www.classicToulouse.com
Annonces
 
Toulouse les Orgues
23ème édition
02 au 14/10/2018
Toulouse les Orgues
Mūza Rubackytė, piano
Oliver Vernet, orgue
12/10/2018
 
Critiques
 
Toulouse les Orgues
Jour de fête
Michel Bouvard
Christophe Coin
12/10/2018
Toulouse les Orgues
L'Amour divin
Le Rapt invisible
03/et 04/10/2018
Piano aux Jacobins
Bertrand Chamayou, piano
Elodie Sicard, danse
19/09/2018
Piano aux Jacobins
Steven Osborne
14/09/2018
Piano aux Jacobins
Alexandre Tharaud
12/09/2018
Piano aux Jacobins
Nicolas Horvath-Moondog
08/09/2018
Piano aux Jacobins
Joseph Moog
06/09/2018
Piano aux Jacobins
Joaquín Achúcarro
05/09/2018
Festival Castell Peralada
Amore
Svetlana Zakharova
13/08/2018
Festival de la Vézère
La Chauve-Souris
Johann Strauss fils
11/08/2018
Festival de la Vézère
L'Enlèvement au Sérail
Wolfgang Amadeus Mozart
10/08/2018
Festival Castell Peralada
Récital Javier Camarena
29/07/2018
Festival Castell Peralada
Récital Jonas Kaufmann
28/07/2018
Festival Castell Peralada
Thaïs, Jules Massenet
27/07/2018
Toulouse d'été
15ème édition
18, 19 et 20/07/2018
Passe ton Bach d'abord
11ème édition
01/06 au 03/06/2018
Toulouse les Orgues
22ème édition
04 au 15/10/2017
Piano aux Jacobins
Nicholas Angelich
29/09/2017
Piano aux Jacobins
Pierre Rigal
François Dumont
25/09/2017
Piano aux Jacobins
Alexandre Kantorow
23/09/2017
Piano aux Jacobins
Arcadi Volodos
22/09/2017
Piano aux Jacobins
Juliana Steinbach
12/09/2017
Piano aux Jacobins
Elisabeth Leonskaja
06/09/2017
Festival Castell Peralada
Acosta Danza
17/08/2017
Festival de la Vézère
La bohème, G. Puccini
La Cenerentola, G. Rossini
12 et 13/08/2017
Festival Castell Peralada
Gregory Kunde, récital
06/08/2017
Chorégies d'Orange
Aïda, G. Verdi
05/08/2017
Toulouse d'été
Hervé Billaut, piano
Guillaume Coppola, piano
21/07/2017
Toulouse d'été
Trio Elégiaque
François Dumont, piano

Philippe Aïche, violon
Virginie Constant, cello
20/07/2017
Toulouse d'été
Orchestre de Chambre
Gilles Colliard, direction

Fabrice Millischer,
trombone
David Guerrier, cor

19/07/2017
Toulouse d'été
Orchestre du Capitole
Andris Poga, direction

Edgar Moreau, violoncelle
18/07/2017
Toulouse d'été
Anaïs Constans, soprano
Thibaut Garcia, guitare

13/07/2017
Musique en Chemin
Radio France Occitanie
Montpellier
La Main Harmonique
Les Sacqueboutiers
12/07/2017
 

 

Festivals/ Festival Castell Peralada 2018 - Javier Camarena -
27 juillet 2018
     
COUP DE CŒUR

CRITIQUE

Javier Camarena effectue de flamboyants débuts
à Peralada

Ce n’est pas encore une star et pourtant son talent est là pour lui ouvrir les portes de ce statut. Le Mexicain Javier Camarena, un élève de son compatriote Francisco Araiza, vient de soulever l’enthousiasme d’une Eglise du Carmel archicomble. La standing ovation qui est venue saluer son récital est là pour en témoigner.

