www.classicToulouse.com
Entretiens
 
Maxim Emelyanychev
Orchestre du Capitole
04/10/2017
Alexandre Kantorow
Piano aux Jacobins
01/09/2017
Elisabeth Leonskaja
Piano aux Jacobins
24/08/2017
Juan Diego Flórez
Grands Interprètes
09/06/2017
Francis Grass
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Robin Ticciati
Grands Interprètes
21/01/2017
Julia Lezhneva
Grands Interprètes
19/11/2016
Clara Cernat
Rencontres musicales
de Nailloux
15 au 23/10/2016
Joel Prieto
Théâtre du Capitole
Béatrice et Bénédict
05/10/2016
Jean-Jacques Groleau
Théâtre du Capitole
19/09/2016
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
30ème anniversaire
07/06/2016
Kader Belarbi
Ballet du Capitole
Paradis Perdus
13 au 17/04/2016
Ángel Rodriguez
Ballet du Capitole
Thousand of Thoughts
13 au 17/04/2016
Kader Belarbi
Ballet du Capitole
Giselle
20 au 31/12/2015
Joël Suhubiette
Laurent Adnet
les éléments
Abendlied / Morgenlied
13/11/2015
Philippe Bianconi
Orchestre du Capitole
29/10/2015
Tugan Sokhiev
Orchestre du Capitole
10/10/2015
Aurélien Bory
Théâtre du Capitole
Le Château de Barbe-Bleue
Le Prisonnier
01/09/2015
Frédéric Chambert
Théâtre du Capitole
Teatro Municipal de
Santiago de Chile
28/08/2015
Gianandrea Noseda
Orchestre du Capitole
22/04/2015
Joël Suhubiette
Laurent Adnet
les éléments
¡ Viva Iberia !
24/02/2015
Joel Prieto
Théâtre du Capitole
Doña Francisquita
09/12/2014
Marianne Crebassa
Orchestre du Capitole
30/10/2014
Sophie Pacini
Piano Jacobins
06/08/2014
Etienne Mougeotte
Frédéric Chambert
Théâtre du Capitole
18/05/2014
Tanguy Viel
Théâtre du Capitole
09/04/2014
Clara Cernat
Violoniste et altiste
26/03/2014
Philippe Hurel
Théâtre du Capitole
19/03/2014
Benjamin Attahir
Olivier Stankiewicz
Orchestre du Capitole
28/02/2014
Bertrand Maon
Chœur de chambre
les éléments
20/02/2014
Josep Pons
Orchestre du Capitole
22/01/2014
Menahem Pressler
Orchestre du Capitole
03/12/2013
Thomas Søndergård
Orchestre du Capitole
10/10/2013
Natalie Dessay
Théâtre du Capitole
21/09/2013
Charles Castronovo
Théâtre du Capitole
17/09/2013
Tugan Sokhiev
Orchestre du Capitole
29/06/2013
Roberto Scandiuzzi
Théâtre du Capitole
30/05/2013
Kateryna Shalkina
Yoël Carreño
Ballet du Capitole
Le Corsaire
17/05/2013
Mark Opstad
Maîtrise de Toulouse
16/05/2013
 

 

Entretien avec Ángel Rodriguez – Ballet du Capitole -
Thousand of Thoughts / Paradis perdu
– 13 au 17 avril 2016
     
     

« Des milliers de pensées » pour se souvenir

Ce troisième programme de la saison pour le Ballet du Capitole est résolument contemporain et Kader Belarbi, Directeur du Ballet, a demandé à Ángel Rodriguez, jeune chorégraphe espagnol, une création mondiale qui s’insère dans la thématique de Paradis Perdu, présenté du 13 au 17 avril. Ángel Rodriguez, madrilène de naissance, a étudié la danse avec Carmen Roche. Il est ensuite soliste et premier danseur au Ballet du Grand Théâtre de Genève, avant d’intégrer la Compañía Nacional de Danza sous la direction de Nacho Duato. Il codirige le Ballet Carmen Roche de 2000 à 2002. Il enseigne la danse classique et la danse moderne dans plusieurs lieux en Espagne. Parallèlement il développe une activité de chorégraphe et travaille pour différentes compagnies : Ballet d’Augsbourg, Compagnie de danse d’Innsbruck, Compañía Nacional de Danza, Ballet Carmen Roche…
Il fera ses débuts au Capitole avec son ballet Thousand of Thoughts. C’est à cette occasion que ClassicToulouse l’a rencontré.



