www.classicToulouse.com
Articles
 
Le Pêcheurs de perles
G. Bizet
Metropolitan de New-York
Turandot
G. Puccini
Scala de Milan
New Year's concert 2017
Wiener Philharmoniker
Gustavo Dudamel
Andrea Chénier
U. Giordano
Royal Opera House London
Les petits plaisirs du
Seicento
Les Passions
Orangerie de Rochemontès
La Donna del lago
G. Rossini
Metropolitan de New-York
Macbeth
G. Verdi
Metropolitan de New-York
Maurizio Pollini
De main de maître
La Traviata
G. Verdi
Opéra national de Paris
La Finta Giardiniera
W. A. Mozart
Opéra de Lille
Viva Verdi
The La Scala Concert
Riccardo Chailly
Les Parapluies de
Cherbourg
M. Legrand
Théâtre du Châtelet
Otello
G. Verdi
METde New York
Pavarotti Plus at the
Royal Albert Hall
20th Anniversary Edition
Guillaume Tell
G. Rossini
Festival de Pesaro
La Favorite
G. Donizetti
Théâtre du Capitole
Rigoletto
G. Verdi
MET New York
Les Vêpres siciliennes
G. Verdi
Royal Opera House
Dialogues des Carmélites
F. Poulenc
Théâtre Champs-Elysées
Hippolyte et Aricie
J.-P. Rameau
Opéra de Paris
Natalie Dessay
Michel Legrand
Entre elle et lui
Métamorphose Bach
Axel Arno, Edouard Ferlet
Maurice Salaün
Il trovatore
G. Verdi
Berlin
Maria Stuarda
G. Donizetti
Metropolitan Opera NY
Parsifal
R. Wagner
Metropolitan Opera NY
Le Comte Ory
G. Rossini
Opernhaus Zürich
Eugène Onéguine
P. I. Tchaïkovski
Metropolitan Opera NY
Faust
Ch. Gounod
Metropolitan Opera NY
Sleeping Beauty
P. I. Tchaïkovski
Ballet de Matthew Bourne
Live from Moscow
Anna Netrebko
Dmitri Hvorostovsky
Les Contes d'Hoffmann
J. Offenbach
Stéphane Denève
Der Ring des Nibelungen
R. Wagner
Metropolitan Opera
Adriana Lecouvreur
F. Cilea
The Royal Opera House
A. Gheorghiu, J. Kaufmann
L'Incoronazione di Poppea
C. Monteverdi
Le Concert d'Astrée
Emmanuelle Haïm
Königskinder
E. Humperdinck
Opernhaus Zürich
Zelmira
G. Rossini
Festival de Pesaro
Anna Bolena
G. Donizetti
Wiener Staatsoper
L'Aire du Dire
Pierre Jodlowski
 

 

DVD/ Turandot – Giacomo Puccini - Scala de Milan
     

Clap de fin pour Nikolaus Lehnhoff

Quelques mois après la première de cette nouvelle production de Turandot, le metteur en scène allemand Nikolaus Lehnhoff était vaincu par une longue maladie. Le temple scaligère l’aura donc accueilli pour ce qui est son testament théâtral. En ce 1er mai 2015, il avait eu cependant encore la force de venir saluer au rideau final. Image terrible et touchante à la fois que de voir cet homme de 76 ans recevoir l’hommage d’un public particulièrement exigeant.

O

Rarement présent en France, Nikolaus Lehnhoff a cependant marqué les esprits des habitués des Chorégies d’Orange où, en 1977, il mettait en scène Jon Vickers et Birgit Nilsson dans un Tristan et Isolde de légende qui demeure à ce jour l’une des plus grandes dates de ce festival.
Nous retrouvons ici son sens aigu de l’action théâtrale et sa connaissance parfaite du genre lyrique. Dans les décors de Raimund Bauer, les somptueux costumes d’Andrea Schmidt-Futterer et les magnifiques lumières de Duane Schuler, Nikolaus Lehnhoff impose une direction hiératique, propre à laisser les chanteurs dans les meilleures dispositions pour affronter une œuvre qui ne manque pas vocalement de dangers. A vrai dire, le cast que dirige Riccardo Chailly de sa main de fer est à la hauteur de l’événement. Jugez-en.

Quelle plus belle Turandot peut-on rêver aujourd’hui que Nina Stemme ? L’homogénéité de sa voix dans tous les registres, des aigus lancés comme des javelots meurtriers, une projection tellurique, une recherche permanente de la moindre dynamique, une réelle présence scénique, tout concourt à faire de sa Princesse de glace un modèle d’interprétation. A ses côtés, Aleksandrs Antonenko en Calaf confirme bien sa position de meilleur ténor lirico-dramatique du moment grâce à un timbre d’un bronze en fusion, une émission héroïque ainsi qu’un très beau phrasé. Mais la palme du triomphe est échue à la Liu de Maria Agresta. Même si le timbre de cette soprano n’est pas des plus ensoleillés, force est de reconnaître un art de la demi-teinte et du phrasé stupéfiants, sans parler de sons filés qui éveillent les souvenirs d’une certaine cantatrice catalane, illustre Norma au demeurant. C’est dire ! La basse Alexander Tsymbaliuk ne fait qu’une bouchée de son Timur, lui offrant un organe ample et généreux au timbre splendide. Sans oublier trois ministres superbes d’élégance vocale, même s’il n’est pas interdit de porter un regard nuancé quant à leur mise en scène, peut-être le point faible de cette production.
Cette intégrale se termine par la version de la dernière scène signée Luciano Berio, version dans laquelle on ne trouve que quelques réminiscences de la version de Franco Alfano entrée dans la tradition. Les deux étant post mortem, il appartient à la sensibilité de chacun de faire son choix. Mais il faut bien reconnaître que celle de Luciano Berio est un rien déroutante et nous éloigne des fastes sonores signés Giacomo Puccini dans les scènes précédentes.
Les phalanges de la Scala de Milan, au cœur de leur arbre généalogique, sont superlatives. En somme une très belle version.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 26 avril 2017

 

infos
 


Turandot – Giacomo Puccini- DECCA – 1 DVD – 22 €

 

 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index