www.classicToulouse.com
classic toulouse
Entretiens
 
Jean-Baptiste Fra
Orchestre nat. du Capitole
23/05/2022
Adèle Charvet
Le Barbier de Séville
G. Rossini
Théâtre nat. du Capitole
14/05/2022
Petr Nekoranec
Le Barbier de Séville
G. Rossini
Théâtre nat. du Capitole
12/05/2022
Mario Rojas
Jenůfa - L. Janáček
Théâtre nat. du Capitole
19/04/2022
Marie-Adeline Henry
Jenůfa - L. Janáček
Théâtre nat. du Capitole
17/04/2022
Catherine Hunold
Jenůfa - L. Janáček
Théâtre nat. du Capitole
16/04/2022
Corinne et Gilles Benizio
Platée - J. P. Rameau
Théâtre nat. du Capitole
19/03/2022
Mathias Vidal
Platée
Jean-Philippe Rameau
09/03/2022
Stéphane Delincak
Patrick Abéjean
Castor et Pollux
J. P. Rameau
Odyssud - L'Aria
01/03/2022
Antonio Najarro
Ballet du Capitole
Toiles Etoiles
15 au 20/02/2022
Anne Le Bozec
Sandrine Tilly
21/01/2022
Amadi Lagha
Théâtre nat. du Capitole
Carmen
14/01/2022
Francis Grass
Christophe Ghristi
Claire Roserot de Melin
Théâtre du Capitole
Label "national"
15/01/2022
Valentin Thill
Théâtre du Capitole
La Flûte enchantée
17/12/2021
Michel Fau
Théâtre du Capitole
Wozzeck
16/11/2021
Stéphane Degout
Théâtre du Capitole
Wozzeck
15/11/2021
Sophie Koch
Théâtre du Capitole
Wozzeck
13/11/2021
Christophe Ghristi
La Gioconda
Théâtre du Capitole
15/09/2021
Michel Fau
Théâtre du Capitole
19/06/2021
Catherine Hunold
Théâtre du Capitole
19/05/2021
Bernard Minier
La Chasse
25/04/2021
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
16/04/2021
Thierry d'Argoubet
Orchestre nat. du Capitole
15/04/2021
Franck Loiret
Les Franco-russes
Ciné-concert
Le Pré de Béjine
26/03/2021
Aurélien Gignoux
Révélation soliste
instrumental - Victoires de
la musique classique
01/03/2021
Alexandre Dratwicki
La Princesse jaune
Camille Saint-Saëns
25/02/2021
Mathias Vidal
La Princesse jaune
Camille Saint-Saëns
12/02/2021
Alfonso Caiani
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
03/12/2020
Thierry d'Argoubet
Orchestre nat. du Capitole
13-11/2020
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
30/09/2020
Francis Grass
Théâtre du Capitole
11/09/2020
Claire Roserot de Melin
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Anne-Catherine Gillet
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Antoine Maurice
Elections municipales
28/06/2020
Jean-Luc Moudenc
Elections municipales
28/06/2020
Sébastien Llinares
Musique en Dialogue
aux Carmélites
26/04/2020
Kader Belarbi
Ballet du Capitole
Confinement
15/04/2020
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
02/04/2020
Claude Scavazza
Les Arts Renaissants
18/03/2020
Sophie Koch
Théâtre du Capitole
24/01/2020
Mélanie Laurent
Harpiste
05/10/2019
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
23/09/2019
Catherine Hunold
Théâtre du Capitole
21/02/2019
Michel Fau
Théâtre du Capitole
19/02/2019
Annick Massis
Théâtre du Capitole
15/01/2019
Pierre Rambert
Théâtre du Capitole
30/08/2018
Antonio Najarro
Odyssud
30/05/2018
Béatrice Uria-Monzon
Théâtre du Capitole
10/05/2018
Charles Castronovo
Théâtre du Capitole
30/03/2018
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
27/03/2018
Robin Johannsen
Grands Interprètes
08/03/2017
Karol Beffa
Théâtre du Capitole
Les Nibelungen
23/01/2018
Marie-Laure Garnier
Théâtre du Capitole
La Walkyrie
19/01/2018
Maxim Emelyanychev
Orchestre du Capitole
04/10/2017
Alexandre Kantorow
Piano aux Jacobins
01/09/2017
Elisabeth Leonskaja
Piano aux Jacobins
24/08/2017
Juan Diego Flórez
Grands Interprètes
09/06/2017
Francis Grass
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Robin Ticciati
Grands Interprètes
21/01/2017
 

 

Entretien avec Amadi Lagha - Théâtre national du Capitole -
14 janvier 2022
     

« Mirella Freni et Luciano Pavarotti
sont plus que jamais d’actualité »

Le public toulousain l’a découvert, et ovationné, lors des dernières reprises in loco de La Force du destin de Giuseppe Verdi, en version concert, pandémie oblige.  C’était en mai 2021. Il n’est rien de dire combien l’attente était depuis impatiente de l’entendre à nouveau, mais sur scène. Ce sera le cas avec les représentations de Carmen qui ouvrent cette nouvelle année. Auparavant nous l’avons rencontré pour un entretien sans fard, d’une sympathique générosité.

Classictoulouse  : Comment avez-vous découvert l’opéra ?

