméza
Dédicaces - Solistes
Les Grands Interprètes
A vif
René Manzor
Dédicaces - Grandes Voix
Les Grands Interprètes
Née sous un piano
Mūza Rubackytė
Dans l'ombre du loup
Olivier Merle
Erectus / L'Armée de
Darwin
Xavier Müller
Dédicaces - Volume I
Les Grands Interprètes
Si la bête s'éveille
Frédéric Lepage
Le Rêve d'un autre monde
La Tour de l'espoir
Anne Plichota &
Cendrine Wolf
Que Dieu lui pardonne
Laurent Malot
Les trois crimes de Noël
Christian Jacq
Une seconde avant Noël
Romain Sardou
La Louve cathare
Mireille Calmel
Le mystère de
la Main rouge
Henri Lœvenbruck
Le dernier message
Nicolas Beuglet
Egypte, l'ultime espoir
Christian Jacq
Les Garçons de l'amour
Ghazi Rabihavi
 

 

Livres/ Quand j'étais tueur d'ours - Salvanou
     
COUP DE CŒUR
   

Un hymne à la Nature

Milieu du 19e siècle, Ariège et plus précisément, car c’est important, au pied du Montcalm, entre le Vicdessos et Auzat. Voilà, nous y sommes. Le récit peut commencer. Car il s’agit ici d’un récit. Celui de traditions perdues et que la transmission orale a bien voulu porter jusqu’à nous. Le conteur est né en 1950. Il va donner la parole à Jacques Fidel Denjean que son arrière-grand-père a connu.

Pourquoi Fidel ? Simplement parce qu’il y a tellement de Denjean dans la vallée qu’il faut bien les identifier un à un. Celui-ci va avoir un destin particulier, il sera tueur d’ours. En plus bien sûr des activités rurales indispensables à la survie de la famille. En l’occurrence l’élevage de brebis. En ce 19e siècle vieillissant les plantigrades en question sont foison et prélèvent régulièrement des ovins, jeunes ou pas dans les troupeaux. C’est pourquoi quelques courageux se lancent sur leurs traces afin de les supprimer.


O

Fidel ne tue pas que les ours, il est devenu un excellent chasseur d’isards aussi, et de lièvres à l’occasion. Mais l’ours, c’est autre chose, le Monsur comme il l’appelle, est un animal mythique et potentiellement dangereux. Les fusils, même rustiques, écartent le danger mais, pour les plus courageux, il y a la Ganibette. Ce coutelas est l’arme absolue du corps à corps entre l’homme et l’animal. Bien que protégé par une cuirasse de bois et un casque en cuir, il faut un certain cran pour se laisser étreindre par un ours.  Or, Jacques fait partie de ces téméraires.  Sa quête d’un vieux et gigantesque solitaire sera le fil rouge de ce livre. Cela dit, le récit de Salvanou va finalement beaucoup plus loin. Il est la chronique pastorale, rurale, sociale des années qui entourent le passage d’un siècle à l’autre, chronique qui passe par le premier conflit mondial...

L’auteur nous fait revivre ces temps-là et plus particulièrement au travers de la vie de Jacques. De son apprentissage des métiers de paysan jusqu’à l’âge avancé qui l’achemine en toute sérénité jusqu’à la fin. Du Conseil de révision à son mariage, de ses déambulations dans tous les villages de la région avec sa peau d’ours afin de récolter des dons, des malheurs qui viendront le frapper, Salvanou ne fait aucune économie. Et notre gorge est surprise plus d’une fois.... Déjà tout cela ferait bien des qualités à cet ouvrage, mais l’auteur à l’idée, géniale, de donner la parole au fameux ours. Il lui consacre ainsi plusieurs pages qui sont autant d’hymne à la Nature, jetant au travers de ses yeux un regard qui ne peut qu’engendrer l’émotion.
Bien sûr il faut lire ce roman en le contextualisant dans une époque qui est loin d’être la nôtre et dont peu ont la connaissance. L’écrivain agit ici en passeur de mémoire en nous transmettant les derniers feux d’un temps à jamais révolu. Afin que nul n’ignore...

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 31 décembre 2021

 

 

infos
 
 

« Quand j’étais tueur d’ours » Salvanou – Editions Le Lys Bleu – 222 pages – 18,60 €

 

 

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index