www.classicToulouse.com
classic toulouse
Entretiens
 
Jean-Baptiste Fra
Orchestre nat. du Capitole
23/05/2022
Adèle Charvet
Le Barbier de Séville
G. Rossini
Théâtre nat. du Capitole
14/05/2022
Petr Nekoranec
Le Barbier de Séville
G. Rossini
Théâtre nat. du Capitole
12/05/2022
Mario Rojas
Jenůfa - L. Janáček
Théâtre nat. du Capitole
19/04/2022
Marie-Adeline Henry
Jenůfa - L. Janáček
Théâtre nat. du Capitole
17/04/2022
Catherine Hunold
Jenůfa - L. Janáček
Théâtre nat. du Capitole
16/04/2022
Corinne et Gilles Benizio
Platée - J. P. Rameau
Théâtre nat. du Capitole
19/03/2022
Mathias Vidal
Platée
Jean-Philippe Rameau
09/03/2022
Stéphane Delincak
Patrick Abéjean
Castor et Pollux
J. P. Rameau
Odyssud - L'Aria
01/03/2022
Antonio Najarro
Ballet du Capitole
Toiles Etoiles
15 au 20/02/2022
Anne Le Bozec
Sandrine Tilly
21/01/2022
Amadi Lagha
Théâtre nat. du Capitole
Carmen
14/01/2022
Francis Grass
Christophe Ghristi
Claire Roserot de Melin
Théâtre du Capitole
Label "national"
15/01/2022
Valentin Thill
Théâtre du Capitole
La Flûte enchantée
17/12/2021
Michel Fau
Théâtre du Capitole
Wozzeck
16/11/2021
Stéphane Degout
Théâtre du Capitole
Wozzeck
15/11/2021
Sophie Koch
Théâtre du Capitole
Wozzeck
13/11/2021
Christophe Ghristi
La Gioconda
Théâtre du Capitole
15/09/2021
Michel Fau
Théâtre du Capitole
19/06/2021
Catherine Hunold
Théâtre du Capitole
19/05/2021
Bernard Minier
La Chasse
25/04/2021
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
16/04/2021
Thierry d'Argoubet
Orchestre nat. du Capitole
15/04/2021
Franck Loiret
Les Franco-russes
Ciné-concert
Le Pré de Béjine
26/03/2021
Aurélien Gignoux
Révélation soliste
instrumental - Victoires de
la musique classique
01/03/2021
Alexandre Dratwicki
La Princesse jaune
Camille Saint-Saëns
25/02/2021
Mathias Vidal
La Princesse jaune
Camille Saint-Saëns
12/02/2021
Alfonso Caiani
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
03/12/2020
Thierry d'Argoubet
Orchestre nat. du Capitole
13-11/2020
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
30/09/2020
Francis Grass
Théâtre du Capitole
11/09/2020
Claire Roserot de Melin
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Anne-Catherine Gillet
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Antoine Maurice
Elections municipales
28/06/2020
Jean-Luc Moudenc
Elections municipales
28/06/2020
Sébastien Llinares
Musique en Dialogue
aux Carmélites
26/04/2020
Kader Belarbi
Ballet du Capitole
Confinement
15/04/2020
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
02/04/2020
Claude Scavazza
Les Arts Renaissants
18/03/2020
Sophie Koch
Théâtre du Capitole
24/01/2020
Mélanie Laurent
Harpiste
05/10/2019
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
23/09/2019
Catherine Hunold
Théâtre du Capitole
21/02/2019
Michel Fau
Théâtre du Capitole
19/02/2019
Annick Massis
Théâtre du Capitole
15/01/2019
Pierre Rambert
Théâtre du Capitole
30/08/2018
Antonio Najarro
Odyssud
30/05/2018
Béatrice Uria-Monzon
Théâtre du Capitole
10/05/2018
Charles Castronovo
Théâtre du Capitole
30/03/2018
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
27/03/2018
Robin Johannsen
Grands Interprètes
08/03/2017
Karol Beffa
Théâtre du Capitole
Les Nibelungen
23/01/2018
Marie-Laure Garnier
Théâtre du Capitole
La Walkyrie
19/01/2018
Maxim Emelyanychev
Orchestre du Capitole
04/10/2017
Alexandre Kantorow
Piano aux Jacobins
01/09/2017
Elisabeth Leonskaja
Piano aux Jacobins
24/08/2017
Juan Diego Flórez
Grands Interprètes
09/06/2017
Francis Grass
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Robin Ticciati
Grands Interprètes
21/01/2017
 

 

Odyssud – Castor et Pollux – Jean-Philippe Rameau – Stéphane Delincak et Patrick Abéjean - 01/03/2022
     

Au cœur du génie ramélien

Dans la perspective de la nouvelle production de Castor et Pollux, qu’Odyssud donnera à L’Aria de Cornebarrieu, nous avons rencontré les deux maîtres d’œuvre de cette formidable entreprise : le directeur musical de l’Ensemble A bout de souffle, Stéphane Delincak, et le metteur en scène, Patrick Abéjean.