Amadi Lagha : A l’Université de Paris 8, dans le cadre d’un atelier-théâtre j’ai commencé à chanter lyrique. En fait je me suis toujours amusé avec ma voix depuis que j’ai 14/15 ans. De plus je joue de la guitare classique et jazz. En parallèle à l’Université où j’étais inscrit en musique et musicologie j’ai fait le Conservatoire et petit à petit, ma voix aidant, j’ai découvert l’art lyrique.

 : Qu’est-ce qui vous plaît dans l’opéra ?

AL : Jouer sur scène et la performance vocale. Ce qui m’intéresse avant tout c’est ce moment extraordinaire pendant lequel on peut être en communion avec le public, lui transmettre nos émotions et notre art en dehors de tout medium. C’est pour cela que je ne suis pas très fan de tout ce qui est diffusion au cinéma ou par cd et dvd. De plus je trouve personnellement que c’est toujours mal enregistré. La véritable vibration n’y est pas. Cela dit les goûts ont changé et la performance vocale, sans passer au second plan n’est plus l’impératif majeur dans les théâtres où la mise en scène, parfois hystérique, donne la première place à la performance scénique, au risque de mettre le chanteur en difficulté. Fort heureusement ce n'est pas du tout le cas de cette Carmen ! Il est commun d’entendre des critiques sévères sur les chanteurs du passé, taxés de statisme, mais si vous les écoutez bien vous entendrez toutes les émotions qu’ils font passer dans leur chant.



Amadi Lagha

: Avez-vous des modèles parmi les chanteurs du passé ou d’aujourd’hui ?

AL : Mes références appartiennent au passé. Le ténor idéal n’existe que dans les fantasmes. Peut-être est–il un mélange de Pavarotti, del Monaco et Corelli ? A leur époque la voix était prise plus au sérieux. Des modèles pour mes rôles ?  Franchement j’en écoute beaucoup et ensuite je me fais ma propre interprétation. D’autant que, et pardon de revenir là-dessus, les enregistrements, quels qu’ils soient, compressent beaucoup les voix, les grandes voix surtout et du coup il est difficile d’imaginer entendre la vraie vérité dans une interprétation vocale enregistrée.

 : Votre premier rôle sur scène ? Où ?

AL : J’ai alterné, pour remplacer un collègue défaillant, Rodolfo de La Bohème et Calaf de Turandot. C’était en plus au festival de Torre del Lago, la patrie de ¨Puccini !

 : Comment qualifiez-vous votre voix aujourd’hui en termes de tessiture ?

AL : La couleur se définit dans la projection. Techniquement je me « balade » un peu entre des catégories voisines car je suis capable d’alléger mais je pense que je suis un lirico-spinto. C’est ma nature vocale.

 : Venons-en à Don José. C’est un rôle que vous connaissez bien. En dehors du travail du metteur en scène, tracez-nous un portrait de ce personnage ?

AL : Effectivement je l’ai chanté déjà à plusieurs reprises. Au début c’est toujours un enfant sous l’emprise de sa mère. Il est loin d’elle, un peu perdu. De même je ne suis pas sûr qu’il soit vraiment amoureux de Carmen. Un coup de foudre certainement mais peut-être pas davantage car pour moi il n’a pas beaucoup d’expérience en la matière. Cela dit c’est un rôle qui réclame une parfaite gestion de son énergie car le quatrième acte est redoutable.

 : Les Toulousains ont fait votre connaissance avec La Force du destin en version concert, une version dans laquelle nous vous sentions bien à l’étroit dramatiquement. La théâtralité est-elle un élément important pour vous ?

AL : Je comprends votre question mais je tiens d’abord à dire que la théâtralité ne consiste pas à se démener sur scène dans tous les sens. La théâtralité est avant tout dans la voix, que ce soit dans la joie comme dans la souffrance ou la peur, l’attente. Bien sûr le corps doit accompagner. Sans exagérer cependant. Je cite souvent le cas de certains théâtres allemands dans lesquels j’ai chanté et dans lesquels le théâtre passe avant la voix et même la musique.  Tout évolue je comprends bien mais il ne faut pas se couper comme cela du passé. Sérieusement, la vocalité d’une Mirella Freni et d’un Luciano Pavarotti sont toujours d’actualité. Elle le restera à mon avis très longtemps encore, en fait toujours. Une voix d’opéra, c’est cela et rien d’autre.

 : Vos prochaines apparitions ?

AL : Je reviens au Capitole pour ma prise de rôle de Steva dans la Jenufa de Janacek cette saison. Le Tchèque est pour moi une découverte et un vrai challenge. Après vont s’enchaîner des Tosca, Pagliacci et Carmen, Voilà pour l’immédiat.

 : Le rôle de vos rêves, en dehors de toute considération de tessiture ?

AL : C’est un peu comme dans la vie, on est toujours attiré par l’impossible. Je crois que je rêve que je suis une basse en fait. Mais une vraie basse, du genre qui fait trembler tout le théâtre ! Allez, plus sérieusement j’aurais aimé pouvoir interpréter un répertoire qui va m’échapper complétement et que pourtant j’adore : le baroque. Le style ne correspond pas du tout ni à ma vocalité ni à ma technique. On m’a déjà proposé Otello, J’ai refusé... pour l’instant. Il n’y a pas d’urgence.

Propos recueillis par Robert Pénavayre le 14 janvier 2022

 

 

infos
 

Renseignements et réservations au Théâtre du Capitole :

05 61 63 13 13
www.theatreducapitole.fr

 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index