www.classicToulouse.com
Entretiens
 
Thierry d'Argoubet
Orchestre nat. du Capitole
13-11/2020
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
30/09/2020
Francis Grass
Théâtre du Capitole
11/09/2020
Claire Roserot de Melin
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Anne-Catherine Gillet
Théâtre du Capitole
09/09/2017
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Antoine Maurice
Elections municipales
28/06/2020
Jean-Luc Moudenc
Elections municipales
28/06/2020
Sébastien Llinares
Musique en Dialogue
aux Carmélites
26/04/2020
Kader Belarbi
Ballet du Capitole
Confinement
15/04/2020
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
02/04/2020
Claude Scavazza
Les Arts Renaissants
18/03/2020
Sophie Koch
Théâtre du Capitole
24/01/2020
Mélanie Laurent
Harpiste
05/10/2019
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
23/09/2019
Catherine Hunold
Théâtre du Capitole
21/02/2019
Michel Fau
Théâtre du Capitole
19/02/2019
Annick Massis
Théâtre du Capitole
15/01/2019
Pierre Rambert
Théâtre du Capitole
30/08/2018
Antonio Najarro
Odyssud
30/05/2018
Béatrice Uria-Monzon
Théâtre du Capitole
10/05/2018
Charles Castronovo
Théâtre du Capitole
30/03/2018
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
27/03/2018
Robin Johannsen
Grands Interprètes
08/03/2017
Karol Beffa
Théâtre du Capitole
Les Nibelungen
23/01/2018
Marie-Laure Garnier
Théâtre du Capitole
La Walkyrie
19/01/2018
Maxim Emelyanychev
Orchestre du Capitole
04/10/2017
Alexandre Kantorow
Piano aux Jacobins
01/09/2017
Elisabeth Leonskaja
Piano aux Jacobins
24/08/2017
Juan Diego Flórez
Grands Interprètes
09/06/2017
Francis Grass
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Robin Ticciati
Grands Interprètes
21/01/2017
Julia Lezhneva
Grands Interprètes
19/11/2016
Clara Cernat
Rencontres musicales
de Nailloux
15 au 23/10/2016
Joel Prieto
Théâtre du Capitole
Béatrice et Bénédict
05/10/2016
Jean-Jacques Groleau
Théâtre du Capitole
19/09/2016
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
30ème anniversaire
07/06/2016
Kader Belarbi
Ballet du Capitole
Paradis Perdus
13 au 17/04/2016
Ángel Rodriguez
Ballet du Capitole
Thousand of Thoughts
13 au 17/04/2016
Kader Belarbi
Ballet du Capitole
Giselle
20 au 31/12/2015
Joël Suhubiette
Laurent Adnet
les éléments
Abendlied / Morgenlied
13/11/2015
Philippe Bianconi
Orchestre du Capitole
29/10/2015
Tugan Sokhiev
Orchestre du Capitole
10/10/2015
Aurélien Bory
Théâtre du Capitole
Le Château de Barbe-Bleue
Le Prisonnier
01/09/2015
Frédéric Chambert
Théâtre du Capitole
Teatro Municipal de
Santiago de Chile
28/08/2015
 

 

Entretien avec Thierry d'Argoubet - Délégué général de
l'Orchestre national du Capitole de Toulouse - 13 novembre 2020
     

The show must go on

Voilà un peu plus d’une vingtaine d’années que Thierry d’Argoubet, Délégué général de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse, tient d’une main assurée l’une des plus importantes formations musicales hexagonales. Pas une seconde du planning de cette phalange, comptant aujourd’hui 125 musiciens, ne lui échappe, pas plus que sa programmation et ses invités. C’est dire combien ses réflexions sur la situation actuelle et à venir ne peuvent qu’intéresser au plus haut point les mélomanes toulousains.

