www.classicToulouse.com
classic toulouse
Annonces
 
Festival de la Vézère
41ème édition
06/07 au 16/08/2022
Festival Castell Peralada
Présentation
08/07 au 06/08/2022
Toulouse les Orgues
Les Quartiers d'été
11/07 au 17/09/2022
Piano aux Jacobins
43ème édition
09 au 30/09/2022
 
Critiques
 
Festival de la Vézère
41ème édition

Cosi fan tutte
W.A. Mozart
06/08/2022
Festival de la Vézère
41ème édition
Tosca - G. Puccini
05/08/2022
Festival Castell Peralada
Nabucco
Giuseppe Verdi
30/07/2022
Festival Castell Peralada
Hadrian
Rufus Wainwright
29/07/2022
Festival de Toulouse
Concerts sous les étoiles
Théotime Langlois de
Swarte, violon
Justin Taylor , clavecin
21/07/2022
Toulouse les Orgues
Les Quartiers d'été
11/07/2022
Festival de Toulouse
Concerts sous les étoiles
10 et 12/07/2022
Festival Castell Peralada
Bayerisches Staatsballett
08 et 09/07/2022
Passe ton Bach d'abord
14ème édition
10, 11 et 12/06/2022
Camon en Musiques
5ème édition
14/05/2022
Toulouse les Orgues
26ème édition
05 au 17/10/2021
Passe ton Bach d'abord
13ème édition
24, 25 et 26/09/2021
Piano aux Jacobins
Alexandre Kantorow
14/09/2021
Piano aux Jacobins
Simone Dinnerstein
08/09/2021
Festival de Prades
Les Sacqueboutiers
10/08/2021
Festival de la Vézère
Don Giovanni
Wolfgang Amadeus Mozart
Carmen
Georges Bizet
07 et 08/08/2021
Opéra des Landes
Pelléas et Mélisande
Claude Debussy
18/07/2021
Camon en Musiques
4ème édition
17 au 19/04/2021
Toulouse les Orgues
25ème édition
Concert de la Loge
Benjamin Alard, orgue
18/10/2020
Piano aux Jacobins
41ème édition
David Kadouch
23/09/2020
Piano aux Jacobins
41ème édition
Bertrand Chamayou
09/09/2020
Toulouse les Orgues
25ème édition
Raconte-moi l'orgue
26/08/2020
Toulouse les Orgues
24ème édition
1er au 13/10/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Boris Berezovski
30/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Elisabeth Leonskaja
25/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
David Fray
18/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Nicholas Angelich
17/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Nelson Goerner
12/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Christian Zacharias
Alexandre Kantorow
05 et 06/09/2019
Festival de la Vézère
Madame Butterfly
G. Puccini
10/08/2019
Festival de la Vézère
L'Italienne à Alger
G. Rossini
09/08/2019
Festival Castell Peralada
El Quijote del Plata
26/07/2019
Passe ton Bach d'abord
12ème édition
07, 08 et 09/06/2019
Toulouse les Orgues
Jour de fête
Michel Bouvard
Christophe Coin
12/10/2018
Toulouse les Orgues
L'Amour divin
Le Rapt invisible
03/et 04/10/2018
Piano aux Jacobins
Bertrand Chamayou, piano
Elodie Sicard, danse
19/09/2018
Piano aux Jacobins
Steven Osborne
14/09/2018
Piano aux Jacobins
Alexandre Tharaud
12/09/2018
Piano aux Jacobins
Nicolas Horvath-Moondog
08/09/2018
Piano aux Jacobins
Joseph Moog
06/09/2018
Piano aux Jacobins
Joaquín Achúcarro
05/09/2018
Festival Castell Peralada
Amore
Svetlana Zakharova
13/08/2018
Festival de la Vézère
La Chauve-Souris
Johann Strauss fils
11/08/2018
Festival de la Vézère
L'Enlèvement au Sérail
Wolfgang Amadeus Mozart
10/08/2018
Festival Castell Peralada
Récital Javier Camarena
29/07/2018
Festival Castell Peralada
Récital Jonas Kaufmann
28/07/2018
Festival Castell Peralada
Thaïs, Jules Massenet
27/07/2018
Toulouse d'été
15ème édition
18, 19 et 20/07/2018
Passe ton Bach d'abord
11ème édition
01/06 au 03/06/2018
 

