www.classicToulouse.com
Annonces
 
Passe ton Bach d'abord
Edition 2017
02 au 04/06/2017
Chorégies d'Orange
Edition 2017
08/07 au 05/08/2017
Piano aux Jacobins
Edition 2017
06 au 29/09/2017
 
Critiques
 
Les Passions
Passion selon Saint-Jean
J. S. Bach

26/02/2017
Toulouse les Orgues
Les Passions, les éléments
Jean-Marc Andrieu, dir.
06/10/2016
Piano aux Jacobins
Bertrand Chamayou
27/09/2016
Piano aux Jacobins
Philippe Bianconi
23/09/2016
Piano aux Jacobins
Nelson Goerner
15/09/2016
Piano aux Jacobins
Lucas Debargue
13/09/2016
Piano aux Jacobins
Teo Gheorghiu
08/09/2016
Piano aux Jacobins
Christian Zacharias
07/09/2016
Piano aux Jacobins
Richard Goode
06/09/2016
Festival de la Vézère
Don Pasquale, G. Donizetti
13/08/2016
Festival de Peralada
Turandot, G. Puccini
08/08/2016
Festival de Peralada
Robert Bolle and Friends
29/07/2016
Toulouse d'été
Orchestre de Chambre
Gilles Colliard, direction
Anaïs Constans, soprano
26/07/2016
Toulouse d'été
Orchestre N. du Capitole
Pierre Dumoussaud, dir.
Thibaut Garcia, guitare
22/07/2016
Toulouse d'été
Quatuor Modigliani
Adam Laloum, piano

20/07/2016
Toulouse d'été
La nuit des cordes
13/07/2016
Chorégies d'Orange
Madama Butterfly
Giacomo Puccini

12/07/2016
Passe ton Bach d'abord
Edition 2016
03 au 05/06/2016
Odyssud
Rencontres des Musiques
Baroques et Anciennes
Présences Vocales
Arvo Pärt : 80 by 8

23/05/2016
Déodat de Séverac
Christine de Suède
Les Sacqueboutiers
Quintet Philippe Léogé

14/05/2016
Odyssud
Rencontres des Musiques
Baroques et Anciennes
Caravane Baroque
09/05/2016
Toulouse les Orgues
Concert d'ouverture
07/10/2015
Piano aux Jacobins
Varduhi Yeritsyan
29/09/2015
Piano aux Jacobins
Christian Zacharias
25/09/2015
Piano aux Jacobins
Dana Ciocarlie
21/09/2015
Piano aux Jacobins
Elisabeth Leonskaja
14/09/2015
Piano aux Jacobins
Amir Katz
10/09/2015
Piano aux Jacobins
Nicholas Angelich
08/09/2015
Fresques musicales
de Fontainebleau
29/08/2015
Festival de la Vézère
Lucia di Lamermoor
G. Donizetti
08/08/2015
Toulouse d'été
François Dumont, piano
Intégrale Ravel

24/07/2015
Toulouse d'été
Orchestre de Chambre
Gilles Colliard, direction

Anaïs Constans, soprano
21/07/2015
Toulouse d'été
Ensemble Organum
Marcel Pérès, direction

17/07/2015
Toulouse d'été
Orchestre du Capitole
Maxime Pascal, direction
Jacques Deleplancque, cor
16/07/2015
Chorégies d'Orange
Carmen, G. Bizet
11/07/2015
 

 

Festivals/ Toulouse d'été 2016 - Orchestre de Chambre de Toulouse,
Gilles Colliard, direction, Anaïs Constans, soprano - 26 juillet 2016
     

CRITIQUE

Un grand souffle de fraîcheur

Ce 26 juillet, au soir d’une journée dramatique marquée par une nouvelle tragédie liée au terrorisme, le festival Toulouse d’Eté réservait à son public, venu nombreux, un moment d’une consolante fraîcheur. L’Orchestre de Chambre de Toulouse, dirigé par Gilles Colliard, accompagnait la jeune soprano Anaïs Constans dans un large choix de mélodies que Joseph Canteloube transcrivit avec passion à partir de chants populaires du terroir français, ses fameux Chants d’Auvergne. Un beau moment de ferveur simple et profonde.

Personne ne pouvait oublier l’événement tragique survenu le matin de ce même jour. Aussi, après la bienvenue souhaitée par Alain Lacroix, directeur du festival, Marie Déqué, déléguée aux musiques de la municipalité de Toulouse, s’est adressée brièvement au public qui s’est rassemblé pour observer une émouvante minute de silence. La musique qui a suivi a ainsi en quelque sorte apaisé l’atmosphère et apporté un réconfort grandement souhaitable.