Classictoulouse  : Parmi l’immense corpus lyrique de Rameau, vous avez choisi de monter Castor et Pollux. Sur quels critères avez-vous fait ce choix ?

Stéphane Delincak/Patrick Abéjean : Incontestablement la musique de Rameau est, au vrai sens du terme, géniale. Mais c’est pour la qualité du livret que nous avons choisi de monter Castor & Pollux. La richesse du texte, très subtilement mis en musique, permet de travailler en profondeur avec nos interprètes la complexité des sentiments de chaque personnage et la justesse de chaque situation. Les parties du chœur, musicalement très raffinées, ont vraiment la fonction d’un chœur antique, qui commente et participe à la progression du drame. Cette œuvre correspond parfaitement au projet d’À bout de souffle, texte et musique en parfaite adéquation pour offrir au spectateur l’immédiateté d’une émotion intemporelle.

 : Cet opéra développe des thèmes tels que l’amour, l’amitié, la fraternité et plus globalement la condition humaine. Cela paraît trop beau pour être toujours d’actualité…

SD/PA : En effet les deux frères ont une relation extrêmement positive ce qui est rare dans la littérature. Ce sont plutôt les conflits entre les personnages qui suscitent l’intérêt ! Ici, l’écriture développe vraiment la complicité entre deux êtres fusionnels, cela me semble assez intemporel.
En revanche, Phébé, la sœur mal aimée, extrêmement torturée, pourrait être un personnage de Tennessee Williams ou d’une série actuelle : jalousie, crime et vengeance.
Mais ce qui aussi nous touche certainement, ce sont les questionnements sur le passage de la vie au royaume des morts. L’au-delà est traité de façon très positive. L’Olympe, symbole du pouvoir, est le lieu des plaisirs célestes superficiels et sensuels. Comme dans une publicité pour un cosmétique, il est question de jeunesse éternelle…
En revanche chez les morts, les Ombres heureuses vantent une éternité sereine et apaisée.
Au final, les personnages abandonnent leurs corps terrestres pour devenir des étoiles. Une vision très positive et poétique pour envisager l’au-delà…
 
 : Cette tragédie en musique créée en 1737 a été maintes fois remaniée par son compositeur. Certaines versions frôlent les 3 h. Quelle a été votre option ?

SD/PA : 1754 pour la construction dramatique, abandon du prologue allégorique, difficile à comprendre aujourd’hui, remplacé par la scène du mariage heureux, immédiatement interrompu par le décès violent de Castor… L’action est un peu resserrée avec quelques danses supprimées ainsi que certaines scènes annexes à l’action. Le spectacle est divisé en deux parties avec entracte, la première dure 1 h 15 et la seconde 45 minutes.


Patrick Abéjean et Stéphane Delincak - Photo Fabrice Roque -

: Cette œuvre en 5 actes réclame de nombreux changements de décors car l’action se situe à des endroits différents. Comment articulez-vous votre scénographie face à ces exigences ?

SD/PA : Une batterie de nuages découpés, suspendue au-dessus du plateau, manipulés à vue, pour modifier l’espace scénique. Clin d’œil aux grands décors de toiles peintes et aux machineries ingénieuses de l’époque de Rameau. Je me suis amusé à agencer naïvement ce jeu de construction pour évoquer les différents lieux. Avec Étienne Delort, nous éclairons, outrancièrement parfois, ces éléments tellement baroques. La symbolique polysémique du nuage va nourrir les images successives. Métaphore évoquant la glorification et l’apparition divine, l’éphémère et le fugitif…

 : Est-ce que vous nous proposez une vision « à l’antique » ?

