www.classicToulouse.com
Articles
 
Que Dieu lui pardonne
Laurent Malot
Les trois crimes de Noël
Christian Jacq
Une seconde avant Noël
Romain Sardou
La Louve cathare
Mireille Calmel
Le mystère de
la Main rouge
Henri Lœvenbruck
Le dernier message
Nicolas Beuglet
Egypte, l'ultime espoir
Christian Jacq
Les Garçons de l'amour
Ghazi Rabihavi
Confessions inachevées
Ye Lingfeng
Babylone / Le Réveil des
Passions
Catherine David et
Françoise Bouron
La Chambre des Dupes
Camille Pascal
Bénie soit Sixtine
Maylis Adhémar
Patagonie
Michèle Teysseyre
Le Fou d'Ariane
Myrielle Marc
Le Code et la Diva
Christian Grenier
Un homme averti ne
vaut rien
Romain Sardou
La Vallée
Bernard Minier
La Cité de Feu
Kate Mosse
Jeanne d'Arc
Pauline de Préval
Et passe le souffle
des dieux
Philippe Séguy
Domenico Scarlatti
Martin Mirabel
L'Affaire Clara Miller
Olivier Bal
Selon Bach
Michel Brun
Le Duel
Frédéric Mitterrand
Louis XIV, l'enfant roi
François-Guillaume Lorrain
La Petite Voleuse de la soie
José Frèches
Le Loup des Cordeliers
Henri Loevenbruck
Horemheb
Christian Jacq
Le Roi fol
Laurent Decaux
L'Île du Diable
Nicolas Beuglet
Donne-moi des ailes
Nicolas Vanier
Ces femmes qui ont fait
l'Egypte
Christian Jacq
La Prisonnière du diable
Mireille Calmel
M, le bord de l'abîme
Bernard Minier
La Troupe Offenbach
Dominique Ghesquière
Les Cœurs aimants
Anne Plichota &
Cendrine Wolf
Les Hommes du Président
Rémi Kauffer
Berlioz
Bruno Messina
 

 

Livres/ M, le bord de l'abîme - Bernard Minier
     

M ou l’odyssée de l’Intelligence Artificielle

Impossible de ne pas penser, à la lecture du dernier opus de Bernard Minier, au chef-d’œuvre de Stanley Kubrick : 2001, l’odyssée de l’espace, un film magistral sorti en 1968 et mettant en scène un ordinateur, de fiction pour l’époque, Hal 9000. Le livre de Bernard Minier se passe aujourd’hui, et s’il nous fait croiser une application d’IA nommée DEUS, nous ne sommes plus dans le romanesque mais dans une pure réalité.

Hong Kong, une ville monstrueuse à bien des égards : gigantisme, corruption, prostitution, violence, fracture sociale, sexe et drogue. C’est dans ce cloaque propice au développement de puissances financières plus ou moins légales que s’épanouit la société Ming Inc. spécialisée dans l’IA. Ses ingénieurs ont mis au point, ou presque, DEUS, un chatbot universel révolutionnaire, autrement nommé dialogueur ou agent conversationnel donnant l’impression d’avoir dans la discussion avec lui un être « pensant ».


O

Pour le perfectionner, le patron de Ming embauche une pointure française travaillant chez Facebook : Moïra. Un pont d’or lui est proposé, que la jeune femme va accepter, ne se doutant nullement dans quel nid de vipères elle vient de mettre ses pieds nus. Rapidement cependant, Moïra va prendre connaissance de faits qui vont l’interpeller. Les employés donnent tous l’impression d’avoir peur et comme cela ne suffit pas, des suicides et des crimes vont plonger la jeune française dans la plus profonde des interrogations. Que se passe-t-il dans ce centre de recherche ? Pour noircir le tableau, voici qu’elle est carrément contactée par la police locale qui compte bien en faire sa taupe au sein de ce consortium informatique de puissance mondiale, donc intouchable, et à l’intérieur duquel se cacherait un dangereux criminel.
N’allons pas plus loin.

Laissez-vous guider par ce formidable romancier. Il va vous introduire dans le cœur même de recherches que nous savons aujourd’hui bien réelles et même mises en application par des géants tels Facebook et Google. En creux, ce thriller contemporain met en garde, mais est-il encore temps (?), contre les dérives d’Internet et l’addiction de jour en jour croissante de la population aux milliers d’applications dont le seul but est de l’asservir à des diktats soigneusement scénarisés.
Que les 200 dernières pages de ce roman se lisent en apnée est la moindre de ses qualités. L’intérêt majeur est ici d’alerter face aux manipulations, déjà en action à l’échelle planétaire, de processus qui échappent eux-mêmes à leurs concepteurs, à l’image de la célèbre légende de l’Apprenti sorcier. Une bluette, pourtant développée dans ce roman, aurait pu terminer ce livre dans un parfum à l’eau de rose. Bernard Minier s’y refuse. Le sujet est trop grave car nous sommes véritablement au bord de l’abîme. Et comme il a raison !

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 6 juillet 2019

 

infos
 
 

« M, le bord de l’abîme » roman de Bernard Minier – XO éditions – 576 pages – 21,90 €

 

 

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index