www.classicToulouse.com
Articles
 
La mort du nouveau nez
Jean-Pierre Alaux et
Noël Balen
Un appartement à Paris
Guillaume Musso
Lettre ouverte à ma main
gauche
Catherine David
Nuit
Bernard Minier
Paris la rouge
Rémi Kauffer
Dictionnaire amoureux
de la Montagne
Frédéric Thiriez
Horowitz, l’Intranquille
Jean-Jacques Groleau
L'Orient derrière soi
André Tubeuf
La Bible racontée comme
un roman - Tome 2
Christine Pedotti
Sphinx
Christian Jacq
Les Parisiens
Olivier Py
Dictionnaire amoureux
de la Chanson française
Bernard Dicale
Le cri
Nicolas Beuglet
Dictionnaire amoureux
de l'Orient
René Guitton
Loin de Venise
Michèle Teysseyre
Le Corps de la Liberté
Jorge Coli
La Fille de Brooklyn
Guillaume Musso
Arsène Lupin/Les héritiers
Benoît Abtey
Pierre Deschodt
Rival
Kathy Reichs
Brendan Reichs
Gengis Khan -
Le Conquérant
José Frèches
Henri Dutilleux
Pierre Gervasoni
Gengis Khan - L'Homme qui aimait le vent
José Frèches
Aliénor - Un dernier baiser
avant le silence
Mireille Calmel
La Bible racontée comme
un roman
Christine Pedotti
Tugdual/La Terre des
origines
Anne Plichota,
Cendrine Wolf
Adolf Busch - Le premier
des justes
André Tubeuf
Surtout ne mens pas
Elena Sender
Changer des vies par la
pratique de l'orchestre
Tricia Tunstall
Histoire mondiale des
Services secrets
Rémi Kauffer
Georges Bizet
Jérôme Bastianelli
Risque
Kathy Reichs
Brendan Reichs
La Lettre de Queenie
Rachel Joyce
La regrettable importance
de la beauté
Amanda Filipacchi
Tugdual/ Les Serviteurs
de l'Ordre
Anne Plichota,
Cendrine Wolf
Une putain d'histoire
Bernard Minier
 

 

Livres/ Nuit - Bernard Minier
     

Le monstre est toujours vivant

Après une halte, superbe, comme entre parenthèses, sur le Continent américain en 2015, avec Une putain d’histoire, Bernard Minier remet en scène aujourd’hui le Commandant Servaz et en profite pour nous replonger dans l’univers montagneux et froid des Pyrénées commingeoises. Pas tout de suite d’ailleurs. Il fait tout d’abord un détour par une plateforme pétrolière.


O

C’est là que le destin, si l’on peut dire, va remettre indirectement notre bien aimé Commandant en présence de celui qui hante ses nuits depuis des années, depuis Glacé en 2011, Le Cercle en 2013 et N’éteins pas la lumière en 2014. Il s’appelle Julian Hirtmann, sorte d’esprit du Mal, insaisissable et sans pitié. Aujourd’hui il se rappelle aux bons souvenirs de Martin Servaz car il a un service à lui demander. Et pas n’importe lequel ! Entre en jeu une enquêtrice norvégienne et… Gustav, un enfant. Cet enfant, pas très en forme mais toujours souriant, est l’obsession du tueur en série. Il le couve comme un véritable père. Ce monstre aurait-il pu engendrer un pareil bambin ? Mais alors, qui est la mère ? Où est-elle ? Que vient faire ce grand chef d’orchestre et son tueur à gage dans cette histoire ? Pour Martin Servaz, le cauchemar continue.

Et nous voilà à nouveau happés par ce thriller qui prend parfois pour cadre notre chère Ville rose. A plusieurs reprises, l’auteur voudrait nous faire croire que le Commandant Servaz est en train de gravir son Golgotha. Il n’en est rien fort heureusement et, selon une habitude à laquelle nous lui en voudrions de déroger, une pirouette finale nous donne une bonne claque et nous laisse à penser que Martin n’en a pas encore tout à fait fini avec son meilleur ennemi. Tant mieux !

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 29 mars 2017

 

infos
 
 

« Nuit » roman de Bernard Minier –
XO Editions – 518 pages – 21,90 €

 

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index