www.classicToulouse.com
Entretiens
 
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
30/09/2020
Francis Grass
Théâtre du Capitole
11/09/2020
Claire Roserot de Melin
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Anne-Catherine Gillet
Théâtre du Capitole
09/09/2017
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Antoine Maurice
Elections municipales
28/06/2020
Jean-Luc Moudenc
Elections municipales
28/06/2020
Sébastien Llinares
Musique en Dialogue
aux Carmélites
26/04/2020
Kader Belarbi
Ballet du Capitole
Confinement
15/04/2020
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
02/04/2020
Claude Scavazza
Les Arts Renaissants
18/03/2020
Sophie Koch
Théâtre du Capitole
24/01/2020
Mélanie Laurent
Harpiste
05/10/2019
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
23/09/2019
Catherine Hunold
Théâtre du Capitole
21/02/2019
Michel Fau
Théâtre du Capitole
19/02/2019
Annick Massis
Théâtre du Capitole
15/01/2019
Pierre Rambert
Théâtre du Capitole
30/08/2018
Antonio Najarro
Odyssud
30/05/2018
Béatrice Uria-Monzon
Théâtre du Capitole
10/05/2018
Charles Castronovo
Théâtre du Capitole
30/03/2018
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
27/03/2018
Robin Johannsen
Grands Interprètes
08/03/2017
Karol Beffa
Théâtre du Capitole
Les Nibelungen
23/01/2018
Marie-Laure Garnier
Théâtre du Capitole
La Walkyrie
19/01/2018
Maxim Emelyanychev
Orchestre du Capitole
04/10/2017
Alexandre Kantorow
Piano aux Jacobins
01/09/2017
Elisabeth Leonskaja
Piano aux Jacobins
24/08/2017
Juan Diego Flórez
Grands Interprètes
09/06/2017
Francis Grass
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Robin Ticciati
Grands Interprètes
21/01/2017
Julia Lezhneva
Grands Interprètes
19/11/2016
Clara Cernat
Rencontres musicales
de Nailloux
15 au 23/10/2016
Joel Prieto
Théâtre du Capitole
Béatrice et Bénédict
05/10/2016
Jean-Jacques Groleau
Théâtre du Capitole
19/09/2016
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
30ème anniversaire
07/06/2016
Kader Belarbi
Ballet du Capitole

Paradis Perdus
13 au 17/04/2016
Ángel Rodriguez
Ballet du Capitole
Thousand of Thoughts
13 au 17/04/2016
Kader Belarbi
Ballet du Capitole
Giselle
20 au 31/12/2015
Joël Suhubiette
Laurent Adnet
les éléments
Abendlied / Morgenlied
13/11/2015
Philippe Bianconi
Orchestre du Capitole
29/10/2015
Tugan Sokhiev
Orchestre du Capitole
10/10/2015
Aurélien Bory
Théâtre du Capitole
Le Château de Barbe-Bleue
Le Prisonnier
01/09/2015
Frédéric Chambert
Théâtre du Capitole
Teatro Municipal de
Santiago de Chile
28/08/2015
 

 

Entretien avec Sophie Koch - Théâtre du Capitole - 24 janvier 2020
     

« Le Capitole, c’est une grande histoire humaine »

Les nombreuses apparitions de Sophie Koch à l’affiche du Théâtre du Capitole ces dernières années seraient-elles dues à son ancrage familial voisin de la Ville rose ? La réponse est bien sûr dans la question. Non. Ce n’est que l’immense talent de la plus grande mezzo-française de notre temps qui est à l’origine de ces multiples invitations dont la dernière, le terrible rôle d’Ariane dans l’opéra de Paul Dukas Ariane et Barbe-Bleue en avril 2019, ne nous laissait qu’une seule envie, vite réentendre cette artiste incomparable, aujourd’hui au sommet de ses moyens vocaux. Vœu exaucé par Christophe Ghristi qui ne lui propose rien moins qu’un nouveau rôle à son panthéon wagnérien, celui de Kundry dans le Parsifal de Richard Wagner. Entretien.

Classictoulouse  : Aujourd’hui près de la moitié de votre répertoire tourne autour de Richard Wagner et Richard Strauss.

Sophie Koch :
Il y a un grand répertoire que j’ai peu abordé ou fréquenté : le bel canto, la musique russe, contemporaine, Britten et j’en passe ! Je suis d’avis que personne n’est un chanteur « universel » qui peut « tout » chanter. Et comme j’ai un gros penchant pour la musique allemande et française et que la carrière passe très vite, j’ai concentré mon effort sur ce qui me plaît le plus ! Je dois dire que c’est une grande chance et un grand bonheur.

