www.classicToulouse.com
Entretiens
 
Juan Diego Flórez
Grands Interprètes
09/06/2017
Francis Grass
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Robin Ticciati
Grands Interprètes
21/10/2017
Julia Lezhneva
Grands Interprètes
19/11/2016
Clara Cernat
Rencontres musicales
de Nailloux
15 au 23/10/2016
Joel Prieto
Théâtre du Capitole
Béatrice et Bénédict
05/10/2016
Jean-Jacques Groleau
Théâtre du Capitole
19/09/2016
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
30ème anniversaire
07/06/2016
Kader Belarbi
Ballet du Capitole
Paradis Perdus
13 au 17/04/2016
Ángel Rodriguez
Ballet du Capitole
Thousand of Thoughts
13 au 17/04/2016
Kader Belarbi
Ballet du Capitole
Giselle
20 au 31/12/2015
Joël Suhubiette
Laurent Adnet
les éléments
Abendlied / Morgenlied
13/11/2015
Philippe Bianconi
Orchestre du Capitole
29/10/2015
Tugan Sokhiev
Orchestre du Capitole
10/10/2015
Aurélien Bory
Théâtre du Capitole
Le Château de Barbe-Bleue
Le Prisonnier
01/09/2015
Frédéric Chambert
Théâtre du Capitole
Teatro Municipal de
Santiago de Chile
28/08/2015
Gianandrea Noseda
Orchestre du Capitole
22/04/2015
Joël Suhubiette
Laurent Adnet
les éléments
¡ Viva Iberia !
24/02/2015
Joel Prieto
Théâtre du Capitole
Doña Francisquita
09/12/2014
Marianne Crebassa
Orchestre du Capitole
30/10/2014
Sophie Pacini
Piano Jacobins
06/08/2014
Etienne Mougeotte
Frédéric Chambert
Théâtre du Capitole
18/05/2014
Tanguy Viel
Théâtre du Capitole
09/04/2014
Clara Cernat
Violoniste et altiste
26/03/2014
Philippe Hurel
Théâtre du Capitole
19/03/2014
Benjamin Attahir
Olivier Stankiewicz
Orchestre du Capitole
28/02/2014
Bertrand Maon
Chœur de chambre
les éléments
20/02/2014
Josep Pons
Orchestre du Capitole
22/01/2014
Menahem Pressler
Orchestre du Capitole
03/12/2013
Thomas Søndergård
Orchestre du Capitole
10/10/2013
Natalie Dessay
Théâtre du Capitole
21/09/2013
Charles Castronovo
Théâtre du Capitole
17/09/2013
Tugan Sokhiev
Orchestre du Capitole
29/06/2013
Roberto Scandiuzzi
Théâtre du Capitole
30/05/2013
Kateryna Shalkina
Yoël Carreño
Ballet du Capitole
Le Corsaire
17/05/2013
Mark Opstad
Maîtrise de Toulouse
16/05/2013
 

 

Entretien avec Clara Cernat - Rencontres musicales de Nailloux -
15 au 23 octobre 2016
     

Clara Cernat ou la passion de la musique

Violoniste, altiste et professeur, Clara Cernat est une brillante représentante de la prestigieuse école de violon roumaine. Disciple du Maestro Stefan Gheorghiu, elle a reçu de l’Académie de Musique de Bucarest les plus hautes récompenses avant de se perfectionner auprès des grands violonistes Tibor Varga et Igor Ozim. Actuellement professeur hors classe au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse, elle est invitée à donner de nombreuses master-classes sur les cinq continents. Elle se produit en soliste dans des salles et festivals les plus prestigieux, parcourant le monde à la rencontre des publics les plus variés. Son répertoire éclectique, son goût pour les œuvres belles et rares lui ont valu une reconnaissance unanime de la critique spécialisée et des mélomanes. Avec son époux, le pianiste et compositeur Thierry Huillet, elle forme un duo particulièrement innovant. Une actualité riche, en particulier dans la région toulousaine, l’a amenée à bien vouloir répondre aux questions que se posent les mélomanes.



Clara Cernat, violoniste et altiste

Classic Toulouse : Quelles ont été les activités musicales de la violoniste, de l’altiste et du professeur que vous êtes depuis notre dernière rencontre en mars 2014 ?

