www.classicToulouse.com
classic toulouse
Entretiens
 
Jean-Baptiste Fra
Orchestre nat. du Capitole
23/05/2022
Adèle Charvet
Le Barbier de Séville
G. Rossini
Théâtre nat. du Capitole
14/05/2022
Petr Nekoranec
Le Barbier de Séville
G. Rossini
Théâtre nat. du Capitole
12/05/2022
Mario Rojas
Jenůfa - L. Janáček
Théâtre nat. du Capitole
19/04/2022
Marie-Adeline Henry
Jenůfa - L. Janáček
Théâtre nat. du Capitole
17/04/2022
Catherine Hunold
Jenůfa - L. Janáček
Théâtre nat. du Capitole
16/04/2022
Corinne et Gilles Benizio
Platée - J. P. Rameau
Théâtre nat. du Capitole
19/03/2022
Mathias Vidal
Platée
Jean-Philippe Rameau
09/03/2022
Stéphane Delincak
Patrick Abéjean
Castor et Pollux
J. P. Rameau
Odyssud - L'Aria
01/03/2022
Antonio Najarro
Ballet du Capitole
Toiles Etoiles
15 au 20/02/2022
Anne Le Bozec
Sandrine Tilly
21/01/2022
Amadi Lagha
Théâtre nat. du Capitole
Carmen
14/01/2022
Francis Grass
Christophe Ghristi
Claire Roserot de Melin
Théâtre du Capitole
Label "national"
15/01/2022
Valentin Thill
Théâtre du Capitole
La Flûte enchantée
17/12/2021
Michel Fau
Théâtre du Capitole
Wozzeck
16/11/2021
Stéphane Degout
Théâtre du Capitole
Wozzeck
15/11/2021
Sophie Koch
Théâtre du Capitole
Wozzeck
13/11/2021
Christophe Ghristi
La Gioconda
Théâtre du Capitole
15/09/2021
Michel Fau
Théâtre du Capitole
19/06/2021
Catherine Hunold
Théâtre du Capitole
19/05/2021
Bernard Minier
La Chasse
25/04/2021
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
16/04/2021
Thierry d'Argoubet
Orchestre nat. du Capitole
15/04/2021
Franck Loiret
Les Franco-russes
Ciné-concert
Le Pré de Béjine
26/03/2021
Aurélien Gignoux
Révélation soliste
instrumental - Victoires de
la musique classique
01/03/2021
Alexandre Dratwicki
La Princesse jaune
Camille Saint-Saëns
25/02/2021
Mathias Vidal
La Princesse jaune
Camille Saint-Saëns
12/02/2021
Alfonso Caiani
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
03/12/2020
Thierry d'Argoubet
Orchestre nat. du Capitole
13/11/2020
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
30/09/2020
Francis Grass
Théâtre du Capitole
11/09/2020
Claire Roserot de Melin
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Anne-Catherine Gillet
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Antoine Maurice
Elections municipales
28/06/2020
Jean-Luc Moudenc
Elections municipales
28/06/2020
Sébastien Llinares
Musique en Dialogue
aux Carmélites
26/04/2020
Kader Belarbi
Ballet du Capitole
Confinement
15/04/2020
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
02/04/2020
Claude Scavazza
Les Arts Renaissants
18/03/2020
Sophie Koch
Théâtre du Capitole
24/01/2020
Mélanie Laurent
Harpiste
05/10/2019
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
23/09/2019
Catherine Hunold
Théâtre du Capitole
21/02/2019
Michel Fau
Théâtre du Capitole
19/02/2019
Annick Massis
Théâtre du Capitole
15/01/2019
Pierre Rambert
Théâtre du Capitole
30/08/2018
Antonio Najarro
Odyssud
30/05/2018
Béatrice Uria-Monzon
Théâtre du Capitole
10/05/2018
Charles Castronovo
Théâtre du Capitole
30/03/2018
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
27/03/2018
Robin Johannsen
Grands Interprètes
08/03/2017
Karol Beffa
Théâtre du Capitole
Les Nibelungen
23/01/2018
Marie-Laure Garnier
Théâtre du Capitole
La Walkyrie
19/01/2018
Maxim Emelyanychev
Orchestre du Capitole
04/10/2017
Alexandre Kantorow
Piano aux Jacobins
01/09/2017
Elisabeth Leonskaja
Piano aux Jacobins
24/08/2017
Juan Diego Flórez
Grands Interprètes
09/06/2017
Francis Grass
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Robin Ticciati
Grands Interprètes
21/01/2017
 

 

Entretien avec Christophe Ghristi - La Gioconda - Théâtre du Capitole -
15 septembre 2021
     

« Une œuvre qui ose tout ! »

Pour l’ouverture de la saison capitoline 21/22, son directeur Christophe Ghristi fait entrer au répertoire de l’auguste institution toulousaine l’une des grands œuvres lyriques du 19è siècle italien : La Gioconda, d’Amilcare Ponchielli.  En confiant sa production à l’un des metteurs en scène les plus doués mais aussi les plus clivants de la scène hexagonale, il nous propose un spectacle à plus d’un titre dantesque. Âmes sensibles s’abstenir !

