www.classicToulouse.com
classic toulouse
Annonces
 
Piano aux Jacobins
43ème édition
09 au 30/09/2022
Toulouse les Orgues
27ème édition
05 au 16/10/2022
 
Critiques
 
Piano aux Jacobins
Christian Zacharias
14/09/2022
Piano aux Jacobins
Salome Jordania
13/09/2022
Festival de la Vézère
41ème édition

Cosi fan tutte
W.A. Mozart
06/08/2022
Festival de la Vézère
41ème édition
Tosca - G. Puccini
05/08/2022
Festival Castell Peralada
Nabucco
Giuseppe Verdi
30/07/2022
Festival Castell Peralada
Hadrian
Rufus Wainwright
29/07/2022
Festival de Toulouse
Concerts sous les étoiles
Théotime Langlois de
Swarte, violon
Justin Taylor , clavecin
21/07/2022
Toulouse les Orgues
Les Quartiers d'été
11/07/2022
Festival de Toulouse
Concerts sous les étoiles
10 et 12/07/2022
Festival Castell Peralada
Bayerisches Staatsballett
08 et 09/07/2022
Passe ton Bach d'abord
14ème édition
10, 11 et 12/06/2022
Camon en Musiques
5ème édition
14/05/2022
Toulouse les Orgues
26ème édition
05 au 17/10/2021
Passe ton Bach d'abord
13ème édition
24, 25 et 26/09/2021
Piano aux Jacobins
Alexandre Kantorow
14/09/2021
Piano aux Jacobins
Simone Dinnerstein
08/09/2021
Festival de Prades
Les Sacqueboutiers
10/08/2021
Festival de la Vézère
Don Giovanni
Wolfgang Amadeus Mozart
Carmen
Georges Bizet
07 et 08/08/2021
Opéra des Landes
Pelléas et Mélisande
Claude Debussy
18/07/2021
Camon en Musiques
4ème édition
17 au 19/04/2021
Toulouse les Orgues
25ème édition
Concert de la Loge
Benjamin Alard, orgue
18/10/2020
Piano aux Jacobins
41ème édition
David Kadouch
23/09/2020
Piano aux Jacobins
41ème édition
Bertrand Chamayou
09/09/2020
Toulouse les Orgues
25ème édition
Raconte-moi l'orgue
26/08/2020
Toulouse les Orgues
24ème édition
1er au 13/10/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Boris Berezovski
30/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Elisabeth Leonskaja
25/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
David Fray
18/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Nicholas Angelich
17/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Nelson Goerner
12/09/2019
Piano aux Jacobins
40ème édition
Christian Zacharias
Alexandre Kantorow
05 et 06/09/2019
Festival de la Vézère
Madame Butterfly
G. Puccini
10/08/2019
Festival de la Vézère
L'Italienne à Alger
G. Rossini
09/08/2019
Festival Castell Peralada
El Quijote del Plata
26/07/2019
Passe ton Bach d'abord
12ème édition
07, 08 et 09/06/2019
Toulouse les Orgues
Jour de fête
Michel Bouvard
Christophe Coin
12/10/2018
Toulouse les Orgues
L'Amour divin
Le Rapt invisible
03/et 04/10/2018
Piano aux Jacobins
Bertrand Chamayou, piano
Elodie Sicard, danse
19/09/2018
Piano aux Jacobins
Steven Osborne
14/09/2018
Piano aux Jacobins
Alexandre Tharaud
12/09/2018
Piano aux Jacobins
Nicolas Horvath-Moondog
08/09/2018
Piano aux Jacobins
Joseph Moog
06/09/2018
Piano aux Jacobins
Joaquín Achúcarro
05/09/2018
Festival Castell Peralada
Amore
Svetlana Zakharova
13/08/2018
Festival de la Vézère
La Chauve-Souris
Johann Strauss fils
11/08/2018
Festival de la Vézère
L'Enlèvement au Sérail
Wolfgang Amadeus Mozart
10/08/2018
Festival Castell Peralada
Récital Javier Camarena
29/07/2018
Festival Castell Peralada
Récital Jonas Kaufmann
28/07/2018
Festival Castell Peralada
Thaïs, Jules Massenet
27/07/2018
Toulouse d'été
15ème édition
18, 19 et 20/07/2018
Passe ton Bach d'abord
11ème édition
01/06 au 03/06/2018
 