Ángel Rodriguez - Photo Nikolaus Schoelzel -

ClassicToulouse  : Ce ballet que vous allez nous présenter, est-ce un ballet auquel vous aviez déjà réfléchi ou est-ce une commande de Kader Belarbi avec un thème bien défini ?

Ángel Rodriguez : Non, en réalité c’est une proposition que j’ai moi-même faite. Kader m’a présenté le projet, ses deux autres ballets, le lieu où ils seraient donnés. Il m’a également indiqué que cette œuvre devait être une pièce uniquement pour des filles, pour faire le pendant avec sa propre création et pour des raisons également de temps, de montage. Je lui ai donc suggéré le thème des Treize Roses*. En fait je ne raconte pas l’histoire de ces femmes. C’est en réalité une source d’inspiration. Je voulais travailler avec des femmes, des femmes soumises à une situation limite, pour trouver une expression particulière. C’est pour ces raisons que cette histoire m’a paru intéressante : c’est une histoire espagnole, qui nous touche de près. Et pour moi, c’était raconter comment ces femmes soumises à une situation extrême peuvent être fortes face à l’enfermement et à une pression insoutenable, avec leurs qualités, leurs défauts. Pouvoir jouer avec toutes ces valeurs, ces sentiments, ces émotions. C’est ça en fait, une pièce qui parlent des émotions, des sentiments d’un groupe de femmes.

 : Combien de danseuses ferez-vous danser ?

A.R. : Sept ! J’ai hésité entre sept et neuf, mais j’aime le chiffre sept !

 : Et le choix de la musique ?

A.R. : Je prends en général beaucoup de temps pour choisir la musique de mes ballets. Quand j’ai la chance d’avoir un compositeur qui compose pour ma chorégraphie, c’est bien évidemment plus facile, mais ce n’est pas toujours le cas. Car il faut pour cela, du temps, un budget…Pour cette pièce, je n’avais pas beaucoup de temps pour faire mon choix. Lorsque j’ai entendu ce morceau [Les Fiançailles de Gavin Bryars], j’ai été séduit. D’abord par sa durée. Lorsque je travaille sur de longs ballets, il faut souvent que je fasse des collages musicaux avec des musiques déjà créées. Cette musique m’a paru « coller » au projet. D’autre part il y a des nuances incroyables dans ce morceau qui, bien que contemporain, n’est toutefois pas dissonant. Il y a une vraie mélodie, un rythme fort, pesant, qui suggère bien la situation de ces femmes. La proposition a plu à Kader et j’ai donc commencé à travailler à partir de là.

 :
Connaissiez-vous le lieu où va se dérouler le spectacle ?

A.R. : Effectivement. Je suis venu une première fois pour une réunion avec Kader pour mettre au point cette proposition, et le hasard a voulu que ce soir-là il y ait un spectacle à l’Auditorium de Saint-Pierre des Cuisines, auquel j’ai assisté. Et j’ai pu me faire une idée de l’espace scénique.


Ángel Rodriguez en répétition
- Photo David Herrero -
 

 : C’est un lieu très particulier.

A.R. : C’est vrai, c’est un lieu qui t’impose une atmosphère, avec laquelle il faut jouer, qui peut te contraindre ou t’aider selon les moments.

 : C’est la première fois que vous travaillez avec le Ballet du Capitole, qu’en pensez-vous ?