 

Festivals / Festival de la Vézère 2021 - Don Giovanni – Wolfgang Amadeus Mozart – Carmen – Georges Bizet - 7 et 8 août 2021
     
CRITIQUE

Chefs-d’œuvre pour un 40ème anniversaire

Le magnifique festival qui anime tous les étés corréziens depuis quarante ans à présent se devait d’afficher pour son anniversaire deux opéras mythiques. La troupe Diva Opera, invitée chaque année de cette manifestation, apporte une splendide réponse à ce souhait avec le Don Giovanni de Wolfgang Amadeus Mozart et la Carmen de Georges Bizet.

Nous ne soulignerons jamais assez le professionnalisme et le talent de cette troupe britannique, capable d’aborder pratiquement tous les répertoires, ici sur une scène de 25 mètres carrés, de faire vivre les histoires des plus comiques aux plus douloureuses, jusqu’à présenter les infernaux Contes d’Hoffmann en 2014, tout cela accompagné au piano avec une virtuosité et une attention sans égales par son directeur musical Bryan Evans. Des mois de répétitions sont nécessaires avant ses périples internationaux, jusqu’au Japon, car il n’y a pas ici de chef d’orchestre. Aucun départ n’étant donné, il appartient aux chanteurs de mémoriser les tempi du pianiste et de se concerter comme le font des musiciens chambristes. Et quand on entend comment ils se sortent de pièges tels que les ensembles rossiniens par exemple, il n’y a plus qu’à les saluer bien bas.



Don Giovanni – Matthew Hargreaves (Leporello)  et Matthew Durkan (au premier plan Don Giovanni)
- Photos mmphotoFDV -

Don Giovanni

Un tel standard fait partie du répertoire de cette troupe. Nous avons eu le plaisir de l’évoquer lors de leur dernière reprise ici-même en 2014. Cette année nous vaut la découverte d’un bien bel interprète du rôle-titre, Matthew Durkan. Une présence dévastatrice et un baryton incisif maîtrisé à la perfection sur toute la tessiture, capable de nuances souveraines, tracent un portrait mozartien du Burlador de Sevilla de haute tenue. Matthew Hargreaves (Leporello) est un habitué des lieux. Baryton-basse imposant de volume, de couleurs, d’autorité, celui qui fut le Commandeur en 2014 avant d’enchaîner le lendemain les quatre « diaboliques » des Contes d’Hoffmann, compose un valet de grande stature. La soprano Susanna Fairbairn fait également sa première apparition sur les bords de la Vézère. Elle incarne une Elvira engagée dramatiquement, magnifiquement stylée musicalement malgré un timbre un brin métallique dans les forte. Avec Gabriella Cassidy, nous retrouvons la dernière Constance in loco de L’Enlèvement au sérail (2018). Le timbre est ici plus moelleux, l’émission plus ronde. Un ambitus profond et parfaitement assumé en fait une Anna qui s’écoute avec mille plaisirs. Après être apparu dans la scène liminaire un peu en retrait dans le rôle du père d’Anna, la basse Richard Mitham impose dans le final un Commandeur de niveau international grâce à un timbre caverneux qui conserve ses harmoniques d’outre-tombe jusque dans les imprécations les plus tendues. Un modèle. C’est un autre pilier de cette troupe, le ténor Ashley Catling qui endosse le rôle d’Ottavio, version pragoise, c’est-à-dire avec l’unique Il mio tesoro comme aria. Cet artiste, au demeurant très engagé scéniquement, semble éprouver quelques difficultés et seules une immense musicalité et un sens scrupuleux des styles donnent un intérêt certain à ses interprétations. Unique française de l’étape, Faustine de Mones fait avec le jeune baryton Meilir Jones un couple Zerlina/Masetto proche de l’idéal. Une mise en scène forcément réduite au strict minimum réserve cependant des fulgurances qui épousent à merveille cet opéra de tous les défis.



