www.classicToulouse.com
Annonces
 
Toulouse les Orgues
23ème édition
02 au 14/10/2018
Toulouse les Orgues
Mūza Rubackytė, piano
Oliver Vernet, orgue
12/10/2018
 
Critiques
 
Toulouse les Orgues
Jour de fête
Michel Bouvard
Christophe Coin
12/10/2018
Toulouse les Orgues
L'Amour divin
Le Rapt invisible
03/et 04/10/2018
Piano aux Jacobins
Bertrand Chamayou, piano
Elodie Sicard, danse
19/09/2018
Piano aux Jacobins
Steven Osborne
14/09/2018
Piano aux Jacobins
Alexandre Tharaud
12/09/2018
Piano aux Jacobins
Nicolas Horvath-Moondog
08/09/2018
Piano aux Jacobins
Joseph Moog
06/09/2018
Piano aux Jacobins
Joaquín Achúcarro
05/09/2018
Festival Castell Peralada
Amore
Svetlana Zakharova
13/08/2018
Festival de la Vézère
La Chauve-Souris
Johann Strauss fils
11/08/2018
Festival de la Vézère
L'Enlèvement au Sérail
Wolfgang Amadeus Mozart
10/08/2018
Festival Castell Peralada
Récital Javier Camarena
29/07/2018
Festival Castell Peralada
Récital Jonas Kaufmann
28/07/2018
Festival Castell Peralada
Thaïs, Jules Massenet
27/07/2018
Toulouse d'été
15ème édition
18, 19 et 20/07/2018
Passe ton Bach d'abord
11ème édition
01/06 au 03/06/2018
Toulouse les Orgues
22ème édition
04 au 15/10/2017
Piano aux Jacobins
Nicholas Angelich
29/09/2017
Piano aux Jacobins
Pierre Rigal
François Dumont
25/09/2017
Piano aux Jacobins
Alexandre Kantorow
23/09/2017
Piano aux Jacobins
Arcadi Volodos
22/09/2017
Piano aux Jacobins
Juliana Steinbach
12/09/2017
Piano aux Jacobins
Elisabeth Leonskaja
06/09/2017
Festival Castell Peralada
Acosta Danza
17/08/2017
Festival de la Vézère
La bohème, G. Puccini
La Cenerentola, G. Rossini
12 et 13/08/2017
Festival Castell Peralada
Gregory Kunde, récital
06/08/2017
Chorégies d'Orange
Aïda, G. Verdi
05/08/2017
Toulouse d'été
Hervé Billaut, piano
Guillaume Coppola, piano
21/07/2017
Toulouse d'été
Trio Elégiaque
François Dumont, piano

Philippe Aïche, violon
Virginie Constant, cello
20/07/2017
Toulouse d'été
Orchestre de Chambre
Gilles Colliard, direction

Fabrice Millischer,
trombone
David Guerrier, cor

19/07/2017
Toulouse d'été
Orchestre du Capitole
Andris Poga, direction

Edgar Moreau, violoncelle
18/07/2017
Toulouse d'été
Anaïs Constans, soprano
Thibaut Garcia, guitare

13/07/2017
Musique en Chemin
Radio France Occitanie
Montpellier
La Main Harmonique
Les Sacqueboutiers
12/07/2017
 

 

Festivals / Festival de la Vézère - L’Enlèvement au Sérail
Wolfgang Amadeus Mozart - Diva Opera – 10 août 2018
     
CRITIQUE

Un opéra bien difficile à chanter, et pourtant…

La principale troupe d’opéra de chambre anglaise, Diva Opera, invitée régulière du Festival de la Vézère, n’en est pas à un défi près. Cette année elle nous offrait, pour l’ouverture d’un week-end lyrique dont chaque édition est très attendue, rien moins qu’un Mozart. Et pas n’importe lequel ! Le grand frère de la célèbre Flûte enchantée : L’Enlèvement au Sérail.

C’est donc un singspiel, c’est-à-dire un opéra-comique avec ses dialogues parlés. L’Histoire va retenir cet ouvrage comme l’acte fondateur de l’opéra allemand. Egalement grand frère de la maçonnique Flûte, car Mozart vient de rencontrer des Maçons à Londres au moment de la composition de cet ouvrage. Il les rejoindra deux ans après mais leur fait déjà un clin d’œil en intégrant dans le livret une anglaise. Plus sérieusement, cet opéra est pétri des thèmes fondamentaux qui vont parcourir toute l’œuvre de ce compositeur : la fraternité humaine, le pardon des offenses, la clémence contre la vengeance, la fidélité, l’unité du couple, le rôle privilégié de la femme car c’est elle dans toute la dramaturgie mozartienne qui aide l’homme à s’élever, enfin la pensée de la mort qui libère de toute passion. Malgré l’âge du compositeur, 26 ans, L’Enlèvement est une œuvre de la maturité. Déjà un chef-d’œuvre.



Matthew Hargreaves (Osmin) et Barbara Cole Walton (Blonde)
- Photo FdV Creafix Studio -

Cette turquerie est donc à prendre très au sérieux, d’autant que les exigences vocales de Mozart ne sont pas des moindres. Deux rôles sont particulièrement périlleux, celui de Constance et celui de Blonde. Saluons donc comme il convient la soprano britannique Gabriella Cassidy pour son incarnation autant vocale que dramatique de Constance. Sa voix, longue et homogène, bien projetée dans tous les registres, sans faille y compris dans un suraigu sollicité jusqu’au contre ré, conjuguée à un engagement dramatique de chaque instant, trace un portrait complet et enthousiasmant de ce personnage. La Canadienne Barbara Cole Walton ne lui cède en rien dans le rôle de Blonde. Pétillante à souhait, elle ne laisse aucune chance à ce pauvre Osmin, lui assénant un quinte aiguë vertigineuse de précision (jusqu’au contre mi !!!). Son joli timbre fruité et une émission d’une parfaite rondeur ajoutent au plaisir d’entendre cette belle artiste. Sans se situer sur les mêmes hauteurs, la suite de la distribution ne faillit pas pour autant. Il en est ainsi de l’Osmin plus comique que tragique de la basse Matthew Hargreaves, toutefois un peu juste de projection dans les abysses de sa voix, du ténor John Porter, très habile Pedrillo et d’Ashley Catling, dont la vocalité de Belmonte semble un brin l’éprouver en fin de soirée.
La mise en scène de Cameron Menzies, sur un plateau de 20 mètres carrés (!), s’articule autour de mouvements chorégraphiques simples signés Lauren Poulton qui ont le mérite de mettre en relief les différents rapports entre les personnages.
Depuis son piano, Bryan Evans, infaillible directeur musical de cette troupe, conduit cette représentation jusqu’à un final qui sera largement applaudi par un public conquis.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 18 août 2018

 

infos
 
Renseignements et réservations :

www.festival-vezere.com  
 
 
 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2018-2019
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index