www.classicToulouse.com
Articles
 
Moi, Jean Pigasse, ouvrier
du Canal
Michèle Teysseyre
Les Lionnes de Venise
Mireille Calmel
Quelqu'un à qui parler
Cyril Massarotto
Madeleine Pauliac -
L'Insoumise
Philippe Maynial
Le soleil ne se cachera pas
pour mourir
Jean-Pierre Alaux et
Sylvie Vauclair
Gabriel Fauré
Jacques Bonnaure
La mort du nouveau nez
Jean-Pierre Alaux et
Noël Balen
Un appartement à Paris
Guillaume Musso
Lettre ouverte à ma main
gauche
Catherine David
Nuit
Bernard Minier
Paris la rouge
Rémi Kauffer
Dictionnaire amoureux
de la Montagne
Frédéric Thiriez
Horowitz, l’Intranquille
Jean-Jacques Groleau
L'Orient derrière soi
André Tubeuf
La Bible racontée comme
un roman - Tome 2
Christine Pedotti
Sphinx
Christian Jacq
Les Parisiens
Olivier Py
Dictionnaire amoureux
de la Chanson française
Bernard Dicale
Le cri
Nicolas Beuglet
Dictionnaire amoureux
de l'Orient
René Guitton
Loin de Venise
Michèle Teysseyre
Le Corps de la Liberté
Jorge Coli
La Fille de Brooklyn
Guillaume Musso
Arsène Lupin/Les héritiers
Benoît Abtey
Pierre Deschodt
Rival
Kathy Reichs
Brendan Reichs
Gengis Khan -
Le Conquérant
José Frèches
Henri Dutilleux
Pierre Gervasoni
Gengis Khan - L'Homme qui aimait le vent
José Frèches
Aliénor - Un dernier baiser
avant le silence
Mireille Calmel
 

 

Livres/ Gengis Khan / Le Conquérant – José Frèches
     

Les abîmes du pouvoir

Nous avons fait connaissance avec cette figure majeure de l’Histoire mondiale du 13ème siècle dans le premier tome de cette saga que José Frèches consacre à Gengis Khan. Le présent opus, à juste titre intitulé Le Conquérant, nous fait revivre la folle expansion de l’empire mongol.

O

Une « folle » expansion car la gestion et le contrôle de cet empire n’a jamais été possible, ses frontières fluctuant en permanence au caprice des alliances sans cesse remises en cause. De toute manière, l’administration mongole, par définition nomade, n’était pas structurée pour maîtriser un territoire pareil, s’étendant de la Corée actuelle à la Mer Caspienne. José Frèches, en orientaliste de haut niveau, nous entraîne sur les pas de ce conquérant sans peur, mais pas sans reproches, avec une science des lieux et des événements, ainsi qu’un talent de conteur, qui forcent l’admiration. Très vite le personnage de Gengis Khan nous apparaît cette fois dans toute la démesure de son ambition, une ambition qui tutoyait sérieusement la folie. Une folie, l’Histoire s’en est fait l’écho, qui fut à l’origine de massacres gratuits de plusieurs millions d’individus.

Et tout cela pour devenir, ce qu’il ne sera jamais, l’Empereur Océanique. Il mourra en 1227 de manière pathétique, vraisemblablement paralysé. Recouvert de jade, son corps fut enterré mais sa sépulture ne sera jamais découverte et demeure à ce jour une énigme. Un homme certainement exceptionnel en ce siècle moyenâgeux, aussi intelligent et charismatique que tyrannique et cruel. Il a fait trembler le Monde entier. Ses fils et petits-fils réussiront à fonder, à la fin du 13ème siècle, le plus grand empire ayant jamais existé, dont les frontières étaient la Méditerranée, le Pacifique, l’Inde et la Sibérie. Post mortem, le rêve de Gengis Khan s’est réalisé. Pour un temps.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 18 mars 2016

 

infos
 
 

« Gengis Khan / Le Conquérant », roman de José Frèches – XO Editions – 375 pages – 19,90 €

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index