Carmen – Robyn Lyn Evans (au premier plan Don José) et Katherine Aitken (Carmen)
- Photos mmphotoFDV -

Carmen

S’il est un opéra « piège » à donner devant un public français, c’est bien Carmen. Surtout si l’on décide d’adjoindre à la partie chantée les récitatifs... N’épiloguons pas sur cette option mais retenons plutôt ici la parfaite prosodie de la langue de Molière lorsque celle-ci est chantée, phénomène bien connu. Afficher Carmen, c’est avant tout distribuer une cigarière qui emporte tout sur son passage, autant vocalement que scéniquement.
Avouons que pour sa première apparition à la Vézère, Katherine Aitken n’a pas vraiment coché toutes les cases d’un emploi emblématique, son timbre cotonneux enlevant beaucoup de sensualité au personnage. A ses côtés, ou plutôt face à elle, le ténor Robyn Lyn Evans, que nous avions applaudi dans le rôle d’Alfred (La Chauve-souris en 2018) souffle le chaud, avec un air de la fleur à tomber par terre de musicalité, de phrasé, de sensibilité, et le froid avec un registre supérieur très « tendu », assuré certes, mais manquant singulièrement de souplesse. Nouvelle venue, Lucy Hall (Micaela) n’a aucun mal à recueillir tous les suffrages dans son air du troisième acte. Le grand triomphateur de la soirée sera tout de même le baryton Jean-Kristof Bouton, somptueux Escamillo dont le timbre volcanique lance les couplets du Toréador avec une assurance confondante. Mais Carmen ce sont aussi des seconds rôles dont la qualité est indispensable à la réussite d’une représentation. L’effet troupe jouant, nous retrouvons Faustine de Mones, la Zerlina de la veille, dans Frasquita et ses contre-ut telluriques, Beth Moxon campe une Mercedes aguicheuse à souhait, Jevan McCauley est un Morales irréprochable, David Stephenson, un autre pilier de cette troupe, campe un Zuniga tout aussi parfait, ce qui n’est pas tout à fait le cas de Meilir Jones, hier Masetto de haute volée, aujourd’hui Dancaire à la peine, tout comme le Remendado d’Ashley Catling. Il en est ainsi du spectacle vivant... Un dernier mot sur la production qui nous a paru en l’occurrence assez éloignée des exigences de cette troupe. Pas très convaincante et semblant tourner en rond sur elle-même, avec des bizarreries comme Don José tuant Carmen d’un coup de feu (?), ou bien ces personnages qui font à deux reprises la chenille autour de Carmen et Don José lors du duo final (??), ou bien encore cette danseuse intervenant dans chaque prélude, distrayant le spectateur de pièces musicales somptueuses, ou pire, l’empêchant de les écouter à force de zapateados forcenés. Reconnaissons que les productions de cette compagnie nous ont habitués à plus d’élégance et de subtilité. Dommage. Il est bien connu que l’espagnolade est la pire ennemie de Carmen !
Malgré ces quelques réserves, saluons non seulement cette troupe mais également les organisateurs de ce festival qui, compte-tenu des circonstances, s’est tenu dans des conditions normales. Un exploit !

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 12 août 2021

 

infos
 
Renseignements et réservations :

www.festival-vezere.com  
 
 
 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2022-2023
 
 
 
 
Les Clefs de Saint-
Pierre
 
Grands Interprètes
 

Les Arts
Renaissants

 
Odyssud-Blagnac
 
 
 
 
 
 
 
Toulouse Guitare
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index