Clara Cernat : Eh bien tout d’abord, l’an dernier, en 2015, j’ai joué précisément dans 15 pays ! Toujours avec mon cher époux Thierry Huillet, nous avons fait une tournée en Argentine, Uruguay et Chili. Une série de concerts dans des théâtres magnifiques comme le Solis à Montevideo, le Gran Rex à Buenos Aires. Nous avons joué avec beaucoup de succès la musique de Thierry Huillet et donné des master-classes en Corée du Sud où nous sommes réinvités en 2017. Il y a eu également l’Italie avec Venise et la Société Philharmonique de Rome, la Roumanie où j’ouvre la saison de l’Orchestre de la Radio Roumaine dès la semaine prochaine, avec une création de… Thierry Huillet et une brillante Polonaise de Wieniawski, l’Espagne, la Slovénie, la Hongrie, la France bien sûr et quelques voyages transatlantiques. Tant que je fais de la musique avec mon violon et mon alto, je me porte très bien ! J’enseigne toujours au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse à des élèves auxquels j’essaie de transmettre d’abord la passion, puis la patience, deux choses incompatibles. Il faut être à la fois Tibétain et rock star !

CT : En quoi la créativité de Thierry Huillet influe-t-elle sur votre propre activité ?

C. C. : Cette question qu’on ne m’a encore jamais posée est une colle ! Je crée évidemment ses œuvres lorsqu’elles sont pour violon ou alto. Lorsqu’elles ne le sont pas, j’écoute ! Je m’identifie au violon dont je joue depuis que je suis née. Dès l’âge de six ans, ma vie a été toute tracée : le violon d’abord, puis l’alto par passion. Je n’ai jamais ressenti l’envie de composer. Je reste dans un univers créatif mais totalement artisanal qui consiste à lire la pensée du compositeur. J’adorerais rencontrer Vivaldi ou Bach ; je les sollicite tous les jours. Parfois ils sont là parfois non ! Vivre avec quelqu’un qui un jour apporte une musique qui n’existait pas, c’est surprenant. Lorsqu’il compose, Thierry est dans sa bulle. Un compositeur doit probablement vivre dans un univers parallèle, rongé par une idée qui doit naître. Son entourage n’existe plus. Je sers ses œuvres, notamment récemment au Chili nous avons joué, avec un immense succès, ses Fables de La Fontaine, pour piano, violon et voix, le tout illustré des dessins de Gustave Doré. Par ailleurs, Thierry aime également adapter de grandes œuvres existantes. Dans deux semaines nous jouerons sa version de la Rhapsodie in Blue de Gershwin, du Bal de la Symphonie Fantastique de Berlioz… A côté des grandes œuvres classiques, le public a besoin de spectacle total associant musique et art visuel. Il a aussi besoin d’accepter la musique contemporaine. Dans ce domaine, comme en peinture, il y a une place pour de multiples expériences musicales. Avec Thierry, nous travaillons à une sorte de réconciliation de la musique d’aujourd’hui avec le public. Dans cet esprit Thierry a composé un double concerto pour violon et alto en hommage à Chostakovitch qui a été créé en 2008 à la Halle aux Grains et que nous reprendrons à Bucarest en 2017 au cours du festival Enescu. Cette recherche d’une rencontre avec un large public n’empêche évidemment pas le développement par ailleurs d’une musique expérimentale, destinée à un public plus pointu.






 : Parlez-nous des prochaines Rencontres Musicales de Nailloux que vous organisez au cours de ce mois d’octobre.

C. C. : Cette manifestation est précisément née d’une rencontre. Celle avec un lieu, la très belle ville de Nailloux, où je réside (ville jumelée avec la ville aragonaise de Canfranc), et son maire, très ouvert à ce type de projet et qui aime beaucoup la musique. Nous avons progressé petit à petit. Notre principal sponsor, le Village de Marques de la ville, nous accueille et permet d’organiser des événements entièrement gratuits. Le samedi 15 octobre et le dimanche 23 octobre les concerts sont d’ailleurs présentés dans ce Village de Marques. Ces Rencontres créent en outre des vocations auprès des jeunes. Nous avons ouvert un partenariat avec le Conservatoire de Toulouse et aussi avec l’Orchestre de Chambre de Toulouse qui nous fait l’honneur et le plaisir de nous offrir deux concerts au cours de cette 4ème édition. Un autre partenariat nous lie avec le collège de Nailloux qui accueille également ces Rencontres avec un concert de Noël. Nous avons d’ailleurs déjà joué dans ce collège pour ses élèves et l’expérience a été très positive.

