www.classicToulouse.com
classic toulouse
Entretiens
 
Jean-Baptiste Fra
Orchestre nat. du Capitole
23/05/2022
Adèle Charvet
Le Barbier de Séville
G. Rossini
Théâtre nat. du Capitole
14/05/2022
Petr Nekoranec
Le Barbier de Séville
G. Rossini
Théâtre nat. du Capitole
12/05/2022
Mario Rojas
Jenůfa - L. Janáček
Théâtre nat. du Capitole
19/04/2022
Marie-Adeline Henry
Jenůfa - L. Janáček
Théâtre nat. du Capitole
17/04/2022
Catherine Hunold
Jenůfa - L. Janáček
Théâtre nat. du Capitole
16/04/2022
Corinne et Gilles Benizio
Platée - J. P. Rameau
Théâtre nat. du Capitole
19/03/2022
Mathias Vidal
Platée
Jean-Philippe Rameau
09/03/2022
Stéphane Delincak
Patrick Abéjean
Castor et Pollux
J. P. Rameau
Odyssud - L'Aria
01/03/2022
Antonio Najarro
Ballet du Capitole
Toiles Etoiles
15 au 20/02/2022
Anne Le Bozec
Sandrine Tilly
21/01/2022
Amadi Lagha
Théâtre nat. du Capitole
Carmen
14/01/2022
Francis Grass
Christophe Ghristi
Claire Roserot de Melin
Théâtre du Capitole
Label "national"
15/01/2022
Valentin Thill
Théâtre du Capitole
La Flûte enchantée
17/12/2021
Michel Fau
Théâtre du Capitole
Wozzeck
16/11/2021
Stéphane Degout
Théâtre du Capitole
Wozzeck
15/11/2021
Sophie Koch
Théâtre du Capitole
Wozzeck
13/11/2021
Christophe Ghristi
La Gioconda
Théâtre du Capitole
15/09/2021
Michel Fau
Théâtre du Capitole
19/06/2021
Catherine Hunold
Théâtre du Capitole
19/05/2021
Bernard Minier
La Chasse
25/04/2021
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
16/04/2021
Thierry d'Argoubet
Orchestre nat. du Capitole
15/04/2021
Franck Loiret
Les Franco-russes
Ciné-concert
Le Pré de Béjine
26/03/2021
Aurélien Gignoux
Révélation soliste
instrumental - Victoires de
la musique classique
01/03/2021
Alexandre Dratwicki
La Princesse jaune
Camille Saint-Saëns
25/02/2021
Mathias Vidal
La Princesse jaune
Camille Saint-Saëns
12/02/2021
Alfonso Caiani
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
03/12/2020
Thierry d'Argoubet
Orchestre nat. du Capitole
13-11/2020
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
30/09/2020
Francis Grass
Théâtre du Capitole
11/09/2020
Claire Roserot de Melin
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Anne-Catherine Gillet
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
09/09/2020
Antoine Maurice
Elections municipales
28/06/2020
Jean-Luc Moudenc
Elections municipales
28/06/2020
Sébastien Llinares
Musique en Dialogue
aux Carmélites
26/04/2020
Kader Belarbi
Ballet du Capitole
Confinement
15/04/2020
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
02/04/2020
Claude Scavazza
Les Arts Renaissants
18/03/2020
Sophie Koch
Théâtre du Capitole
24/01/2020
Mélanie Laurent
Harpiste
05/10/2019
Jean-Marc Andrieu
Les Passions
23/09/2019
Catherine Hunold
Théâtre du Capitole
21/02/2019
Michel Fau
Théâtre du Capitole
19/02/2019
Annick Massis
Théâtre du Capitole
15/01/2019
Pierre Rambert
Théâtre du Capitole
30/08/2018
Antonio Najarro
Odyssud
30/05/2018
Béatrice Uria-Monzon
Théâtre du Capitole
10/05/2018
Charles Castronovo
Théâtre du Capitole
30/03/2018
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
27/03/2018
Robin Johannsen
Grands Interprètes
08/03/2017
Karol Beffa
Théâtre du Capitole
Les Nibelungen
23/01/2018
Marie-Laure Garnier
Théâtre du Capitole
La Walkyrie
19/01/2018
Maxim Emelyanychev
Orchestre du Capitole
04/10/2017
Alexandre Kantorow
Piano aux Jacobins
01/09/2017
Elisabeth Leonskaja
Piano aux Jacobins
24/08/2017
Juan Diego Flórez
Grands Interprètes
09/06/2017
Francis Grass
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Christophe Ghristi
Théâtre du Capitole
02/04/2017
Robin Ticciati
Grands Interprètes
21/01/2017
 