Anaïs Constans et Gilles Colliard présentant chaque mélodie - Photo Classictoulouse -

Comme l’évoque Gilles Colliard en ouverture de soirée, Joseph Canteloube, avec ses Chants d’Auvergne, a joué, au tout début du XXème siècle, un rôle équivalent à celui de Béla Bartók en Hongrie et en Roumanie au cours de ce même siècle. Il a su collationner auprès des personnalités authentiques de son terroir les chants populaires transmis par tradition orale de génération en génération. Conservant les mélodies originales, somme toute assez simples, le compositeur les enveloppe dans un accompagnement orchestral d’une grande richesse harmonique qui atteint parfois une étonnante complexité. L’écriture originale pour grand orchestre de Canteloube a été adaptée par le compositeur et arrangeur Jean-Guy Bailly (disparu en 2009) à un effectif plus réduit. C’est cette version que l’Orchestre de Chambre met au service de la voix belle et fraîche d’Anaïs Constans. Conçu en cinq séries de cinq à huit chants chacune, ce recueil n’a pas été intégralement transcrit par Bailly. Le programme de cette soirée présente ainsi la totalité des trois premières séries et un chant de la quatrième série.
On connait maintenant les grandes qualités vocales, musicales et expressives d’Anaïs Constans. La jeune montalbanaise excelle dans les répertoires les plus divers, de l’oratorio à l’opéra en passant par la mélodie. Son art sans affectation, la richesse de son timbre rond et chaleureux trouve dans ces chants traditionnels un terrain idéal dans lequel le naturel exprime une sorte de vérité immanente. L’impact sur le public est d’autant plus fort que la soprano et le chef se chargent de dévoiler en français les textes occitans de chaque mélodie. Alternent ainsi des moments de comédie irrésistible et des plages d’une profonde nostalgie. Les rivalités homme-femme, les jeux de séduction, le chagrin, la joie trouvent immédiatement le chemin du cœur de chacun.



Anaïs Constans et l'Orchestre de Chambre de Toulouse dirigé par Gilles Colliard
- Photo Classictoulouse -

Les deux premiers chants donnent le ton. Le marivaudage coquin du tout premier, La pastoura als camps (La bergère aux champs), est suivi de la grandeur nostalgique de Baïlero, un chant de berger de Haute Auvergne. On retrouve ce contraste radical entre le très touchant Pastourelle et le malicieux L’Antouènou (L’Antoine) de la deuxième série dont l’émotion culmine dans le bouleversant La delaïssàdo (La délaissée). La même dualité se retrouve dans la troisième série avec le lyrisme poétique de Passo pel prat (Viens par le pré) et l’ironie piquante de Lou boussu (Le bossu). Ainsi se succèdent de pétillants tableaux empreints d’une authenticité terrienne et d’une fraîcheur réconfortante.
Anaïs Constans endosse successivement tous ces costumes d’une voix ferme mais intensément poétique, capable d’une large dynamique, sans jamais « jouer les cantatrices d’opéra ». Grâce lui en soit rendue. Sous la direction attentive et précise de Gilles Colliard, l’orchestre apporte cette riche palette de couleurs qui doit beaucoup au hautbois et au cor anglais de David Walter, à la flûte et au piccolo de Jean-Robert Gasciarino, à la harpe de Rebeca Ferron, trois musiciens qui s’intègrent parfaitement  aux cordes de la phalange toulousaine.
La soirée s’achève sur les sourires apaisés de chacun. Peut-être que seule la musique permet de telles consolations. Ce concert clôture le volet classique de cette 13ème édition de Toulouse d’été qui se poursuit néanmoins avec une multitude de manifestations consacrées aux diverses tendances musicales du moment.

Serge Chauzy
Article mis en ligne 27 juillet 2016

 

infos
 

Informations et réservations :

Espace Croix-Baragnon
24, rue Croix-Baragnon
31000 Toulouse

Site Internet :

www.croixbaragnon.
toulouse.fr

Tél. : 05 62 27 60 71

mél :
toulouse.d.ete@mairie-
toulouse.fr

Site Internet :
www.toulousedete.org

 

Programmes du concert donné le 26 juillet 2016 à 21 h 30 à l'auditorium Saint-Pierre des Cuisines :

* J. Canteloube
- Les Chants d’Auvergne

1ère série
- La pastoura als camps (La bergère aux champs)
- Baïlero (Chant de bergers de Haute Auvergne)
Trois bourrées :
- L’aïo de rotso (L’eau de source)
- Ound’onorèn gorda ? (Où irons-nous garder ?)
- Obal, din lou limouzi (Là-bas dans le limousin)

2ème série
- Pastourelle (Pastourelle)
- L’antouènou (L’antoine)
- La pastrouletta è lou chibalié (La bergère et le cavalier)
- La delaïssàdo (La délaissée)
Deux bourrées :
- N’aï pas iéu mîo (Je n’ai pas d’amie)
- Lo calhé (La caille)

3ème série
- Lo fiolaire (La fileuse)
- Passo pel prat (Viens par le pré)
- Lou boussu (Le bossu)
- Malurous qu’o uno fenno (Malheureux qui a une femme)

4ème Série
- Pastorale (Pastorale)

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2016-2017
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index