 : Quels sont les points forts de cette édition des Rencontres ?

C. C. : Il n’y a que des points forts ! Le seul problème à Nailloux, c’est que nous n’avons pas un lieu dédié à la musique. Il existe un projet de salle de concert et une réelle volonté de le mener à bien. Mais pour l’instant nous gérons au mieux. Les manifestations débuteront le 15 octobre, au Village de Marques, où nous présenterons un concert découverte jeunes talents intitulé « Saxofolies » avec de jeunes saxophonistes qui joueront des musiques de film.
Le week-end suivant, nous souhaiterions installer le premier concert, le 21 octobre, dans le hall de la belle médiathèque de Nailloux qui sera… l’entrée de la future salle de concert. L’Orchestre de Chambre de Toulouse, que je dirigerai de mon violon, jouera le célèbre Carnaval des Animaux et la Danse macabre, de Saint-Saëns, dans une transcription de Gilles Colliard. J’invite ensuite Lim Chen, une de mes élèves au Conservatoire de Toulouse. Une élève très douée qui vient de Singapour et qui a eu sa médaille à 14 ans. Elle jouera une fantaisie sur l’opéra Carmen de Bizet, également dans une transcription de Gilles Colliard qui est un peu pour moi le Vivaldi d’aujourd’hui : compositeur, violoniste, chef d’orchestre !... J’aurai le grand plaisir de créer une œuvre qui m’est très chère : Una noche porteña (Une nuit à Buenos Aires) de Thierry Huillet. Elle a été écrite « à chaud » à Buenos Aires même où nous sommes passés en 2015. Je jouerai aussi une pièce que j’aime beaucoup, la Balade de Ciprian Porumbescu, harmonisée par Thierry Huillet, qui est pour moi l’essence de la Roumanie. Cette œuvre préparera le public au concert du lendemain, le 22 octobre.


Leontina Vaduva et Clara Cernat à Bucarest
O

 : Parlez-nous de ce concert du 22 octobre.

C. C. : Ce jour-là, nous recevrons, dans l’église de Nailloux, une immense cantatrice roumaine qui a commencé sa carrière à Toulouse où elle a remporté le Concours International de Chant et qui fêtera ici ses 30 ans de carrière, la grande soprano Leontina Vaduva.
Du Metropolitan de New York et du Covent Garden de Londres à Nailloux, il n’y a qu’un pas ! Voici une artiste admirable, proche des gens, qui accepte de partager son art avec tout le monde.
Elle chantera aussi bien de l’opéra que la musique populaire roumaine dont elle a hérité de sa mère, une célèbre chanteuse traditionnelle, ambassadrice de sa région. Leontina Vaduva aura ici une carte blanche.

Elle sera accompagnée par Thierry Huillet et interprètera aussi bien des airs d’opéra (notamment Massenet, avec son Ave Maria auquel je participerai avec mon violon) que de la musique roumaine. Elle chantera aussi avec l’une de ses élèves du Conservatoire de Lausanne, Alexandra Dobos Rodriguez.

 : Comment s’achèveront ces Rencontres le dimanche 23 ?

C. C. : Le concert aura lieu dans l’après-midi, à 15 heures, au Village de Marques. Je jouerai avec Lim Chen des doubles concerti : Bach, Vivaldi. L’Orchestre de Chambre de Toulouse interprètera également des pièces pour orchestre de Vivaldi avec notamment deux des Quatre Saisons. Précisons que tous les concerts sont gratuits. L’entrée libre est de rigueur.
Ce programme illustre notre volonté de ménager des rencontres, aussi bien entre artistes et public qu’entre professeurs et élèves. D’où le nom de l’événement, « Rencontres musicales de Nailloux », qui cette année s’intitule « Rêves d’automne » et a l’honneur d’être parrainée par la grande Mady Mesplé !

Propos recueillis le 27 septembre par Serge Chauzy

N.B. : Clara Cernat et Thierry Huillet seront également présents à l’Orangerie de Rochemontès pour un grand concert de gala le 20 novembre 2016.

 

infos
 
Site Internet de Clara Cernat et Thierry Huillet :

http://www.pianoviolon.com
/duo.html


 
Site Internet des Rencontres musicales de Nailloux

http://www.rencontres
musicalesdenailloux.fr/
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index