www.classicToulouse.com
Articles
 
Urgence absolue
Christian Jacq
Le Seigneur de Charny
Laurent Decaux
Cavale
Virginie Jouannet
Moi, Jean Pigasse, ouvrier
du Canal
Michèle Teysseyre
Les Lionnes de Venise
Mireille Calmel
Quelqu'un à qui parler
Cyril Massarotto
Madeleine Pauliac -
L'Insoumise
Philippe Maynial
Le soleil ne se cachera pas
pour mourir
Jean-Pierre Alaux et
Sylvie Vauclair
Gabriel Fauré
Jacques Bonnaure
La mort du nouveau nez
Jean-Pierre Alaux et
Noël Balen
Un appartement à Paris
Guillaume Musso
Lettre ouverte à ma main
gauche
Catherine David
Nuit
Bernard Minier
Paris la rouge
Rémi Kauffer
Dictionnaire amoureux
de la Montagne
Frédéric Thiriez
Horowitz, l’Intranquille
Jean-Jacques Groleau
L'Orient derrière soi
André Tubeuf
La Bible racontée comme
un roman - Tome 2
Christine Pedotti
Sphinx
Christian Jacq
Les Parisiens
Olivier Py
Dictionnaire amoureux
de la Chanson française
Bernard Dicale
Le cri
Nicolas Beuglet
Dictionnaire amoureux
de l'Orient
René Guitton
Loin de Venise
Michèle Teysseyre
Le Corps de la Liberté
Jorge Coli
La Fille de Brooklyn
Guillaume Musso
Arsène Lupin/Les héritiers
Benoît Abtey
Pierre Deschodt
Rival
Kathy Reichs
Brendan Reichs
Gengis Khan -
Le Conquérant
José Frèches
Henri Dutilleux
Pierre Gervasoni
Gengis Khan - L'Homme qui aimait le vent
José Frèches
Aliénor - Un dernier baiser
avant le silence
Mireille Calmel
 

 

Livres/ Gengis Khan / L'Homme qui aimait le vent – José Frèches
     

Il a régné sur le plus grand empire de l’Histoire

Ce nomade devenu empereur et qui, pour l’éternité, s’appelle Gengis Khan, est l’une des figures les plus emblématiques de l’Histoire mondiale depuis que celle-ci nous est connue, aux côtés d’un Alexandre le Grand, ou encore Tamerlan et Napoléon. Lui qui était issu d’une tribu qui manqua de peu de disparaître totalement, se rêvait « empereur océanique », c’est-à-dire Maître absolu de la Mer de Chine à la Méditerranée. Nous sommes à la fin du 12ème siècle.


O

Très bien éduqué par un lettré chinois, Temüdjin, le futur Gengis Khan, va vite comprendre que le danger pour des nomades tels que lui réside dans le pouvoir des tribus sédentarisées qui, elles, se structurent, créent des administrations, des armées, etc. Lui ne rêve que de parcourir la steppe sans fin à cheval et de faire chasser ses aigles. Mais le pragmatisme du jeune homme va l’emporter. Aidé en cela par son épouse Börte, Temüdjin va entreprendre au forceps une œuvre de réunification de toutes les tribus nomades. Il sera sans pitié pour ses ennemis. Cet amant insatiable, fin stratège également, va se comporter avec une violence et une brutalité devenues légendaires envers eux. José Frèches est un spécialiste de la Chine ancienne et les renseignements, nombreux, qui existent sur cette période-là lui ont été une source inépuisable de documentation précieuse.

Ainsi nous apparaît dans toute sa sauvagerie le quotidien de ces tribus amenant de contrées en contrées leurs yourtes sur des chariots, en même temps que leurs troupeaux de yacks et de chevaux. L’écrivain, avec le talent de conteur que nous lui connaissons, nous amène au cœur de cette époque mystérieuse mais bien réelle cependant au travers de ce roman historique en deux tomes dont le premier, L’homme qui aimait le vent, trace un portrait sans fard, romanesque parfois, d’une extrême précision aussi, de ce personnage qui voulait conquérir le monde.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 2 mars 2016

 

infos
 
 

« Gengis Khan / L’Homme qui aimait le vent », de José Frèches – XO Editions – 344 pages -19,90 €

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index