www.classicToulouse.com
classic toulouse
Articles
 
Le Serment de Jaufré
Anaël Train
Quand j'étais tueur d'ours
Salvanou
La Femme d'or
Christian Jacq
Le Lit d'Aliénor
Mireille Calmel,
Pierre Legein
Univers cathares
Pascal Alquier
Arnaud Späni
L'assassin de la rue Voltaire
Henri Lœvenbruck
Hugo van der Goes
Yann Quero
Rouge-Marbre
Michèle Teysseyre
Le Rêve d'un autre monde/
Aux portes du paradis
Anne Plichota &
Cendrine Wolf
L'inoubliable voyage de
Miss Benson
Rachel Joyce
L'Opéra de Paris
Jean-Philippe Saint-Geours
et Christophe Tardieu
Les Aventurières du ciel
Katell Faria
Minuit ! New York
Mark Miller
Le bonheur l'emportera
Amélie Antoine
Place aux immortels
Patrice Quélard
Née sous un piano
Mūza Rubackytė
Présentation et dédicace
03/06/2021
La Forêt des Disparus
Olivier Bal
Et si on pouvait tout
recommencer
Robert Webb
La Chasse
Bernard Minier
Richard Wagner et sa
réception en France
Michal Piotr Mrozowicki
La Chapelle des Templiers
Jean Siccardi
Dédicaces - Maestro
Les Grands Interprètes
Que répondez-vous,
Professeur ?
Wanda Koméza
Dédicaces - Solistes
Les Grands Interprètes
A vif
René Manzor
Dédicaces - Grandes Voix
Les Grands Interprètes
Née sous un piano
Mūza Rubackytė
Dans l'ombre du loup
Olivier Merle
Erectus / L'Armée de
Darwin
Xavier Müller
Dédicaces - Volume I
Les Grands Interprètes
Si la bête s'éveille
Frédéric Lepage
Le Rêve d'un autre monde
La Tour de l'espoir
Anne Plichota &
Cendrine Wolf
Que Dieu lui pardonne
Laurent Malot
Les trois crimes de Noël
Christian Jacq
Une seconde avant Noël
Romain Sardou
La Louve cathare
Mireille Calmel
Le mystère de
la Main rouge
Henri Lœvenbruck
Le dernier message
Nicolas Beuglet
Egypte, l'ultime espoir
Christian Jacq
Les Garçons de l'amour
Ghazi Rabihavi
 

 

Livres/ Hugo van der Goes – Yann Quero
     
COUP DE CŒUR
 

Plus qu’un maître, un génial précurseur

Yann Quero n’hésite pas une seconde pour qualifier Hugo van der Goes de Mozart de la peinture dès les premières lignes de son avant-propos. Il nous met ainsi de la plus « violente » des manières face à un personnage inconnu du grand public et même certainement de fins connaisseurs de l’art pictural européen. Pour cela, et très adroitement, Yan Quero va conjuguer la vie, autant personnelle qu’artistique, d’Hugo van der Goes, avec son temps. Et plus particulièrement les heurs et malheurs du combat acharné qui oppose en ce milieu du XVème siècle le Royaume de France sous le règne de Louis XI et le Duc de Bourgogne dont les terres immenses occupaient non seulement la Bourgogne actuelle mais également tout le nord de l’Europe.

Jalonnant avec subtilité le parcours personnel du jeune peintre Hugo van der Goes avec la grande histoire de cette Europe en cours de construction via des combats sanglants et des mariages de raison, le romancier nous fait pénétrer dans un univers singulier, celui de cette ville de Gand et de ses guildes, notamment celle des peintres dont le Saint Patron n’est autre que Luc, l’Evangéliste. Nous suivons Hugo, depuis son enfance misérable jusqu’à son ascension au Doyenné de cette guilde. Un cheminement au travers duquel son talent va être dépassé par son génie.


O

Au fur et à mesure des commandes qui affluent, de plus en plus prestigieuses, dans l’atelier du peintre, l‘auteur nous fait toucher du doigt la réflexion originale d’Hugo. Ce primitif flamand va, petit à petit, imposer dans ses toiles un élément nouveau : le mouvement. Se libérant de la codification des thèmes religieux, il va les transcender en donnant à ses personnages des visages non plus contemplatifs mais humains avec tout ce que cela entraîne en terme d’émotion. C’est lui qui a inventé le clair-obscur dont nous savons aujourd’hui combien des peintres tels que Le Caravage ont fait leur profit, initiant en cela une peinture plus romantique et démonstrative. L’auteur de ce passionnant roman l’avoue, nous ne savons pas grand-chose de cet homme mais assez cependant pour que, aidé par une licence romanesque indispensable à la conduite du récit, ce livre nous le fasse revivre avec une maximum d’authenticité.

Fortement documenté, enrichi de quelques tableaux, hélas en noir et blanc (allez sur internet les voir en couleurs, cela vaut le détour croyez-moi), ce singulier ouvrage nous fait également croiser les grands de ce monde d’alors. Nous les avons déjà cités, Louis XI et son cousin Charles le Téméraire, mais aussi Marie de Bourgogne, Maximilien d’Autriche, Laurent de Médicis, le voïvode Dracula et même le sultan Mehmed II. L’œuvre d’Hugo van der Goes n’est pas connue car éparpillée dans le monde entier. Qui plus est parfois recluse chez des collectionneurs privés... La majeure partie de sa production a été détruite au XVIe siècle aux Pays Bas. Il en reste donc très peu de visible mais suffisamment pour que le génie novateur de ce Gandois mort en 1482 à l’âge de 42 ans nous éblouisse et nous démontre son rôle charnière dans l’histoire de la peinture.
Un livre passionnant !

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 22 octobre 2021

 

infos
 
 

« Hugo van der Goes – Le grand primitif flamand » Yann Quero – Editions Jourdan – 620 pages – 21,90 €

 

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index