A.R. : Je n’avais jamais travaillé avec eux. Il me semble que la Compagnie a beaucoup changé. Elle est maintenant comparable à de nombreuses Compagnies qui dansent tous les styles, qui continuent à danser sur pointes avec une technique très classique, mais qui s’ouvrent à des choses plus contemporaines. C’est très intéressant pour le public et pour les danseurs.

 : Et votre travail avec les danseuses ?


A.R. : C’est un peu dur pour elles, car elles ne sont pas habituées encore à ce type de travail et surtout, depuis le début de la saison elles ont essentiellement dansé du répertoire très classique. C’est un changement assez radical : beaucoup de travail au sol, travail de bas de jambes, une façon différente de travailler avec son corps. Et je comprends très bien que ce soit dur pour elles. Mais je crois aussi qu’elles sont contentes, et moi de mon côté je suis satisfait de ce que nous sommes en train de réaliser. Je monte assez rapidement mes ballets. Et ici nous devions le faire rapidement, à cause du temps et surtout pour pouvoir ensuite travailler en profondeur, pour pouvoir adapter éventuellement certaines choses si elles ne fonctionnent pas. J’ai besoin de voir des personnalités, j’ai besoin de voir, pour ce ballet, des femmes avec du caractère. Elles doivent donc posséder à fond le déroulé technique pour ensuite me donner l’expression nécessaire au thème abordé.

 : Et au-delà de cette création, que fait Ángel Rodriguez ?

A.R. : Et bien mon dernier ballet était une Médée, que j’ai fait pour le Ballet de Augsbourg, en Allemagne, qui a été très intéressant pour moi, car on apprend toujours auprès des danseurs. Je ne suis pas de ceux qui travaillent seuls, j’ai besoin d’avoir une bonne relation avec le danseur et de dialoguer avec lui. J’ai besoin d’échanger, d’instaurer une confiance, pour arriver ensuite à faire sortir le maximum de lui -même, savoir jusqu’où je peux l’amener. J’essaie toujours de travailler dans une bonne ambiance, tout en étant très exigeant et faire refaire et refaire encore. Mais il est primordial que le danseur sente l’évolution du rôle de façon positive. Cet échange est pour moi essentiel car il me permet d’apprendre moi aussi. Il est important que lorsque l’on termine une production, bonne ou mauvaise, il reste ce sentiment d’avoir appris. C’est ce qui s’est passé avec Médée. Ce fut un long travail de deux ans, pas toujours facile à faire, car j’ai dû scinder ce travail en trois périodes, et ce fut compliqué ! Mais le résultat fut très positif, et le ballet sera repris lors d’une prochaine saison. Ensuite, je travaille avec le Conservatoire Supérieur de Madrid qui m’a demandé de monter des ateliers et ensuite de monter un ballet avec eux, ballet que j’ai terminé juste avant de venir ici et qu’ils travaillent avec un assistant. Je reprendrai le travail avec eux après le spectacle ici et la première aura lieu en mai.

 : Deux créations en deux mois, c’est presque une gageure !

A.R. : Oui mais c’est passionnant !

 : Merci Ángel Rodriguez.

Propos recueillis par Annie Rodriguez

*L’histoire des Treize Roses relate une des terribles conséquences de la guerre civile espagnole. Ces treize jeunes filles et jeunes femmes, de 16 à 29 ans, furent arrêtées à Madrid, en 1939, 4 mois après la fin de la guerre, en représailles après l’assassinat, loin de la capitale, d’un général franquiste. Emprisonnées, elles furent jugées et exécutées toutes ensemble après un procès sommaire et inique. [NDLR]

 

infos
 
Représentations du spectacle "Paradis Perdu" à l'auditorium Saint-Pierre des Cuisines de Toulouse :

Les 13, 14, 15, 16 avril à 20 h et le 17 avril à 15 h.

Réservation
www.theatre-du-capitole.fr 

Tel : 05 61 63 13 13
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index