SD/PA : Notre ambition dans le projet d’A bout de souffle serait de donner à percevoir au spectateur que ce type d’œuvre est intemporel et peut nous concerner encore aujourd’hui, comme je viens de le dire.
Bien sûr, cette fable métaphorique met en scène des personnages mythologiques mais dans l’histoire de l’art chaque époque imagine des esthétiques marquées par le contemporain. Nous aimerions que les spectateurs puissent s’identifier à ces personnages qui aiment, jalousent et meurent.
À partir de vêtements quotidiens, avec Sohuta, nous cherchons à construire des costumes correspondant à chaque situation très réalistes, mariage, enterrement… mais parfois plus abstraites, dans l’Olympe ou les Enfers.

 : Quels sont les effectifs musicaux dont vous disposez pour cet ouvrage : orchestre, chœur, solistes ?

SD/PA : L’orchestre A bout de souffle se compose de 17 musiciens spécialistes du style ramélien, réunis autour de notre premier violon Olivier Briand (premier violon du Concert Spirituel) et d’Yvan Garcia, claveciniste et chef de chant de très grande qualité. Le diapason est plus bas que le diapason actuel, nous sommes accordés au diapason de l’époque : La 392 Hz. Les musiciens jouent sur instruments d’époque, différents violons, violoncelles, contrebasse, hautbois, flûtes, basson, clavecin et percussions (notamment les timbales baroques). Six solistes lyriques interprètent les différents rôles : Armelle Marq chante Télaïre, Cécile Piovan est Phébé, toutes deux des parties de dessus (sopranos actuels), le rôle de Pollux est interprété par le baryton-basse Renaud Bres, celui de Castor, la voix de haute-contre, le ténor aigu, tessiture de prédilection pour ce répertoire, est joué par François Pardailhé. C’est la basse Yves Boudier qui joue le rôle de Jupiter. La jeune soprano Amandine Bontemps interprète plusieurs rôles féminins et accompagne souvent le chœur A bout de souffle, soit quarante chanteurs formés au chant, à la scène et à la danse. Les chorégraphies sont imaginées par Anouk Orignac.

 : Vocalement tout ici repose sur la stricte observance du style ramélien. Les problèmes d’ambitus requis concernent avant tout la distribution masculine. Castor est une haute-contre dont l’écriture est non seulement tendue mais très virtuose. Il en est de même pour Pollux, baryton-basse au registre supérieur très sollicité, Jupiter doit pouvoir faire sonner un véritable « creux ». Parlez-nous de vos interprètes ?

SD/PA : La plupart des interprètes ont une grande habitude du style baroque et se produisent en tant que choristes ou solistes dans les plus grands ensembles nationaux. Notre production leur permet des prises de rôles de première importance et parmi les plus exigeants dans le répertoire français du XVIIIe siècle.
En effet, le rôle de Castor, brillant et virtuose, impose à François Pardailhé une souplesse vocale qui correspond parfaitement à sa voix aiguë, sensible et puissante.
Celui de Télaïre laisse apparaître toute la palette des sentiments, qu’Armelle Marq incarne parfaitement. 
Cécile Piovan, pour jouer la malheureuse Phébé, a un caractère plus sombre que le rôle de Télaïre, leurs deux voix se complètent et s’opposent parfaitement comme le suggère l’écriture.
Renaud Bres, Pollux, à la voix plus sombre, tout en douceur, incarne toute la bienveillance qu’exige le rôle.
Amandine Bontemps, par sa voix légère, incarne parfaitement la suivante d’Hébé, la déesse de la jeunesse éternelle.
Yves Boudier, par sa voix de basse puissante et chaude, a l’âge que pourrait avoir le père de notre Pollux.

 : Vous prévoyez une tournée avec ce spectacle mais dans une configuration plus resserrée…

SD/PA : Le spectacle sera rejoué en effet au centre culturel de Sarlat avec un orchestre réduit, comme cela se faisait à l’époque de Rameau pour les opéras créés à l’Académie de Musique à Paris pour être joués dans différents théâtres de Province. Nous adaptons ainsi l’instrumentation. Bientôt, nous prévoyons une version entièrement inédite avec un arrangement pour accordéon et uniquement les cinq rôles principaux : Castor et Pollux - Plans serrés, cette version sera travaillée lors d’une résidence de création prévue en avril prochain au théâtre de Villefranche de Rouergue en Aveyron.

Propos recueillis par Robert Pénavayre le 1er mars 2022

 

 

infos
 

Renseignements sur la saison d'Odyssud :

https://www.odyssud.com/

Ensemble vocal et instrumental
A bout de souffle :


https://www.aboutde
souffle.com/

 
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index