www.classicToulouse.com
Entretiens
 
Catherine Hunold
Théâtre du Capitole
21/02/2019
Michel Fau
Théâtre du Capitole
19/02/2019
Annick Massis
Théâtre du Capitole
15/01/2019
Pierre Rambert
Théâtre du Capitole
30/08/2018
Antonio Najarro
Odyssud
30/05/2018
Béatrice Uria-Monzon
Théâtre du Capitole
10/05/2018
Charles Castronovo
Théâtre du Capitole
30/03/2018
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
27/03/2018
Robin Johannsen
Grands Interprètes
08/03/2017
Karol Beffa
Théâtre du Capitole
Les Nibelungen
23/01/2018
Marie-Laure Garnier
Théâtre du Capitole
La Walkyrie
19/01/2018
Maxim Emelyanychev
Orchestre du Capitole
04/10/2017
Alexandre Kantorow
Piano aux Jacobins
01/09/2017
Elisabeth Leonskaja
Piano aux Jacobins
24/08/2017
Juan Diego Flórez
Grands Interprètes
09/06/2017
Francis Grass
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Robin Ticciati
Grands Interprètes
21/01/2017
Julia Lezhneva
Grands Interprètes
19/11/2016
Clara Cernat
Rencontres musicales
de Nailloux
15 au 23/10/2016
Joel Prieto
Théâtre du Capitole
Béatrice et Bénédict
05/10/2016
Jean-Jacques Groleau
Théâtre du Capitole
19/09/2016
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
30ème anniversaire
07/06/2016
Kader Belarbi
Ballet du Capitole
Paradis Perdus
13 au 17/04/2016
Ángel Rodriguez
Ballet du Capitole
Thousand of Thoughts
13 au 17/04/2016
Kader Belarbi
Ballet du Capitole
Giselle
20 au 31/12/2015
Joël Suhubiette
Laurent Adnet
les éléments
Abendlied / Morgenlied
13/11/2015
Philippe Bianconi
Orchestre du Capitole
29/10/2015
Tugan Sokhiev
Orchestre du Capitole
10/10/2015
Aurélien Bory
Théâtre du Capitole
Le Château de Barbe-Bleue
Le Prisonnier
01/09/2015
Frédéric Chambert
Théâtre du Capitole
Teatro Municipal de
Santiago de Chile
28/08/2015
Gianandrea Noseda
Orchestre du Capitole
22/04/2015
Joël Suhubiette
Laurent Adnet
les éléments
¡ Viva Iberia !
24/02/2015
Joel Prieto
Théâtre du Capitole
Doña Francisquita
09/12/2014
Marianne Crebassa
Orchestre du Capitole
30/10/2014
Sophie Pacini
Piano Jacobins
06/08/2014
Etienne Mougeotte
Frédéric Chambert
Théâtre du Capitole
18/05/2014
Tanguy Viel
Théâtre du Capitole
09/04/2014
Clara Cernat
Violoniste et altiste
26/03/2014
Philippe Hurel
Théâtre du Capitole
19/03/2014
Benjamin Attahir
Olivier Stankiewicz
Orchestre du Capitole
28/02/2014
Bertrand Maon
Chœur de chambre
les éléments
20/02/2014
Josep Pons
Orchestre du Capitole
22/01/2014
Menahem Pressler
Orchestre du Capitole
03/12/2013
Thomas Søndergård
Orchestre du Capitole
10/10/2013
Natalie Dessay
Théâtre du Capitole
21/09/2013
Charles Castronovo
Théâtre du Capitole
17/09/2013
Tugan Sokhiev
Orchestre du Capitole
29/06/2013
Roberto Scandiuzzi
Théâtre du Capitole
30/05/2013
Kateryna Shalkina
Yoël Carreño
Ballet du Capitole
Le Corsaire
17/05/2013
Mark Opstad
Maîtrise de Toulouse
16/05/2013
 

 

Entretien avec Catherine Hunold - Théâtre du Capitole
21/02/2019
     

Toulouse va découvrir le grand soprano dramatique français de notre temps : Catherine Hunold

Avec l’Ariane de Richard Strauss, Christophe Ghristi fait débuter sur notre scène la représentante d’une tessiture rarissime, celle du soprano dramatique. Une véritable wagnérienne française comme il en existe peu par génération. Voire pas du tout ! Un trésor.

