www.classicToulouse.com
Annonces
 
Festival Castell Peralada
Edition 2017
06/07 au 17/08/2017
Chorégies d'Orange
Edition 2017
08/07 au 05/08/2017
Toulouse d'été
Edition 2017
11/07 au 04/08/2017
Festival de la Vézère
Edition 2017
12/07 au 22/08/2017
Piano aux Jacobins
Edition 2017
06 au 29/09/2017
 
Critiques
 
Passe ton Bach d'abord
Edition 2017
02 au 04/06/2017
Les Passions
Passion selon Saint-Jean
J. S. Bach
26/02/2017
Toulouse les Orgues
Les Passions, les éléments
Jean-Marc Andrieu, dir.
06/10/2016
Piano aux Jacobins
Bertrand Chamayou
27/09/2016
Piano aux Jacobins
Philippe Bianconi
23/09/2016
Piano aux Jacobins
Nelson Goerner
15/09/2016
Piano aux Jacobins
Lucas Debargue
13/09/2016
Piano aux Jacobins
Teo Gheorghiu
08/09/2016
Piano aux Jacobins
Christian Zacharias
07/09/2016
Piano aux Jacobins
Richard Goode
06/09/2016
Festival de la Vézère
Don Pasquale, G. Donizetti
13/08/2016
Festival de Peralada
Turandot, G. Puccini
08/08/2016
Festival de Peralada
Robert Bolle and Friends
29/07/2016
Toulouse d'été
Orchestre de Chambre
Gilles Colliard, direction
Anaïs Constans, soprano
26/07/2016
Toulouse d'été
Orchestre N. du Capitole
Pierre Dumoussaud, dir.
Thibaut Garcia, guitare
22/07/2016
Toulouse d'été
Quatuor Modigliani
Adam Laloum, piano

20/07/2016
Toulouse d'été
La nuit des cordes
13/07/2016
Chorégies d'Orange
Madama Butterfly
Giacomo Puccini

12/07/2016
Passe ton Bach d'abord
Edition 2016
03 au 05/06/2016
Odyssud
Rencontres des Musiques
Baroques et Anciennes
Présences Vocales
Arvo Pärt : 80 by 8

23/05/2016
Déodat de Séverac
Christine de Suède
Les Sacqueboutiers
Quintet Philippe Léogé

14/05/2016
Odyssud
Rencontres des Musiques
Baroques et Anciennes
Caravane Baroque
09/05/2016
Toulouse les Orgues
Concert d'ouverture
07/10/2015
Piano aux Jacobins
Varduhi Yeritsyan
29/09/2015
Piano aux Jacobins
Christian Zacharias
25/09/2015
Piano aux Jacobins
Dana Ciocarlie
21/09/2015
Piano aux Jacobins
Elisabeth Leonskaja
14/09/2015
Piano aux Jacobins
Amir Katz
10/09/2015
Piano aux Jacobins
Nicholas Angelich
08/09/2015
Fresques musicales
de Fontainebleau
29/08/2015
Festival de la Vézère
Lucia di Lamermoor
G. Donizetti
08/08/2015
Toulouse d'été
François Dumont, piano
Intégrale Ravel

24/07/2015
Toulouse d'été
Orchestre de Chambre
Gilles Colliard, direction

Anaïs Constans, soprano
21/07/2015
Toulouse d'été
Ensemble Organum
Marcel Pérès, direction

17/07/2015
Toulouse d'été
Orchestre du Capitole
Maxime Pascal, direction
Jacques Deleplancque, cor
16/07/2015
Chorégies d'Orange
Carmen, G. Bizet
11/07/2015
 

 

Festivals/ Piano aux Jacobins - Nelson Goerner - 15 septembre 2016
     
COUP DE CŒUR
     

CRITIQUE

Le flamboyant piano de Nelson Goerner

Un enthousiasme général et une salle debout ont couronné le récital donné le 15 septembre dernier par le grand Nelson Goerner dans le cloître des Jacobins. Ce fidèle du festival toulousain est devenu l’une des figures essentielles du piano d’aujourd’hui. Sa septième participation, cette année, à Piano aux Jacobins témoigne de son attachement à cette institution qu’il fréquente régulièrement depuis 1991, date de sa première apparition. L’art de ce chaleureux pianiste argentin semble avoir atteint aujourd’hui une sorte de sommet aussi bien technique qu’expressif. Le programme exigeant de son concert toulousain met en évidence la profondeur d’un jeu, d’un investissement personnel du plus haut niveau.

Rappelons que Nelson Goerner, pianiste prodige depuis l’âge de cinq ans, s’est très vite fait remarquer par Martha Argerich, lui ouvrant la porte des scènes réputées. Le Premier Prix à l’unanimité qu’il remporte en 1990 au prestigieux Concours de Genève le propulse sur la scène internationale. Depuis, il parcourt le monde et se forge un répertoire de tout premier plan. Les trois chefs-d’œuvre qui composent le programme de son concert du 15 septembre représentent ce que l’art du clavier peut offrir de plus « consistant ».
Ce triptyque s’ouvre sur le cycle intitulé Aria variata alla maniera italiana (Air varié dans le style italien), BWV 989, de Johann Sebastian Bach. Cette partition, assez rarement donnée en concert et probablement écrite pour clavecin vers 1709, se déroule sous la forme d’un choral suivi de dix variations. Elle présente quelques similitudes avec les fameuses Variations Goldberg. Le toucher clair et généreux de Nelson Goerner laisse s’exprimer toutes les voix de cette géniale polyphonie. L’élégance des phrasés, l’éloquence de cette parole instrumentale parcourent toutes les variations qui explorent les modes extrêmes de l’expression sacrée. De la méditation à la jubilation, le discours, comme toujours chez Bach ainsi joué, touche au sublime.