Classictoulouse  :  La pandémie qui frappe de plein fouet la planète entière depuis le mois de mars a des répercussions dont il est difficile d’évaluer ce jour la véritable intensité et les conséquences à long terme sur le monde de la Culture. Le Gouvernement ayant décidé la fermeture de tous les lieux de rassemblement, voici la Halle aux Grains close et nombre d’évènements annulés. Quelles conséquences pour l’orchestre, pour son public, pour les projets de cette nouvelle saison placée sous le signe de « rêver, écouter, se retrouver » ?

Thierry d’Argoubet : Par rapport au printemps, la situation, quoique difficile, est très différente : le gouvernement a permis aux institutions culturelles de répéter et d’enregistrer des spectacles et des concerts. Comme de nombreux orchestres français, nous avons saisi cette occasion pour protéger le maximum d’événements en organisant leur diffusion via les réseaux sociaux et la chaîne YouTube de l’orchestre. Et le hasard fait parfois bien les choses : le premier concert a réuni le guitariste Thibaut Garcia et le chef anglais Kerem Hasan. Or, avec Thibaut, nous venions d’enregistrer et de sortirle Concerto d’Aranjuez chez Warner Classics. Après la diffusion de leur concert, les retours du public ont été extrêmement chaleureux.
Pour nous, actuellement, deux priorités dominent : d’abord permettre aux musiciens de l’orchestre de travailler. Le fait d’avoir été réduits au silence pendant le premier confinement a été particulièrement difficile pour eux, d’autant que l’ONCT est historiquement un effectif qui travaille énormément, entre la saison lyrique, la saison symphonique, les projets pédagogiques… Les musiciens sont des professionnels extrêmement investis et leur permettre de retrouver la scène était primordial, même dans des conditions complexes. Jouer, se retrouver (justement…), renouer avec des chefs, des artistes et avec leur public évidemment était un enjeu essentiel. 
Notre deuxième mission est celle d’une solidarité avec l’écosystème musical français – mais pas seulement – : l’orchestre est solidaire de solistes, de chefs qui vivent exclusivement des saisons musicales. Permettre à la nôtre de se poursuivre, coûte que coûte, c’est aussi protéger à long terme le talent des scènes françaises, ne l’oublions pas.
Enfin, un troisième enjeu, spécifique à Toulouse, a renforcé notre conviction selon laquelle « The show must go on » : nous devons, à l’horizon de deux saisons, penser à la succession de Tugan Sokhiev. Dans cette perspective, il est capital de nouer de nouvelles collaborations et de donner leur chance à des chefs et à des cheffes qui nous permettent de penser le futur.



Thierry d’Argoubet - Photo Pierre Béteille -

: On imagine bien, mais peut-être pas clairement, le lourd déficit financier qu’entraînent ces annulations, en particulier en ces temps de restrictions budgétaires dont la Culture est particulièrement la cible. Quelles conséquences pour l’Orchestre du Capitole ?

Th d’A : N’oublions pas que l’ONCT est financé à plus de 80% par Toulouse Métropole, ce qui est un soutien absolument décisif pour nous. Cet engagement nous donne des responsabilités essentielles comme service public : appartenir à une collectivité territoriale nous engage d’autant plus à maintenir notre lien avec le public de Toulouse et de son territoire.
De façon plus conjoncturelle, l’essentiel, pour nous, est de travailler à budget constant, évidemment, et dans cette perspective notre collaboration avec l’administration générale du théâtre et de l’orchestre est décisive. Nous avons dû faire des choix et nous n’avons pu préserver toutes les semaines prévues. Ainsi, sur les cinq dernières semaines, trois semaines ont été maintenues (c’est déjà beaucoup !).
Il nous faut penser au-delà des frontières de l’orchestre. L’orchestre a pu maintenir une saison musicale car il n’est pas soumis aux mêmes éléments que le Théâtre du Capitole. Mais nous en demeurons indéfectiblement solidaires. Pour nous, le fait de conserver une activité musicale exigeante c’est aussi préserver l’avenir du théâtre : n’oublions pas que l’ONCT est un orchestre lyrique et symphonique. La prochaine production théâtrale sera donc magnifique, n’en doutons pas !