 

Entretien avec Adèle Charvet - Théâtre national du Capitole
Le Barbier de Séville de Gioacchino Rossini - 12 mai 2022
     

« Je fêterai mes 29 ans sur la scène du Capitole ! »

Pour son premier grand rôle au Capitole et avant un heureux évènement, Adèle Charvet nous parle avec enthousiasme, franchise et une fraicheur bienfaisante de son métier et de son avenir. Il faut dire qu’il s’annonce sous les meilleurs auspices.

Classictoulouse  : Et tout d’abord, comment allez-vous ?

Adèle Charvet : Très bien (avec un énorme sourire). Vous le savez, je suis enceinte de mon premier enfant et je dois dire qu’ici tout le monde est à mes petits soins. C’est merveilleux. La mise en scène est un peu « cardio », c’est-à-dire qui bouge beaucoup, mais toutes les équipes techniques et artistiques font attention à moi et m’aident au maximum.

: Le Capitole vous a distribuée il y a peu pour la première fois, c’était dans Parsifal. Quel souvenir en avez-vous ?

AC : Vous dire d’abord que pour moi ce fut un grand honneur car je connais la maison et le genre de cast qui s’y produit. En plus c’était la première fois de ma vie que j’abordais Wagner. Etre témoin au plus près de la première Kundry de Sophie Koch fut un privilège extraordinaire.

: Rosine n’est pas une prise de rôle pour vous. D’ailleurs quel est votre répertoire à ce jour ?

AC : C’est celui de mezzo colorature, c’est-à-dire Rossini, Mozart, Haendel, etc. Mais j’aime bien franchir certaines lignes comme par exemple chanter Mélisande (ndlr : Pelléas et Mélisande de Claude Debussy), j’ai chanté aussi Carmen à Bordeaux sous la direction de Marc Minkowski, parce que la salle est à ma taille, je n’oserais pas pour l’instant la chanter à Toulouse. L’endroit où l’on chante est aussi important que ce que l’on chante.
Mais je ne fais pas que de l’opéra. Une grande partie de mon répertoire concerne la musique de chambre : lied et mélodie. Je souhaite également donner plus d’importance au répertoire baroque. C’est le sens du programme que je viens d’enregistrer avec l’Ensemble Consort sous le label Alpha Classics. Il est consacré au répertoire vénitien autour des années 1720.


Photo Marco Borggreve

O

: Revenons à Rosine. En dehors de la vision forcément personnelle du metteur en scène, quelle est votre approche intime de ce personnage ?

AC : C’est très facile de l’incarner pour une jeune fille, même si, comme c’est mon cas, elle n’a jamais été enfermée par sa famille ou privée de liberté. Toutes nous avons rêvé de nous extraire de notre quotidien et d’être enlevée par l’amoureux du moment.
Cela dit, Rosine, passez-moi l’expression, se fait un peu avoir car l’histoire ne se finit pas très bien avec le Comte. Mais la Rosine du Barbier est piquante, audacieuse, elle se met en danger, elle tente des choses. Par contre, et en cela elle ne me ressemble pas, elle est particulièrement tributaire des actions des hommes qui l’entourent.

: Quelles difficultés vocales se présentent dans ce rôle dont vous interprétez bien sûr la partition originale pour mezzo ?

AC : C’est un rôle que je pense m’être approprié à présent. Il faut être aussi agile vocalement que virtuose sur la totalité de sa tessiture, du plus grave au plus aigu. Il ne s’agit pas de mitrailler des vocalises car Rossini a mis une intention théâtrale derrière chaque note. Mais tout cela est très bien écrit, heureusement car le rôle est long, ce qui est une difficulté d’endurance en soi. Rosine a été mon premier rôle en scène. C’était à Bordeaux, j’avais 24 ans ! Ne faites pas le calcul je fêterai mes 29 ans sur la scène du Capitole le 25 mai !

: Lorsque vous avez commencé à l’étudier, vous êtes-vous rapprochée d’enregistrements anciens ou récents ?