Accompagné au piano par un spécialiste d’opéra, mexicain également : Angel Rodriguez, Javier Camarena nous a proposé un programme dans lequel il a pu faire briller toutes les facettes d’une voix qui s’installe aujourd’hui parmi les incontournables d’un certain répertoire.
S’il n’est pas un interprète de Mozart particulièrement couru, seule sa maison de base, Zurich, lui a proposé Ferrando, Belfiore et Belmonte, il n’en demeure pas moins que son Tradito, schernito de Cosi fan tutte, précédé d’un récitatif particulièrement engagé, ouvre cette soirée sur des sommets d’émotion.
Il est suivi d’un air extrait d’un opéra peu connu d’un compositeur qui l’est encore moins : Niccolo Antonio Zingarelli (1752-1837), un musicien dont Napoléon admirait les œuvres.


Javier Camarena (ténor) et Angel Rodriguez (piano)
- Photo Toti Ferrer -
O

C’est l’aria d’Everardo Capellio extrait du 1er acte de ce qui est considéré comme le chef-d’œuvre de ce compositeur : Giulietta e Romeo. L’écriture accidentée de cet air, ainsi que la sollicitation du registre aigu conviennent parfaitement à ce ténor. Les trois arias qui se succèdent ensuite sont dus à Manuel Garcia, immense chanteur et compositeur sévillan, créateur d’Almaviva du Barbier de Séville de Rossini, formidable pédagogue et, pour la petite histoire, père de la Malibran. Ils sont extraits de trois de ses opéras : La mort du Tasse, El gitano por amor et El Poeta Calculista. Mais ce début de soirée ne peut s’achever sans un véritable cliffhanger vocal sur la seconde partie du programme : ce sera l’aria de Ramiro : Si, ritrovarla io giuro. Rossini et sa Cenerentola, voilà pourquoi le public est venu en affluence. C’est dans ce répertoire que Javier Camarena est aujourd’hui unique.

Unique non seulement par son aisance dans le registre supérieur, mais aussi par sa vocalisation et l’homogénéité d’une voix couvrant largement et avec la même aisance deux octaves. Le timbre est du miel le plus onctueux, chaleureux et solaire, le souffle semble inépuisable, le style inattaquable, la musicalité hors pair, l’émotion toujours présente. L’entracte paraît long, long…
Reprise en forme d’hommage à la fondatrice de ce festival, récemment disparue, Carmen Mateu. Quoi de plus émouvant donc que cette entrée d’Arturo dans I Puritani de Bellini, le fameux A te, o cara, que le ténor phrase avec une délicatesse extrême.Rossini est de retour avec un extrait de L’Italienne à Alger : Languir per une bella, l’air de Lindoro tout en vocalises que Javier Camarena orne à profusion dans la reprise. S’il termine le programme officiel avec l’incontournable Tonio de La Fille du régiment de Donizetti, il l’aura faite précédée de ce que l’on peut considérer comme un début de changement de répertoire, rien moins que la scène finale de Lucia di Lammermoor de Donizetti. Changement car Edgardo frôle le grand lyrique, avec des exigences prégnantes dans le bas médium et le grave, sans parler d’une orchestration plus présente. Il a abordé le rôle à Madrid cette année et le reprendra à Munich l’an prochain. Vue la prudence de cet artiste à ce jour, nul doute qu’il a bien étudié la question. En même temps, la quarantaine légèrement dépassée, il est aisé d’imaginer un instrument vocal en sensible évolution. A suivre donc.
Les frénétiques applaudissements qui accueillirent les célèbres et ici glorieux contre ut de Tonio nous valurent une véritable troisième mi-temps particulièrement généreuse. Bellini et Garcia revinrent au programme, puis des chansons mexicaines dont Sigo siendo el Rey chantée en chœur avec… le public. Du délire ! Une magnifique soirée avec un artiste dont la simplicité le dispute à l’exceptionnel.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 8 août 2018

 

infos
 
Renseignements et réservations :

www.festivalperalada.com
 
 
 
Les saisons musicales
lyrique et
chorégraphique
toulousaines

 
2018-2019
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index