: Arrêtés pour un temps aujourd’hui indéterminé, quelle est la situation des musiciens ? Comme tous les artistes, ils ont besoin de jouer, de pratiquer leur instrument afin d’entretenir leur talent. Leur avez-vous donné un planning de travail ?

Th d’A : Au fond, nous venons d’en parler. Les musiciens du Capitole ont un besoin impératif de jouer et nous œuvrons pied à pied pour le leur permettre. En revanche, parlons aussi des équipes : nous découvrons en ces temps compliqués combien celles-ci sont capables de se dépasser et de renouveler leurs propositions. À la Halle aux Grains, par exemple, le régisseur des captations qui a assuré et supervisé le premier concert du 31 octobre a fait un travail extraordinaire. Du côté du son et de la vidéo, les équipes sont incroyables. Nos propositions actuelles sont rendues possibles grâce à leur talent. Ainsi, le concert du 28 novembre prochain sera diffusé en différé sur Radio-Classique. Et le directeur de Radio-Classique est extrêmement heureux de pouvoir s’appuyer sur le son des régisseurs de la Halle aux Grains. Cet engagement, cette énergie se ressentent à tous les niveaux : l’ensemble des plannings de l’orchestre a été remodelé en fonction des captations, les supports de communication également.

: Comment Aïda (l'Association des Mécènes de l'Orchestre national et du Théâtre du Capitole) se positionne-t-elle dans un tel contexte ?

Th d’A : En accompagnant l’orchestre dans le développement de son image et donc dans son rayonnement. J’ai d’ailleurs beaucoup de pensées, en ces temps difficiles, pour les entreprises de la région, touchées de plein fouet par la crise. L’orchestre, par son engagement, contribue à son échelle. 



Le pianiste Betrand Chamayou lors de son concert à la Halle aux grains de Toulouse
le 26 juin 2020 - Photo Ville de Toulouse -

: L’important pour l’Orchestre est également de ne pas se couper de son public…

Th d’A : Jamais, depuis de nombreuses saisons, je n’ai senti tant de ferveur de la part du public. Après le silence du printemps, un lien d’une qualité nouvelle est né. Toutes celles et ceux qui ont pu assister aux concerts du début de la saison ont remarqué une qualité d’écoute extraordinaire. Mais j’irais plus loin encore : dans ce désir, cette envie que je perçois de la part de notre public d’être avec « ses » musiciens, je lis une appropriation tout à fait incroyable. Il me semble que le public, peut-être parce qu’il a été privé de concerts ou que la crise sanitaire et économique que nous traversons incite à repenser des questions fondamentales de sens, est à nos côtés, et a compris que l’Orchestre du Capitole est, plus que jamais, « son » orchestre.

: Une fois cette pandémie terrassée, beaucoup prétendent que plus rien ne sera comme avant. Quelle est votre réflexion sur le devenir des institutions musicales et pas seulement toulousaines ?

Th d’A : Nous avons, à l’orchestre, à résoudre un double défi : d’une part, engager le processus de la succession de Tugan Sokhiev. De l’autre, évidemment, tirer les enseignements de cette crise. Il n’y a aucune réponse toute faite, évidente et simple. J’aurais simplement envie de proposer une collaboration accrue entre des institutions culturelles, à l’image du projet des Musicales franco-russes, lancé il y a plus de deux ans, et dont le modèle anticipe de nombreuses difficultés que nous traversons actuellement. Travailler tous ensemble, c’est accroître les possibilités d’adaptation et d’imagination. Je rajouterais enfin l’enjeu du territoire. Nous le savons depuis longtemps, celui-ci est la clé du sens des projets culturels. Mais la « reterritorialisation » des projets culturels que nous traversons actuellement est une chance à ne pas laisser passer.

Propos recueillis par Robert Pénavayre le 13 novembre 2020

 

infos
 
Renseignements, détail complet de la saison et réservations :

http://onct.toulouse.fr/

 

 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index