Classictoulouse : C’est la première fois que vous chantez au Théâtre du Capitole ?

Catherine Hunold : Oui effectivement, ce sont mes débuts sur la scène du Théâtre du Capitole mais c’est aussi la première fois que je chante Richard Strauss et c’est donc ma première Ariane.

: Quels ont été vos professeurs ?

C. H. : J’ai commencé l’étude du chant à Paris avec une Toulousaine, Mady Mesplé. Je devais avoir 18 ans. Dès le début elle me prédit que je chanterai Wagner et les « Français inchantables » comme Le Mage de Massenet, Pénélope de Fauré, Les Barbares de Saint-Saëns, Bérénice de Magnard et cette année Sigurd de Reyer. J’ai chanté mon premier Wagner à 35 ans à l’Opéra de Prague, rien moins qu’Isolde, après j’ai enchaîné avec Brünnhilde de Walkyrie, Ortrud de Lohengrin. En fait je ne suis pas passé par la case des sopranos blonds type Elsa, Elisabeth, Senta ou Eva.



Catherine Hunold (Ariane)

: Quand avez-vous eu conscience que votre voix était celle d’un soprano dramatique ?

C. H. : C’est très particulier mais je pense que cela arrive à beaucoup de chanteuses. Avec Mady je travaillais Mireille, Constance et même madame Lidoine. Puis j’ai eu ma fille et alors là, ma voix a totalement changé. Ce bouleversement hormonal, classique d’ailleurs dans cette situation, a modifié ma tessiture, mon timbre est devenu plus charnu, plus riche, les harmoniques de mon registre médium se sont ouvertes à l’aigu. C’est le moment où j’ai intégré la troupe du Vlaams Opéra et là il a fallu que je reconstruise toute une autre technique. J’ai rencontré alors Margaret Price avec qui j’ai travaillé les Mozart et c’est elle-même qui m’a recommandé au bout d’un moment de m’orienter plutôt vers les grands Verdi. J’ai eu la chance également d’étudier Ariane et Tosca avec Christa Ludwig.

: A quelle filiation pensez-vous en termes de grand soprano dramatique française ?

C. H. : Sans hésiter Germaine Lubin et Régine Crespin, qui sont les plus emblématiques, mais il y a eu aussi Berthe Monmart.

: A présent parlez-nous de cette Ariane.

C. H. : C’est un grand moment. Je n’imaginais pas du tout que ce personnage allait autant m’interpeller. Avec ce rôle nous sommes dans une incarnation littéralement viscérale, très différente des incarnations wagnériennes beaucoup plus directes. Depuis un mois je suis hanté par Ariane, je pense Ariane, je vis Ariane. De plus avec Michel Fau nous sommes au plus près du texte. C’est un personnage contradictoire qui dit tout et son contraire. Elle dit qu’elle ne sait pas si elle est morte ou si elle est en vie, elle sait puis elle ne sait plus, elle est folle puis elle est sage. Ariane prend Bacchus pour Hermès et va le suivre par fidélité à Thésée, car Hermès est le messager de la mort. C’est un personnage très entier.

: Vocalement ?

C. H. : C’est un plaisir immense dans lequel il faut conjuguer la longueur des phrases sublimes écrites par Richard Strauss et le sens profond du texte de Hofmannsthal. Si l’on fait les deux et c’est ce vers quoi nous pousse Michel Fau cela devient passionnant mais difficile car c’est un homme de théâtre très précis qui travaille aussi dans la démesure. C’est excitant et fabuleux à la fois.

: Avez-vous un rôle-signature ?

C. H. : En fait j’en ai deux, un ange et un démon : Madame Lidoine et Ortrud.

: Quels autres rôles avez-vous en perspective ?

Pas mal de propositions verdiennes comme Aïda et Nabucco et j’en suis très contente car en fait, à ce jour, mis à part le Requiem et Lady Macbeth, c’est tout un répertoire que je n’ai pas abordé. De même, je n’ai pas de propositions pucciniennes, or j’adorerais chanter Turandot. A venir je pense une autre Ariane, celle de Dukas et j’en suis ravie bien sûr.

Propos recueillis par Robert Pénavayre le 21 février 2019

 

infos
 

Renseignements sur la saison du Théâtre du Capitole :

www.theatreducapitole.fr




 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index