www.classicToulouse.com
Articles
 
Le mystère de
la Main rouge
Henri Lœvenbruck
Le dernier message
Nicolas Beuglet
Egypte, l'ultime espoir
Christian Jacq
Les Garçons de l'amour
Ghazi Rabihavi
Confessions inachevées
Ye Lingfeng
Babylone / Le Réveil des
Passions
Catherine David et
Françoise Bouron
La Chambre des Dupes
Camille Pascal
Bénie soit Sixtine
Maylis Adhémar
Patagonie
Michèle Teysseyre
Le Fou d'Ariane
Myrielle Marc
Le Code et la Diva
Christian Grenier
Un homme averti ne
vaut rien
Romain Sardou
La Vallée
Bernard Minier
La Cité de Feu
Kate Mosse
Jeanne d'Arc
Pauline de Préval
Et passe le souffle
des dieux
Philippe Séguy
Domenico Scarlatti
Martin Mirabel
L'Affaire Clara Miller
Olivier Bal
Selon Bach
Michel Brun
Le Duel
Frédéric Mitterrand
Louis XIV, l'enfant roi
François-Guillaume Lorrain
La Petite Voleuse de la soie
José Frèches
Le Loup des Cordeliers
Henri Loevenbruck
Horemheb
Christian Jacq
Le Roi fol
Laurent Decaux
L'Île du Diable
Nicolas Beuglet
Donne-moi des ailes
Nicolas Vanier
Ces femmes qui ont fait
l'Egypte
Christian Jacq
La Prisonnière du diable
Mireille Calmel
M, le bord de l'abîme
Bernard Minier
La Troupe Offenbach
Dominique Ghesquière
Les Cœurs aimants
Anne Plichota &
Cendrine Wolf
Les Hommes du Président
Rémi Kauffer
Berlioz
Bruno Messina
 

 

Livres/ Berlioz - Bruno Messina
     

Le génie du romantisme

Que serait devenue la musique sans la naissance à La Côte-Saint-André en 1803 d’Hector Berlioz. Il est franchement permis de se le demander tant son apport en termes de liberté et d’orchestration fut décisif pour la plupart des compositeurs du 19ème siècle, les plus importants inclus.


O

Bruno Messina, directeur du Festival Berlioz, nous livre, à l’occasion du 150ème anniversaire de la disparition de ce compositeur, une courte mais passionnante biographie, fidèle à l’image de cette collection d’Actes Sud. Il lui suffit de 27 paragraphes, forcément concis, pour nous tracer le portrait d’un homme qui fut aussi écrivain, journaliste, chef d’orchestre, amoureux permanent, visionnaire, autodidacte, drôle, fragile et intraitable à la fois. Un monde à lui seul.
S’il n’a jamais traversé l’Océan, peu de pays de la vieille Europe lui furent inconnus. Reçu et honoré par les plus grandes têtes couronnées de son temps, il marqua esthétiquement son époque en composant La Symphonie fantastique en 1830, œuvre aussi importante en terme d’évolution musicale que Le Sacre du printemps le sera en 1913. Hector Berlioz fait souffler un vent de liberté créatrice. De très nombreux écrits nous permettent de suivre pas à pas cet homme parfois un rien fantasque.

Sur la fin de sa vie, alors qu’il est littéralement adulé en Russie, Moussorgski écrit : « Beethoven, le penseur, et Berlioz, l’ultrapenseur ». César Cui, Balakirev et jusqu’au jeune Tchaïkovski ne savent que faire ni que dire pour saluer au mieux son génie et faciliter sa dernière tournée en Russie. Triomphale bien sûr. Nous sommes en 1867. Le 8 mars 1869, Hector Berlioz s’éteint. Il y a de cela 150 ans.
L’ouvrage se termine sur de précieuses recommandations discographiques.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 4 janvier 2019

 

infos
 
 

« Berlioz » par Bruno Messina – Actes Sud – 205 pages – 18 €

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index