: Revenons à Wagner, si je ne me trompe, des opéras régulièrement affichés de ce compositeur et dans votre tessiture, si l’on excepte la Magdalena des Maîtres-chanteurs, après Kundry, vous aurez abordé tous les grands rôles de mezzo-soprano sauf un : Ortrud. Pourquoi ? Le temps n’est-il pas encore venu ? Ou tout simplement il ne vous a pas été proposé ?

S. K. : Ce n’est peut-être pas ma vocalité préférée et l’on attend peut-être un impact vocal plus grand que celui que ma voix peut donner, c’est la raison pour laquelle je ne me suis pas précipitée. Mais si un chef en qui j’ai confiance me le demandait, je pourrai l’envisager.


Sophie Koch - Photo Vincent Pontet -

oO

: Le public du Capitole a donc le plaisir d’entendre votre première Kundry. C’est un rôle complexe entre tous dans le répertoire wagnérien avec deux facettes bien distinctes et un second acte vertigineux. Comment l’abordez-vous théâtralement ?

S. K. : Le décor et les intentions du metteur en scène, le costume, conditionnent pas mal de choses, disent déjà beaucoup du personnage.
Après, la rencontre avec les partenaires permet ou non de laisser parler son instinct, et j’ai la chance d’avoir avec Nikolaï (ndlr : Nikolaï Schukoff, Parsifal) un formidable artiste, très à l’écoute. Je n’invente rien qui n’ait déjà été montré, j’essaie seulement de vivre le texte, de le redécouvrir à chaque fois.

: Au regard de la partition, Kundry semble bien écrit pour un mezzo-soprano, surtout au 1er acte mais il faut reconnaître que le final du 2nd acte l’entraîne vers une tessiture de soprano dramatique avec une pluie de si naturels. En fait n’est-ce pas une tessiture mixte type Falcon réclamant outre une couleur automnale particulière, une voix longue d’un peu plus de deux octaves ?

S. K. : Il est certain que, musicalement, le rôle est pour une voix entre deux tessitures, vous avez raison. Avec cette avalanche de si naturels que Kundry doit envoyer par-dessus l’orchestre ! Je voudrais, à ce sujet, revenir sur cette Ariane et Barbe-bleue. Ce fut un grand travail et une magnifique aventure notamment sur moi-même et sur le défi fait à mon endurance vocale. C’est probablement un tournant dans ma carrière. Je dirais que Kundry est ainsi tombée plus « immédiatement » dans mes cordes.

: A ce stade de votre carrière, vous avez été déjà accueillie par les plus grandes scènes de la planète. Quels sont vos souhaits professionnels en ce début d’année ?

S. K. : De continuer aussi longtemps que possible, prendre le temps de bien préparer les nouveaux rôles qui arrivent, vivre ma vie de femme et de mère, voir mes amis, vivre en somme en espérant que la santé suive ! Et pouvoir maintenir ce lien privilégié avec le Capitole, moi qui vit près de Castelnaudary. Ce n’est pas uniquement parce que le théâtre est près de chez moi, mais parce que l’ambiance y est très familiale et chaleureuse et qu’on y travaille très bien!



Sophie Koch dans Ariane et Barbe-Bleue - Photo Cosimo Mirco Magliocca -

: Deux mots donc sur le Capitole ?

S. K. : Le Capitole, c’est une grande histoire humaine. D’abord avec Nicolas Joel qui m’a beaucoup gâtée jusqu’à Paris bien sûr où il m’a fait tant de fois confiance pour de si beaux rôles. Maintenant, Christophe Ghristi qui ose à son tour me confier de si magnifiques personnages. Jamais je n’aurais pensé à Ariane… Christophe m’en parlait depuis longtemps, je ne pouvais y croire…  Et quel cadeau !! C’est la marque des grands directeurs. Une immense dose de culture, la connaissance des voix et du répertoire et probablement aussi le goût du risque !  

: Quelles sont vos prises de rôle à venir ?

S. K. : Hérodiade de Salomé (Richard Strauss), Federica de Luisa Miller (Giuseppe Verdi), Sieglinde (La Walkyrie de Richard Wagner), Marie de Wozzeck (Alban Berg)... La retraite n’est pas encore pour demain !!

Propos recueillis par Robert Pénavayre le 24 janvier 2020

 

infos
 

Renseignements sur la saison du Théâtre du Capitole :

www.theatre-du-capitole.fr

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index