AC : En général j’écoute peu de choses dans le processus d’étude d’un rôle, du moins au début. Je l’approche en vase clos. C’est seulement ensuite que j’en parle avec mes professeurs ou les chefs de chant et que je commence à écouter des disques. Parmi ces derniers, bien sûr Bartoli, Berganza, Garança, Horne, et puis, grâce aux réseaux, j’écoute ce que font mes consœurs actuelles, de ma génération, comme Marina Viotti. C'est très stimulant.

: Que représentait pour vous Tereza Berganza ?

AC : C’est la légende absolue du répertoire rossinien. En plus j’ai grandi avec le Don Giovanni de Losey que je me passais en boucle et dans lequel elle chante Zerlina. Elle aura marqué l’histoire de l’art lyrique pour toujours.

: Quel récital de mezzo aimeriez-vous amener sur la fameuse île déserte ?

AC : Aujourd’hui je peux vous répondre une chose, demain risque d’être une autre réponse, mais pour l’heure c’est un disque de lieder chantés par la mezzo américaine Lorraine Hunt-Lieberson. C’est tout simplement fabuleux.

: Les représentations du Barbier de Séville, comme celles de Carmen ou de Platée à Toulouse connaissent une affluence record. Est-ce à dire que la crise est derrière nous ?

AC : Non, je ne crois pas. Cette affluence est due à l’excellence du travail des équipes de cette maison et à la qualité d’un public très fidèle. Je peux vous dire que c’est loin d’être le cas dans nombre d’autres maisons d’opéra. Le lien, sauf à Toulouse, s’est cassé à la suite du deuxième confinement. Je reste donc très prudente sur la question.


Photo Marco Borggreve

: On a un peu l’impression que les jeunes chanteurs français ont davantage droit de cité dans les théâtres hexagonaux. Est-ce un effet COVID ou autre chose ?

AC : Je pense qu’il y a eu un turn over de directeurs d’opéra et de responsables de casting. Mais c’est vrai qu’aujourd’hui il semble que l’on puisse à nouveau être prophète dans son pays. J’ai la chance inouïe de travailler beaucoup en France. Et je ne suis pas la seule.

: Après Toulouse, quels sont vos projets immédiats ?

AC : J’ai un mois à venir très chargé en concerts et récitals. Après j’arrête... avec bonheur pour quelque temps. Je reprends cet automne.

: Quelles sont les prises de rôle que vous préparez en ce moment ?

AC : L’année prochaine je fais la création mondiale d’un opéra de Bernard Foccroulle dans lequel je suis seule en scène. Et je suis évidemment très honoré d’avoir été choisie pour cela. Plus tard il y aura Cenerentola, puis mon premier Cherubin.

: Quels opéras souhaiteriez-vous ajouter à votre répertoire ?

AC : Plus tard, certainement Charlotte de Werther. Pour l’instant ce n’est pas possible même si je me suis autorisée Carmen car ce n’est pas du tout orchestré de la même manière.

: Le rôle de vos rêves, toutes tessitures confondues ?

AC : Je regrette que Puccini n’ait pas écrit de grands rôles pour ma tessiture car j’adore sa musique et sa ligne de chant à tel point que parfois il m’arrive de souhaiter être soprano. Juste pour ce compositeur. Bien sûr que je rêve de la Didon de Purcell d’autant qu’ayant vécu aux USA, l’anglais ne me pose pas vraiment de problèmes.

: Et quand vous ne chantez pas... ?

AC : Comme tous mes camarades j’ai une vie de nomade et malgré tous les moments forts que je vis, je passe mon temps loin des miens. Donc, quand je ne chante pas, j’essaie d’être auprès de mon compagnon, de ma famille et de mes plus proches amis. Du coup, quand nous nous retrouvons, c’est toujours autour d’un bon repas et d’un bon vin car j’adore tout cela. Sauf en ce moment... Avant de nous quitter j’aimerais dire combien je suis heureuse d’avoir été choisie comme marraine de la candidature de Montpellier et d’autres cités méditerranéennes occitanes au titre de capitale européenne de la Culture en 2028. Il est vrai que je suis originaire de cette ville, mais tout de même, quel honneur ! Une occasion en or de parler d’opéra !

Propos recueillis par Robert Pénavayre le 12 mai 2022

 

 

infos
 

Renseignements sur la saison du Théâtre du Capitole :

www.theatre-du-capitole.fr

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index