www.classicToulouse.com
Annonces
 
 
Critiques
 
Les Passions
Passion selon Saint-Jean
J. S. Bach

26/02/2017
Toulouse les Orgues
Les Passions, les éléments
Jean-Marc Andrieu, dir.
06/10/2016
Piano aux Jacobins
Bertrand Chamayou
27/09/2016
Piano aux Jacobins
Philippe Bianconi
23/09/2016
Piano aux Jacobins
Nelson Goerner
15/09/2016
Piano aux Jacobins
Lucas Debargue
13/09/2016
Piano aux Jacobins
Teo Gheorghiu
08/09/2016
Piano aux Jacobins
Christian Zacharias
07/09/2016
Piano aux Jacobins
Richard Goode
06/09/2016
Festival de la Vézère
Don Pasquale, G. Donizetti
13/08/2016
Festival de Peralada
Turandot, G. Puccini
08/08/2016
Festival de Peralada
Robert Bolle and Friends
29/07/2016
Toulouse d'été
Orchestre de Chambre
Gilles Colliard, direction
Anaïs Constans, soprano
26/07/2016
Toulouse d'été
Orchestre N. du Capitole
Pierre Dumoussaud, dir.
Thibaut Garcia, guitare
22/07/2016
Toulouse d'été
Quatuor Modigliani
Adam Laloum, piano

20/07/2016
Toulouse d'été
La nuit des cordes
13/07/2016
Chorégies d'Orange
Madama Butterfly
Giacomo Puccini

12/07/2016
Passe ton Bach d'abord
Edition 2016
03 au 05/06/2016
Odyssud
Rencontres des Musiques
Baroques et Anciennes
Présences Vocales
Arvo Pärt : 80 by 8

23/05/2016
Déodat de Séverac
Christine de Suède
Les Sacqueboutiers
Quintet Philippe Léogé

14/05/2016
Odyssud
Rencontres des Musiques
Baroques et Anciennes
Caravane Baroque
09/05/2016
Toulouse les Orgues
Concert d'ouverture
07/10/2015
Piano aux Jacobins
Varduhi Yeritsyan
29/09/2015
Piano aux Jacobins
Christian Zacharias
25/09/2015
Piano aux Jacobins
Dana Ciocarlie
21/09/2015
Piano aux Jacobins
Elisabeth Leonskaja
14/09/2015
Piano aux Jacobins
Amir Katz
10/09/2015
Piano aux Jacobins
Nicholas Angelich
08/09/2015
Fresques musicales
de Fontainebleau
29/08/2015
Festival de la Vézère
Lucia di Lamermoor
G. Donizetti
08/08/2015
Toulouse d'été
François Dumont, piano
Intégrale Ravel

24/07/2015
Toulouse d'été
Orchestre de Chambre
Gilles Colliard, direction

Anaïs Constans, soprano
21/07/2015
Toulouse d'été
Ensemble Organum
Marcel Pérès, direction

17/07/2015
Toulouse d'été
Orchestre du Capitole
Maxime Pascal, direction
Jacques Deleplancque, cor
16/07/2015
Chorégies d'Orange
Carmen, G. Bizet
11/07/2015
 

 

Festivals/ Toulouse d'été 2016 - Quatuor Modigliani, Adam Laloum
20 juillet 2016
     
COUP DE CŒUR
     

CRITIQUE

Le Quatuor Modigliani et Adam Laloum : tout Schumann !

Après la folle nuit des cordes du 13 juillet dernier et le beau récital de piano donné le 19 par Adam Laloum, Toulouse d’Eté reprend le choix de son directeur de présenter des intégrales musicales hors des sentiers battus. Le 20 juillet l’un des grands quatuors à cordes du moment, le Quatuor Modigliani, est rejoint par le jeune pianiste d’origine toulousaine, Adam Laloum, pour une exécution intégrale de la musique de chambre de Robert Schumann.

L’année 1842 voit en effet fleurir cinq chefs-d’œuvre d’une grande beauté musicale et expressive. Trois quatuors à cordes, dédiés à l’ami Felix Mendelssohn, et deux ensembles associant cordes et piano destinés à la chère épouse Clara, voient ainsi le jour dans un élan créateur irrésistible. Quelle belle idée que de réunir ce corpus dans la succession de deux concerts, l’un à 19 h, l’autre à 21 h 30, toujours dans ce même lieu magique, le cloître des Jacobins !



Les musiciens du Quatuor Modigliani. De gauche à droite : Philippe Bernhard et Loïc Rio, violons, Laurent Marfaing, alto, François Kieffer, violoncelle - Photo Classictoulouse -

