www.classicToulouse.com
Articles
 
La Fille des Templiers
Mireille Calmel
Si on dansait...
Rachel Joyce
Click & Love
Cyril Massarotto
Winnaretta Singer-Polignac
- Princesse, mécène et
musicienne
Sylvia Kahan
Complot
Nicolas Beuglet
Maramisa
Vincent Engel
Mémoires d'un artiste
Charles Gounod
Brahms par ses lettres
Christophe Looten
Sœurs
Bernard Minier
Rêves de trappeur
Rock & Kathryn Boivin
Le Silence et la Fureur
Natalie Carter &
Nicolas d'Estienne d'Orves
Les 5/5 - Tome 2 :
Turbulences
Anne Plichota &
Cendrine Wolf
Les maîtres de l'espionnage
Rémi Kauffer
Les Lionnes de Venise/2
Mireille Calmel
De l'origine de l'univers à
l'origine de la vie
Sylvie Vauclair
Le Père David, l'Impératrice et le Panda
José Frèches
Les 5/5 - Tome 1 :
En équilibre
Anne Plichota &
Cendrine Wolf
Urgence absolue
Christian Jacq
Le Seigneur de Charny
Laurent Decaux
Cavale
Virginie Jouannet
Moi, Jean Pigasse, ouvrier
du Canal
Michèle Teysseyre
Les Lionnes de Venise
Mireille Calmel
Quelqu'un à qui parler
Cyril Massarotto
Madeleine Pauliac -
L'Insoumise
Philippe Maynial
Le soleil ne se cachera pas
pour mourir
Jean-Pierre Alaux et
Sylvie Vauclair
Gabriel Fauré
Jacques Bonnaure
La mort du nouveau nez
Jean-Pierre Alaux et
Noël Balen
Un appartement à Paris
Guillaume Musso
Lettre ouverte à ma main
gauche
Catherine David
Nuit
Bernard Minier
Paris la rouge
Rémi Kauffer
Dictionnaire amoureux
de la Montagne
Frédéric Thiriez
 

 

Livres/ Le Silence et la Fureur – Natalie Carter et
Nicolas d'Estienne d'Orves
     

La musique, dernière porte pour l’Enfer

L’ultime roman de Nicolas d’Estienne d’Orves, dont nous avons largement applaudi la parution des Orphelins du Mal (2007) et des Derniers Jours de Paris (2009), s’écrit cette fois à quatre mains, à savoir en collaboration avec sa mère Natalie Carter, scénariste de profession.

Dans le genre du thriller, les co-auteurs nous amènent au cœur d’une île dans laquelle un « accident » est survenu il y a des années. Depuis, cet endroit est vitrifié, ne bouge plus.

O

 

 

Une immense demeure, aujourd’hui en ruine, accueillait tous les ans un célèbre festival de piano dont la star était Max King, sorte de Glenn Gould à peine déguisé. Mais depuis « l’accident », il vit reclus chez lui, non loin de là, en compagnie de sa gouvernante Susan, une jeune femme qui consacre sa vie à la survie du grand homme. Il faut dire que ce dernier est à présent atteint d’une grave infirmité, le moindre son musical lui procure des acouphènes qui l’amènent au bord de la folie. Sa femme et son fils Luke, celui-ci promis à un bel avenir de musicien, l’ont quitté. Mais les problèmes de famille ne sont pas réglés pour autant. Aussi Susan décide-t-elle d’employer les grands moyens et invite Luke à venir visiter son père… Mais n’est-ce pas téméraire que de réveiller des secrets de famille qui peuvent se révéler mortels ?

Ce polar envahi de psychopathes tient le fameux « accident » pour fil rouge… sang. C’est par lui que naît le suspense. Mais ce n’est pas tout, au travers de ce roman et des relations entre Luke et son père, c’est tout le mystère de la transmission qui est posé en creux. Le mystère d’une renaissance aussi.
Avouons simplement préférer Nicolas d’Estienne d’Orves seul aux commandes de ses livres car ici, même si la magie de l’histoire opère quelque peu, il manque un souffle, une dynamique, une accroche à une potentielle réalité, un style en fait, toutes choses qui nous avaient séduits précédemment.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 2 avril 2018

 

infos
 
 

« Le Silence et la Fureur », roman de Natalie Carter et Nicolas d’Estienne d’Orves – XO Editions – 361 pages – 19,90 €

 

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index