www.classicToulouse.com
Annonces
 
Passe ton Bach d'abord
13ème édition - 2020
Le report
 
Critiques
 
Toulouse les Orgues
25ème édition
Concert de la Loge
Benjamin Alard, orgue
18/10/2020
Piano aux Jacobins
41ème édition
David Kadouch
23/09/2020
Piano aux Jacobins
41ème édition
Bertrand Chamayou
09/09/2020
Toulouse les Orgues
25ème édition
Raconte-moi l'orgue
26/08/2020
Toulouse les Orgues
24ème édition
1er au 13/10/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Boris Berezovski
30/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Elisabeth Leonskaja
25/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
David Fray
18/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Nicholas Angelich
17/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Nelson Goerner
12/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Christian Zacharias
Alexandre Kantorow
05 et 06/09/2019
Festival de la Vézère
Madame Butterfly
G. Puccini
10/08/2019
Festival de la Vézère
L'Italienne à Alger
G. Rossini
09/08/2019
Festival Castell Peralada
El Quijote del Plata
26/07/2019
Passe ton Bach d'abord
12ème édition
07, 08 et 09/06/2019
Toulouse les Orgues
Jour de fête
Michel Bouvard
Christophe Coin
12/10/2018
Toulouse les Orgues
L'Amour divin
Le Rapt invisible
03/et 04/10/2018
Piano aux Jacobins
Bertrand Chamayou, piano
Elodie Sicard, danse
19/09/2018
Piano aux Jacobins
Steven Osborne
14/09/2018
Piano aux Jacobins
Alexandre Tharaud
12/09/2018
Piano aux Jacobins
Nicolas Horvath-Moondog
08/09/2018
Piano aux Jacobins
Joseph Moog
06/09/2018
Piano aux Jacobins
Joaquín Achúcarro
05/09/2018
Festival Castell Peralada
Amore
Svetlana Zakharova
13/08/2018
Festival de la Vézère
La Chauve-Souris
Johann Strauss fils
11/08/2018
Festival de la Vézère
L'Enlèvement au Sérail
Wolfgang Amadeus Mozart
10/08/2018
Festival Castell Peralada
Récital Javier Camarena
29/07/2018
Festival Castell Peralada
Récital Jonas Kaufmann
28/07/2018
Festival Castell Peralada
Thaïs, Jules Massenet
27/07/2018
Toulouse d'été
15ème édition
18, 19 et 20/07/2018
Passe ton Bach d'abord
11ème édition
01/06 au 03/06/2018
 

 

Festivals/ Piano aux Jacobins - 41ème édition
Bertrand Chamayou - 9 septembre 2020
     
COUP DE CŒUR
     

CRITIQUE

Bertrand le magnifique

« Nul n’est prophète en son pays ». A l’évidence, cet aphorisme évangélique ne s’applique absolument pas à Bertrand Chamayou qui vient de recevoir une ovation enthousiaste lors de son récital du 9 septembre donné dans le cadre du festival Piano aux Jacobins. La 41ème édition de cette rencontre internationale se poursuit avec succès dans le cloître qui l’héberge et qui connaît toujours le même engouement d’un public passionné, même si les conditions d’accueil se trouvent affectées par les circonstances sanitaires.

Personne n’ignore plus l’origine toulousaine de l’un des grands pianistes d’aujourd’hui. S’il parcourt le monde avec les réussites que l’on sait, Bertrand Chamayou renoue régulièrement avec sa ville de naissance. Ainsi, au cours de cette saison musicale, il sera de nouveau à l’affiche aux côtés de l’Orchestre national du Capitole et de Tugan Sokhiev dans le Capriccio de Stravinski. Pour l’heure, il présentait ce 9 septembre dans le cloître des Jacobins un programme original associant Claude Debussy, Maurice Ravel et Franz Liszt.
La tonalité générale de cette soirée témoigne de l’engagement toujours aussi intense de l’interprète. Energie maîtrisée, richesse des couleurs pianistiques, alternance de poésie et d’éclat caractérisent le jeu de Bertrand Chamayou. La soirée s’ouvre sur un choix heureux de trois pièces de Debussy, compositeur abordé ici sans complaisance évanescente. Dans La cathédrale engloutie (Livre I des Préludes), la science des crescendos et des décrescendos anime la pièce. Après l’énigmatique La terrasse des audiences du clair de lune, comme interrogative, le fameux Feu d’artifice (Livre II des Préludes) porte bien son nom. Les explosions lumineuses alternent avec la subtilité des échos lointain, comme cette allusion fugitive à La Marseillaise.