 

Festivals/ Festival Castell Peralada 2022 - Hadrian – Rufus Wainwright
29 juillet 2022
     

CRITIQUE

Peralada « ose » Hadrian

Il fallait une certaine dose de courage au Festival Castell de Peralada pour afficher l’Hadrian de Rufus Wainwright. D’autant que ce n’est pas dans les habitudes de cette magnifique manifestation de sortir des sentiers battus, du moins dans le domaine lyrique. Et pourtant ce que le public a pu applaudir en ce 29 juillet est une audace à vrai dire bien récompensée même si une partie des spectateurs n’a pas regagné sa place après l’entracte. Tant pis pour eux !

C’est dans une proposition semi-scénique venue tout droit de Madrid où elle fut donnée le 27 juillet dernier, que le second opéra du chanteur pop/folk americano-canadien Rufus Wainwright, né en 1973, également compositeur de musiques de film, est donnée dans l’Auditorium du Château. Le livret de Daniel MacIvor est largement inspiré du roman historique de Marguerite Yourcenar : Les Mémoires d’Hadrien publié en 1951.
L’opéra relate le dernier jour de l’empereur romain Hadrien qui régna de 117 à 138 après JC. Célèbre pour un fameux mur construit en Grande Bretagne (que l’on peut toujours voir d’ailleurs), il le fut aussi pour la guerre qu’il mena contre la Judée et la montée du monothéisme. Mais son legs le plus particulier est certainement d’avoir vécu ouvertement son homosexualité et plus particulièrement sa relation avec Antinoüs, jusqu’à la mort pour le moins suspecte de ce dernier dans les eaux du Nil.


Au centre Thomas Hampson (Hadrian) - Photo Toti Ferrer -

L’histoire

Le premier acte, intitulé La Nuit de la mort d’Hadrien, met en place les personnages et les arcanes des décisions de l’entourage de l’empereur alors malade. Le fantôme de l’épouse de l’empereur Trajan lui propose, devant son désespoir d’avoir perdu son amant, de revivre le jour de leur rencontre et leur dernière nuit. En échange, il devra signer les édits militaires visant à remettre au pas la Judée et son monothéisme rampant. Hadrien accepte d’autant qu’il apprendra alors comment est mort Antinoüs.
Le deuxième acte remonte le temps : Sept ans plus tôt dans un bosquet de Grèce. C’est le moment de la rencontre entre les deux hommes, le coup de foudre réciproque et la montée en puissance d’Antinoüs dans la vie d’Hadrien, y compris dans ses décisions politiques, ce qui bien sûr fait hurler l’entourage de l’empereur.
Troisième acte, Six ans plus tard, à bord d’une barge, en Egypte. C’est la dernière nuit d’amour entre Antinoüs et Hadrien, scène qui fit scandale lors de la création mondiale de l’ouvrage à Toronto le 13 octobre 2018. Hadrien sait qu’il ne peut pas changer le cours du destin mais il veut savoir la vérité sur la mort de son amant.
Le quatrième acte nous ramène au premier, c’est La Nuit de la mort d’Hadrien. Celui-ci signe les décrets militaires qui vont ensanglanter la Judée. Il meurt et va ainsi retrouver son bel amant dans les mondes stellaires.