Classictoulouse  : La superbe et historique Elektra qui clôtura la saison dernière nous avait rassurés sur la santé du Théâtre du Capitole.  Vous avez réuni vos équipes dès cet été pour l’ouverture de saison. Comment les avez-vous retrouvées ?

Christophe Ghristi : D’abord, je suis heureux que vous parliez ainsi de cette Elektra. Historique, je crois qu’elle l’était en effet. Au dernier moment, nous avons réussi à la capter et le film, en cours de montage, restera. Il y a eu ensuite nos Nuits d’été, un festival impromptu, où nos forces vives ont brillé et où le public a répondu avec enthousiasme. Nous voilà en effet arrivés à la rentrée. Nous ouvrons la saison avec un ouvrage énorme et les équipes sont évidemment très impliquées. Gioconda, c’est notamment un ouvrage de chœur et je suis heureux qu’il puisse retrouver le plateau et jouer tout autant que chanter. Nous sommes évidemment toujours sur la sellette avec ces protocoles qui évoluent sans cesse mais nous devons faire avec.

: Pourquoi faire entrer Gioconda au répertoire du Capitole ?

CG : Parce que c’est un chef-d’oeuvre. Je n’ai pas décidé de la programmer parce qu’elle n’avait jamais été donnée au Capitole, mais parce que c’est une œuvre géniale et folle comme je les aime. Il y a eu également l’opportunité de cette coproduction avec le théâtre royal de la Monnaie de Bruxelles. C’est Olivier Py qui m’a parlé de ce projet qui était alors à ses commencements et j’ai sauté sur l’occasion. Nous étions suffisamment en amont pour que Pierre André Weitz, le scénographe et costumier, puisse penser son décor sur mesure pour notre plateau et nos capacités techniques. A l’arrivée, la production est spectaculaire.



Christophe Ghristi - Photo Pierre Béteille -

: Peu de théâtres osent affronter une telle œuvre. Quelles sont les difficultés d’un tel chalenge ?

CG : C’est un ouvrage qui demande une maison en parfait ordre de marche. C’est du grand spectacle avec de la chorégraphie, le choeur et la maîtrise, et une distribution tout à fait particulière : il requiert 6 chanteurs de premier plan, dans toutes les tessitures. Comme souvent, cette production sera le théâtre de prises de rôles attendues, à l’instar de celle de Violeta Urmana dans Elektra. Cette fois, c’est le grand Ramon Vargas qui fera ses débuts (enfin !) au Capitole et chantera son premier Enzo. Et je suis très heureux de donner un grand rôle au formidable baryton français Pierre Yves Pruvost. Judit Kutasi, notre Laura, sera sans doute une révélation pour notre public. Enfin, nous avons le plaisir de retrouver Beatrice-Uria Monzon dans un rôle qui lui va comme un gant et qu’elle a débuté dans cette production à Bruxelles. Nous devrions donc avoir un plateau à la hauteur des exigences folles de la partition, dirigée par Roberto Rizzi Brignoli, un orfèvre en la matière.

 : En invitant Olivier Py à la mise en scène, vous vous êtes trouvé de facto avec une obligation pour le moins morale de déconseiller ce spectacle aux moins de 16 ans... Expliquez-nous.

CG : Aujourd’hui, avec la violence dont nous sommes abreuvés, il peut paraître curieux de formuler cet avertissement. Mais ce qui se passe sur une scène a une force tout à fait particulière. Chez nous, il n’y a pas d’écran, c’est du direct, de la chair et de l’âme. On sait que Olivier Py aime les corps nus sur scène : ils sont ici parfaitement en situation. Je ne voulais pas en faire une affaire mais juste signaler que quelques scènes ne reculent pas devant la violence. Cet ouvrage est très noir et Olivier Py n’a rien adouci. En même temps, il a exalté la flamboyance et la force rare de cette œuvre si particulière. En quelque sorte, je voulais dire : venez absolument mais vous êtes prévenus !!!

: En quoi cette production fait-elle un écho logique à la pièce de Victor Hugo : Angelo, tyran de Padoue ?

CG :Dans une vidéo visible sur notre site, Olivier Py déclare que le livret de La Gioconda est encore supérieur à la pièce de Victor Hugo ! Il est vrai qu’il a été écrit par un immense artiste, un des pivots de l’histoire de l’opéra en Italie : Arrigo Boito. Grand compositeur, nous devions donner son opéra Mefistofele la saison passée. Nous le retrouverons bientôt. Comme on sait, Boito a également été librettiste pour Verdi, extrêmement exigeant en termes de livret. C’est dire. Vous vous souvenez du nom d’un recueil de pièces de Victor Hugo, qui s’appelle Le Théâtre en liberté. Cette liberté, elle est à son comble dans Gioconda, une œuvre qui ose tout et qu’il faut avoir le courage de suivre jusqu’au bout, ce que Olivier Py fait génialement, et, on pourrait dire, naturellement. Nous avons une grande chance de pouvoir montrer ce spectacle au Capitole !

Propos recueillis par Robert Pénavayre le 15 septembre 2021


 

infos
 

Renseignements et réservations au Théâtre du Capitole :

05 61 63 13 13
www.theatreducapitole.fr

 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index