www.classicToulouse.com
classic toulouse
Entretiens
 
Amadi Lagha
Théâtre nat. du Capitole
Carmen
14/01/2022
Francis Grass
Christophe Ghristi
Claire Roserot de Melin
Théâtre du Capitole
Label "national"
15/01/2022
Valentin Thill
Théâtre du Capitole
La Flûte enchantée
17/12/2021
Michel Fau
Théâtre du Capitole
Wozzeck
16/11/2021
Stéphane Degout
Théâtre du Capitole
Wozzeck
15/11/2021
Sophie Koch
Théâtre du Capitole
Wozzeck
13/11/2021
Christophe Ghristi
La Gioconda
Théâtre du Capitole
15/09/2021
Michel Fau
Théâtre du Capitole
19/06/2021
Catherine Hunold
Théâtre du Capitole
19/05/2021
Bernard Minier
La Chasse
25/04/2021
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
16/04/2021
Thierry d'Argoubet
Orchestre nat. du Capitole
15/04/2021
Franck Loiret
Les Franco-russes
Ciné-concert
Le Pré de Béjine
26/03/2021
Aurélien Gignoux
Révélation soliste
instrumental - Victoires de
la musique classique
01/03/2021
Alexandre Dratwicki
La Princesse jaune
Camille Saint-Saëns
25/02/2021
Mathias Vidal
La Princesse jaune
Camille Saint-Saëns
12/02/2021
Alfonso Caiani
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
03/12/2020
Thierry d'Argoubet
Orchestre nat. du Capitole
13-11/2020
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
30/09/2020
Francis Grass
Théâtre du Capitole
11/09/2020
Claire Roserot de Melin
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Anne-Catherine Gillet
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Antoine Maurice
Elections municipales
28/06/2020
Jean-Luc Moudenc
Elections municipales
28/06/2020
Sébastien Llinares
Musique en Dialogue
aux Carmélites
26/04/2020
Kader Belarbi
Ballet du Capitole
Confinement
15/04/2020
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
02/04/2020
Claude Scavazza
Les Arts Renaissants
18/03/2020
Sophie Koch
Théâtre du Capitole
24/01/2020
Mélanie Laurent
Harpiste
05/10/2019
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
23/09/2019
Catherine Hunold
Théâtre du Capitole
21/02/2019
Michel Fau
Théâtre du Capitole
19/02/2019
Annick Massis
Théâtre du Capitole
15/01/2019
Pierre Rambert
Théâtre du Capitole
30/08/2018
Antonio Najarro
Odyssud
30/05/2018
Béatrice Uria-Monzon
Théâtre du Capitole
10/05/2018
Charles Castronovo
Théâtre du Capitole
30/03/2018
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
27/03/2018
Robin Johannsen
Grands Interprètes
08/03/2017
Karol Beffa
Théâtre du Capitole
Les Nibelungen
23/01/2018
Marie-Laure Garnier
Théâtre du Capitole
La Walkyrie
19/01/2018
Maxim Emelyanychev
Orchestre du Capitole
04/10/2017
Alexandre Kantorow
Piano aux Jacobins
01/09/2017
Elisabeth Leonskaja
Piano aux Jacobins
24/08/2017
Juan Diego Flórez
Grands Interprètes
09/06/2017
Francis Grass
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Robin Ticciati
Grands Interprètes
21/01/2017
 

 

Entretien avec Sophie Koch - Théâtre du Capitole - Wozzeck
13 novembre 2021
     

« Je repousse un peu mes limites » Sophie Koch

Naviguant habilement et avec succès entre deux tessitures, la cantatrice française Sophie Koch élargit depuis quelques années considérablement son répertoire, sans toutefois abandonner les rôles qui l’ont imposée sur la scène mondiale. Pour l’heure, le public capitolin a le bonheur de la retrouver pour sa première Marie du Wozzeck d’Alban Berg. Une nouvelle pierre à l’édifice d’une carrière parmi les plus remarquables de l’art lyrique français. Rencontre.

Classictoulouse  : Avant une série à venir du Compositeur dans l’Ariane à Naxos de Richard Strauss, un rôle-signature dans votre carrière, vous allez aborder pour la première fois le personnage de Sieglinde de La Walkyrie de Richard Wagner à Marseille en février prochain, un emploi distribué depuis toujours à des sopranos. Aujourd’hui au Capitole, vous chantez votre première Marie du Wozzeck d’Alban Berg, autre rôle traditionnellement dévolue à un soprano. Est-ce un virage dans votre répertoire ?