Le pianiste argentin Nelson Goerner - Photo Fabian Marelli -

C’est un autre cycle rare au concert qu’aborde ensuite le pianiste. Si l’on entend assez souvent les Kinderszenen (Scènes d’enfants), les Waldszenen (Scènes de la forêt) ou encore les redoutables Kreisleriana, de Robert Schumann, il est moins courant d’y redécouvrir les Davidsbündlertänze, (Danses de la Confrérie de David). Cette suite de 18 pièces pour piano seul composée en 1837, est ainsi nommée en référence à la Confrérie de David imaginée par Schumann par analogie au combat de David contre les Philistins. L’édition initiale de 1838 porte la mention « Pièces caractéristiques composées par Florestan et Eusébius ». Ces deux noms de personnages imaginaires représentent les deux faces de l'individualité de Schumann : d'une part Florestan, « l'assaillant bruyant et pétulant, entièrement honnête, mais souvent adonné à des caprices les plus étranges », d'autre part Eusebius, « l'adolescent tendre qui toujours reste modestement dans l'ombre ». Ce puzzle génial est admirablement abordé par Nelson Goerner. Le pianiste parvient à soigner les détails de chacune des 18 pièces, tout en les intégrant dans une vision globale qui résonne alors comme un vaste portrait. Fougue exubérante et magie poétique alternent tout au long de cette succession à laquelle l’interprète restitue néanmoins son unité organique. Un constant frémissement de vie anime tout le cycle qui s’achève sur une douce berceuse et s’éteint sur un do grave, comme en prélude au sommeil. Admirable !
Toute la seconde partie de la soirée est consacré à la plus complexe, la plus imaginative des 32 sonates de Beethoven, l’opus 106, n° 29, intitulée Hammerklavier (Piano à marteaux, autrement dit, pianoforte). Cet Himalaya du clavier, destiné aux instruments les plus modernes de l'époque dont il exploite toutes les nouvelles possibilités techniques, est évidemment bien plus qu’une simple mise en valeur instrumentale. Elle est sa plus vaste partition pour piano solo par sa longueur et l'exceptionnelle ampleur de son souffle. Ainsi que l’assume impérialement Nelson Goerner, la Hammerklavier est en fait un concentré de démesure. Sous ses doigts, les premières mesures de l’Allegro initial résonnent avec violence comme un appel exalté. Dans le déploiement des contrastes extrêmes de ce mouvement, l’interprète va au bout de l’exigence. A la suite de ce déploiement explosif et cyclothymique, le Scherzo apaise brièvement l’esprit. Teinté d’un humour parfois grinçant, il ne se résume pas au jeu habituel de ce type de pièce. Il laisse la parole au centre de gravité (dans les deux sens du terme) de la sonate, l’Adagio sostenuto. S’ouvre alors tout un univers de douleur, de souffrance. L’interprète se fait medium, s’efface devant l’indicible. Par le jeu des timbres et des couleurs, il brosse un tableau d’une bouleversante noirceur. La transition vers le final adopte le caractère d’un éveil progressif. Le dernier mouvement, d’une complexité extrême, s’écoute comme une alternance entre espoir et désespoir. Le retour à la fugue, structure emblématique de la période baroque, organise ici l’exaltation de la pensée. Les interruptions que subit ce cheminement désespéré vers la lumière sonnent ici comme des entraves tragiques. Tout un univers se déploie jusqu’à cette conclusion d’une ambigüité extrême : est-ce l’espoir ou le malheur ? L’interprète s’investit dans ce voyage au cœur de l’humain avec profondeur et intensité.
Il fait un certain temps pour se remettre ! Néanmoins, l’accueil crescendo du public obtient du pianiste deux pièces supplémentaires. A la tendresse poétique du Nocturne op. 55 n° 1, de Frédéric Chopin succède une ahurissante Etude pour la main gauche du compositeur russe Felix Blumenfeld. Nelson Goerner donne là l’impression de survoler le clavier au point d’y joindre une deuxième, voire une troisième main invisible ! Stupéfiant de virtuosité de la part d’un artiste si empreint de profondeur expressive…

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 16 septembre 2016

 

infos
 
Informations sur le
Festival International,
Piano aux Jacobins -
page d'accueil :


www.pianojacobins.com


Le programme général :


www.pianojacobins.com
/programme-festival.html

Réservations par téléphone :

05 61 22 40 05

par Email :

contact@pianojacobins.com


ou sur le site internet :

www.pianojacobins.com
.

 
Programme du concert donné le 15 septembre 2016 à 20 h dans le cloître des Jacobins

* J. Bach
-Aria variata alla maniera italiana, BWV 989

* R. Schumann
- Davidsbündlertänze,
opus 6

* L. van Beethoven
- Sonate n° 29, opus 106 "Hammerklavier"

 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2016-2017
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index