Vue d’ensemble de la distribution - Photo Toti Ferrer -

Un opéra dans la plus pure tradition

Sur cette trame dramatique, Rufus Wainwright a composé un opéra dans la plus pure tradition structurelle : airs, duos, trios, ensembles, chœur, grand orchestre avec un pupitre très varié de percussions. L’écriture, parfaitement tonale, est à même de faire naître l’émotion ; intensément lyrique, elle accompagne certaines scènes d’une poésie troublante.
La production vient donc tout droit du Real de Madrid où elle fut donnée le 27 juillet dernier. Semi-scénique elle s’appuie essentiellement sur des projections d’œuvres du grand photographe américain Robert Mapplethorpe (1946-1989). Ce ne sont pas moins de trois cents clichés qui vont défiler, parfois rapidement, en fond de scène, pour illustrer les états d’âme, les situations ou « prolonger » les gestes des protagonistes : des fleurs dans des suggestions érotiques et, surtout, des nus masculins, sujet-phare de cet artiste. Si la relation scénique est parfois évidente, il n’en va pas ainsi en permanence, distrayant l’attention du public, d’autant qu’en même temps, en anglais, sont diffusés parfois en mode puzzle, les paroles des personnages, les dialogues exacts étant eux diffusés en castillan et catalan sur les côtés de la scène.


Vanessa Goikoetxea (Sabina)- Photo Toti Ferrer -

Cela dit le message est suffisamment clair. Cet opéra traverse des thématiques éternelles : l’amour, la mort, le désir, la beauté, le pouvoir et tout cela en abordant, ce qui est nouveau, l’homosexualité de face, sans honte ni retenue. Hissant Antinoüs à un statut de personnage christique, et à ce titre, son « Sermon sur la montagne » est un des grands moments de l’ouvrage, l’opéra transcende son sujet même pour lui donner une universalité qui ne peut que convaincre. Ou pour le moins interpeller.
Ce sont bien sûr les phalanges du théâtre royal madrilène dirigées par le chef d’orchestre Scott Dunn qui sont à l’œuvre, magnifiques de sonorités, de musicalité, de présence également. Le rôle-titre a été écrit pour Thomas Hampson. Le grand baryton américain y déploie toujours une sensibilité, un timbre, toujours aussi riche en harmoniques, ainsi qu’un phrasé qui sont devenus légendaires. Le ténor argentin Santiago Ballerini, spécialiste du bel canto, propose un Antinoüs d’une élégance vocale troublante, dominant l’écriture tendue du rôle avec une aisance confondante. C’est le cas également du soprano américain, grand lyrique d’une beauté vocale renversante : Vanessa Goikoetxea.


Santiago Ballerini (Antinoüs) - Photo Toti Ferrer -

Dans le rôle formidablement émouvant de Sabine, l’épouse d’Hadrien, elle déploie, en même temps qu’une palette émotionnelle infinie, un organe d’un impressionnant ambitus, parfaitement homogène, puissamment projeté et, surtout, capable d’une virtuosité époustouflante, conjuguant des aigus péremptoires avec des demi-teintes d’une incroyable douceur. Le public ne s’y est pas trompé et lui a accordé le triomphe d’une soirée pourtant de très haut niveau. La distribution est nombreuse. Toutes et tous participent pleinement au succès de cette soirée. Soulignons tout de même bien que l’orchestre lui fit obstacle à plusieurs moments, la mezzo-soprano americano-cubaine Alexandra Urquiloa (Plotina, la femme de Trajan) et l’italien Christian Federici qui, dans le rôle de Turbo, le généralissime des armées romaines, très proche ami d’Hadrien, fit valoir un baryton puissant et cuivré.


Au centre Thomas Hampson (Hadrian) et Santiago Ballerini (Antinoüs) réunis dans les cieux - Photo Toti Ferrer -

La mise en scène du germano-américain Jorn Weisbrodt, né en 1973, époux depuis dix ans du compositeur, dépourvue dans cette vision semi-scénique des attraits/clichés peplumesques qui avaient présidé à la création, focalise sur les personnages principaux, leur donnant une ampleur morale et intellectuelle qui frôle la métaphysique.
Disons-le à nouveau, il fallait oser la programmation d’un tel ouvrage dans une telle production. L’ovation qui salua l’ensemble des artistes au rideau final prouve à l’évidence que le public présent ce soir-là est prêt pour pareille proposition qui marque indiscutablement une étape originale dans l’histoire de l’opéra.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 4 août 2022

 

 

infos
 
Renseignements et réservations :

www.festivalperalada.com
 
 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2022-2023
 
 
 
 
Les Clefs de Saint-
Pierre
 
Grands Interprètes
 

Les Arts
Renaissants

 
Odyssud-Blagnac
 
 
 
 
 
 
 
Toulouse Guitare
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index