Le Quatuor n° 1 en la mineur de cet opus 41, offert à Mendelssohn, ouvre le premier concert. On est immédiatement frappé par l’ensemble des qualités dont témoignent les jeunes musiciens du Quatuor Modigliani. Philippe Bernhard et Loïc Rio, premier et second violons aux caractéristiques admirablement complémentaires, Laurent Marfaing, altiste chaleureux, et François Kieffer, merveilleux violoncelliste, composent un ensemble dans lequel les individualités s’expriment tout en assurant une cohésion rythmique et expressive exemplaire. La richesse des couleurs naît d’une diversité qui n’affecte jamais l’unité organique du quatuor, ce sublime instrument à 16 cordes. En outre comment ne pas admirer l’énergie qui anime chaque action musicale vers le but commun : servir l’œuvre offerte.
Dès le premier volet particulièrement complexe de ce quatuor en la mineur, la plainte de l’Introduzione est suivie d’une fièvre particulièrement schumannienne. Les deux personnages symboliques invoqués par le compositeur, le bouillant Florestan et le poétique Eusebius se succèdent au premier plan. L’agitation du Scherzo, la rêverie d’une étrange intensité de l’Adagio trouvent leur conclusion dans l’héroïsme impressionnant du final Presto.
La même intensité expressive se manifeste dans les deux autres quatuors de cet opus 41, présentés en ouverture du second concert de la soirée. Dans le n° 2, en fa majeur, les interprètes soignent tout particulièrement la vitalité des accents qui ponctuent chaque phrase musicale. L’élégance de l’Allegro vivace est suivie de l’imagination qui domine dans l’Andante à variations. Quant au Scherzo, sa vivacité sans bornes prend des allures de jeu. Florestan revient au premier plan dans un final vertigineux et passionné.



Les musiciens en formation de quatuor avec piano. De gauche à droite: Loïc Rio, violon, Adam Laloum, piano, Laurent Marfaing, alto et François Kieffer, violoncelle
- Photo Classictoulouse -

Le troisième quatuor de l’opus 41, dans la tonalité solaire de la majeur, apporte la lumière. L’Andante espressivo initial associe clarté et volonté. Une inquiétude passionnée imprègne tout le deuxième volet dont les musiciens respectent avec ferveur le qualificatif Agitato, affecté par Schumann. Une certaine tension subsiste dans l’apaisement temporaire de l’Adagio molto, alors que le Finale s’apparente à une chevauchée haletante et joyeuse.
Adam Laloum rejoint les musiciens du Modigliani dès le premier concert pour l’exécution du Quatuor pour piano, violon, alto et violoncelle en mi bémol majeur. Le violon de Loïc Rio prend ici la direction des opérations. Dès le Sostenuto assai le dialogue s’établit sans hiatus entre le clavier et les cordes. Une fois encore, la passion mène le jeu. Une sorte de féérie lumineuse anime le Scherzo dans lequel le violoncelle et le piano semblent rivaliser dans une sorte de course poursuite. C’est un véritable chant d’amour qui nourrit tout l’Andante cantabile dans lequel le violoncelle tient un rôle essentiel. Chaque instrument à son tour vient exhaler ses sentiments comme dans un ensemble d’opéra. Le Finale : Vivace, porte bien son nom ! L’ardeur la plus juvénile en imprègne l’interprétation. Une explosion de joie, qui prend ici la forme d’une fugue, conclut cette partition en pleine lumière.



La formation en quintette avec piano - Photo Classictoulouse -

Le fameux Quintette pour piano et cordes, lui aussi en mi bémol majeur, conclut la soirée sur la partition la plus célèbre de ce programme. Cette toute première combinaison instrumentale, si elle n’a donc aucun antécédent, ouvrira la voie à d’autres partitions fameuses. Le piano, symbole de la bien-aimée Clara, occupe ici une place prépondérante. Il ne se tait que très rarement. L’Allegro brillante porte bien son titre. Les musiciens lui insufflent une joie, une effervescence irrésistibles. C’est la fête ! Le contraste n’en est que plus fort lorsque s’élève la marche funèbre du deuxième volet. L’angoisse, le chagrin s’expriment ici comme pour un hommage à Beethoven et à sa Symphonie Héroïque. La révolte se manifeste pourtant au cœur de ce mouvement d’une intensité expressive bouleversante. Nouveau contraste avec la joie tendre qu’apporte l’agitation du Scherzo : Molto vivace. Le Trio vient un temps interrompre cette joie sereine. L’apothéose que représente le Finale : Allegro ma non troppo, éclate comme un feu d’artifice. Fébrile et éclaté sur des tonalités éloignées, tout ce mouvement se conclut sur une fugue à laquelle le piano et les cordes, d’un même élan, confèrent l’effervescence d’une sonnerie de cloches. L’enthousiasme des interprètes offre à la partition toute sa légitimité de chef-d’œuvre absolu.
Les rappels enthousiastes du public sont tels que, malgré l’heure tardive et la durée exceptionnelle de la soirée musicale, les musiciens offrent un bis de choix : l’Andante, un poco adagio du Quintette pour piano et cordes du protégé de Robert et Clara Schumann, Johannes Brahms. Par cette œuvre à la genèse compliquée, rappelée avec humour par Philippe Bernhard, Brahms suivait la voie ouverte par Schumann. Quelle belle façon de conclure cette saga musicale !

Serge Chauzy
Article mis en ligne 21 juillet 2016

 

infos
 

Informations et réservations :

Espace Croix-Baragnon
24, rue Croix-Baragnon
31000 Toulouse

Site Internet :

www.croixbaragnon.
toulouse.fr

Tél. : 05 62 27 60 71

mél :
toulouse.d.ete@mairie-
toulouse.fr

Site Internet :
www.toulousedete.org

 

Programmes des concerts donnés le 20 juillet 2016 au cloître des Jacobins :

- A 19 h

* R. Schumann

- Quatuor à cordes n° 1 en la mineur

- Quatuor avec piano en mi bémol majeur

- A 21 h 30

* R. Schumann


- Quatuor à cordes n° 2 en fa majeur

- Quatuor à cordes n° 3 en la majeur

- Quintette pour piano et cordes en mi bémol majeur

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2016-2017
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index