Sophie Koch : Voilà maintenant plus de 25 ans que je chante une tessiture de mezzo-soprano avec beaucoup de rôles ayant une tessiture à cheval entre la mezzo et le soprano. Avec le temps et les muscles qui sont plus résistants, j’ai pu me confronter à des emplois plus aigus, comme Vénus de Tannhäuser, l’Ariane de Paul Dukas, Kundry dans Parsifal et maintenant Marie et Sieglinde. Je ne dirai pas que c’est un tournant, mais plutôt que je repousse un peu mes limites.

 : Venons-en à Wozzeck et Alban Berg. Quel a été votre premier contact avec ce compositeur, puis avec cet opéra ?


Sophie Koch
- Photo Vincent Pontet -

O

SK : J’ai abordé Alban Berg par les mélodies et c’est bien plus tard je me suis mise à Wozzeck. J’avais un peu peur de cette noirceur.

: Wozzeck est une œuvre courte, même pas une heure et demie, mais d’une intensité dramatique quasiment insoutenable pour le spectateur. Comment gérez-vous la montée en puissance de cette tragédie en tant qu’interprète ?

SK : Après avoir discuté avec le chef Leo Hussain, qui maîtrise parfaitement cet ouvrage, et connaissant mes propres limites, je fais attention à ne pas trop crier ou parler sans soutenir le Sprechgesang* qui parfois est impossible à faire dans la tessiture écrite. C’est typiquement une œuvre ou il faut garder le contrôle tout en donnant l’impression de le perdre !! C’est là que les répétitions sont importantes.

: Si l’on excepte deux célèbres mezzo-sopranos : Marylin Horne et Christa Ludwig, qui se sont illustrées dans le rôle de Marie, ce sont clairement des sopranos, pas nécessairement dramatiques, qui ont inclus ce personnage dans leur pré carré. Au regard de votre partition, à son écriture en fait très centrale malgré tout et ses sauts d’octaves, avec son ut dièse triple forte, ses descentes abyssales vers un contre-mi grave, on en vient à se demander finalement comment une chanteuse peut se mesurer à pareil challenge...

SK : En écoutant des versions d’époques et de styles différents, j’ai été souvent surprise d’entendre la liberté que prenaient certains de mes confrères avec le texte musical. Certainement un choix artistique, tirant l’œuvre plus vers le théâtre. En accord avec le chef et au maximum de mes possibilités, je m’efforce de respecter la partition tout en gardant le côté théâtral quand le Sprechgesang est demandé. Certaines notes sont des effets plus que des notes véritablement chantées... Il n’en reste pas moins un contre ut vraiment chanté et un sol grave, ce qui est déjà bien !

 : Quel portrait allez-vous tracer de ce personnage et a-t-il un écho aujourd’hui ?

SK : Le portrait de cette Marie, dans la vision du metteur en scène Michel Fau, est entre la femme-enfant, la victime et la femme désespérée. Il y a beaucoup de naïveté en elle, ce qui la rend touchante. Comme il s’agit d’une interprétation quasi onirique, je ne vois pas trop un écho avec le réel, mais je pense néanmoins que ce profil existe surtout chez certaines adolescentes.

 : Peut-on « rêver » d’incarner Marie au même titre que Chérubin, Octavian, Le Compositeur ou encore Charlotte par exemple ?

SK : Rêver d’incarner Marie ? Pourquoi pas... rien que pour le sublime début du 3ème acte. Elle a de nombreuses facettes qui en font un personnage fascinant. Du coup on en vient en tant qu’interprète à regretter qu’il ne soit pas plus long.

 : Quelles sont vos prochaines prises de rôle ou du moins celles que vous souhaiteriez faire ?

Dans mes futures prises de rôle, il y aura Léonore du Fidelio de Ludwig van Beethoven, que je rêvais de faire, Sieglinde bien sûr et d’autres, mais il est encore un peu tôt pour les dévoiler.

*Style vocal à mi-chemin entre la déclamation parlée et le chant

Propos recueillis par Robert Pénavayre le 13 novembre 2021

 

infos
 

Renseignements sur la saison du Théâtre du Capitole :

www.theatre-du-capitole.fr

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index