Bertrand Chamayou au cloître des Jacobins - Photo Classictoulouse -

Avec Ravel, le pianiste retrouve un compositeur familier auquel il a d’ailleurs consacré une intégrale discographique passionnante. Les cinq Miroirs trouvent ici leur expression idéale. La subtilité de Noctuelle, la profonde poésie d’Oiseaux tristes bénéficient d’une belle palette de nuances. Alors que l’Alborada del gracioso déploie une profonde vitalité du rythme, La vallée des cloches conclut le cycle sur une rêverie sensible et évocatrice. J’ai volontairement gardé pour la fin la pièce n° 3, la plus évidemment intense, celle dans laquelle l’interprète semble le plus investi. Une barque sur l’océan entraîne l’auditeur dans un vertige, une houle irrésistible, néanmoins habitée ici d’une inquiétude sous-jacente : le risque de tempête, de naufrage ? Le cycle se conclut dans un silence impressionnant de l’ensemble du public, comme fasciné. Un silence qui prolonge la partition de façon organique.
La seconde partie de la soirée se consacre à Franz Liszt. Le lien avec le monde de Debussy et Ravel se manifeste très naturellement avec Jeux d’eau à la ville d’Este, comme une prémonition de l’impressionnisme (même si Debussy et Ravel n’accordaient aucune légitimité à ce lien). La virtuosité admirable du pianiste n’élude en rien la profondeur de l’interprète. La rupture, ou plutôt le contraste, s’avère frappant avec la Berceuse, pièce rarement jouée, peu démonstrative et qui distille une tendresse infinie, une touchante douceur que Bertrand Chamayou fait siennes. Le trio de pièces intitulé Venezia e Napoli conclut le programme sur ce supplément au recueil italien des Années de Pèlerinage. Ce titre regroupe trois évocations populaires à l'écriture très brillante : Gondoliera, Canzone et Tarentella. Le pianiste adopte ici l’accent transalpin et l’impressionnante technique qu’il y développe laisse bouche bée ! Tarentella, cette danse frénétique en particulier, déclenche une acclamation spontanée et tout aussi frénétique de l’ensemble du public.
Trois bis s’avèrent nécessaires pour calmer l’ardeur de l’assistance. La Pavane pour une infante défunte ramène un peu de sérénité. Puis l’élégante Etude en forme de valse op. 52, de Saint-Saëns retrouve quelque excitation, alors que la soirée s’achève sur une curiosité d’une grande originalité. La pièce intitulée Good night du tchèque Leoš Janáček conclut paisiblement ce deuxième concert de la présente édition de Piano aux Jacobins.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 11 septembre 2020

 

infos
 
Informations sur le
Festival International,
Piano aux Jacobins -
page d'accueil :


www.pianojacobins.com

Informations pratiques

• Bureau du Festival Piano aux Jacobins : 56 rue Gambetta - 31000 Toulouse
Du lundi au vendredi : 9h30 - 12h30 / 13h30 - 17h30
A partir du 8 septembre et les jours de concert : 10h - 17h
Tél : 05 61 22 40 05
E-mail : contact@pianojacobins.com
Site internet : www.pianojacobins.com

Locations et réservations : à partir du 8 juillet 2020

• Billetterie en ligne www.pianojacobins.com
• Par téléphone :
08 26 30 36 36
(0,15€ / min)
• Par courrier, accompagné de votre règlement :
Festival Piano aux Jacobins – 56 rue Gambetta – 31000 Toulouse
• Au bureau du Festival
• Sur les lieux des concerts à partir de 19h30
• A la Fnac ou sur le site www.fnac.com
• Dans les magasins Carrefour, Magasins U et Géant

 

Programme du concert donné le 9 septembre 2020 au cloître des Jacobins

* C. Debussy
- La cathédrale engloutie
- La terrase des audiences du clair de lune
- Feux d'artifice

* M. Ravel
- Miroirs

* F. Liszt
- Jeux d'eau de la villa d'Este
- Berceuse
- Venezia e Napoli

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2020-2021
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index