www.classicToulouse.com
Articles
 
New Year's concert 2017
Wiener Philharmoniker
Gustavo Dudamel
Andrea Chénier
U. Giordano
Royal Opera House London
Les petits plaisirs du
Seicento
Les Passions
Orangerie de Rochemontès
La Donna del lago
G. Rossini
Metropolitan de New-York
Macbeth
G. Verdi
Metropolitan de New-York
Maurizio Pollini
De main de maître
La Traviata
G. Verdi
Opéra national de Paris
La Finta Giardiniera
W. A. Mozart
Opéra de Lille
Viva Verdi
The La Scala Concert
Riccardo Chailly
Les Parapluies de
Cherbourg
M. Legrand
Théâtre du Châtelet
Otello
G. Verdi
METde New York
Pavarotti Plus at the
Royal Albert Hall
20th Anniversary Edition
Guillaume Tell
G. Rossini
Festival de Pesaro
La Favorite
G. Donizetti
Théâtre du Capitole
Rigoletto
G. Verdi
MET New York
Les Vêpres siciliennes
G. Verdi
Royal Opera House
Dialogues des Carmélites
F. Poulenc
Théâtre Champs-Elysées
Hippolyte et Aricie
J.-P. Rameau
Opéra de Paris
Natalie Dessay
Michel Legrand
Entre elle et lui
Métamorphose Bach
Axel Arno, Edouard Ferlet
Maurice Salaün
Il trovatore
G. Verdi
Berlin
Maria Stuarda
G. Donizetti
Metropolitan Opera NY
Parsifal
R. Wagner
Metropolitan Opera NY
Le Comte Ory
G. Rossini
Opernhaus Zürich
Eugène Onéguine
P. I. Tchaïkovski
Metropolitan Opera NY
Faust
Ch. Gounod
Metropolitan Opera NY
Sleeping Beauty
P. I. Tchaïkovski
Ballet de Matthew Bourne
Live from Moscow
Anna Netrebko
Dmitri Hvorostovsky
Les Contes d'Hoffmann
J. Offenbach
Stéphane Denève
Der Ring des Nibelungen
R. Wagner
Metropolitan Opera
Adriana Lecouvreur
F. Cilea
The Royal Opera House
A. Gheorghiu, J. Kaufmann
L'Incoronazione di Poppea
C. Monteverdi
Le Concert d'Astrée
Emmanuelle Haïm
Königskinder
E. Humperdinck
Opernhaus Zürich
Zelmira
G. Rossini
Festival de Pesaro
Anna Bolena
G. Donizetti
Wiener Staatsoper
L'Aire du Dire
Pierre Jodlowski
 

 

DVD/ Sleeping Beauty, P. I. Tchaïkovski / Matthew Bourne
     

La Belle façon Twilight

Il faut bien mal connaître Matthew Bourne pour imaginer l’ombre d’une seconde que sa Belle au bois dormant serait un simple avatar de celle qui fut présentée pour la première fois le 15 janvier 1890 au Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, sur une chorégraphie de Marius Petipa. Sa vision du Lac des cygnes ne pouvait d’ailleurs laisser aucun doute sur le sujet.

Une seule chose demeure en commun avec l’antique ancêtre saint-pétersbourgeois : la musique de P. I. Tchaïkovski. Et encore. En effet la partition intégrale du compositeur russe est largement surdimensionnée pour s’ajuster aux spectacles de Matthew Bourne. Celle-ci est donc réduite de moitié mais conserve les pages les plus célèbres.

O

La dramaturgie des frères Grimm et de Charles Perrault en prend aussi pour son grade. Cent ans de sommeil, c’est long, surtout lorsque le coup de foudre entre Aurore et le jardinier Leo (alias Désiré dans l’original) intervient avant l’endormissement du château. Une seule solution, transformer Leo en… vampire. Et comme, au final, Leo veut vivre éternellement avec Aurore, il lui fait le baiser sanglant. Et plus, puisqu’ils donneront le jour à un petit vampire ailé. Si vous avez vu, ou lu, la saga Twilight, normalement, cela doit vous rappeler furieusement quelque chose. Pourquoi pas car nous sommes clairement ici dans une vision de comédie musicale. Mais le chorégraphe ne s’arrête pas là. Il donne à chacune des étapes de la vie d’Aurore, un style de danse, une ambiance scénique, des costumes.

En un siècle les choses évoluent et l’on n’est pas surpris de voir des jeunes devant la grille du château endormi se prendre en photo avec des i phones. Facétieuse, iconoclaste, pleine d’humour et d’émotion, cette relecture pourra choquer les puristes mais comblera les curieux. Les comblera d’autant que la danse n’est pas reléguée aux oubliettes, loin de là. Quelques ensembles, solos et pas de deux nous rappellent par leur grammaire combien ce monde est celui de la poésie, de la légèreté, de la musicalité et surtout de l’élégance. Si l’Aurore d’Hannah Vassallo, parfaite technicienne, n’a pas le charisme de son partenaire, il faut reconnaître que ce dernier : Dominic North, est un Leo stupéfiant d’engagement. Il a à son répertoire toutes les grandes réalisations de Matthew Bourne et nous montre encore une fois ici la totale maîtrise du style de ce chorégraphe, tout à la fois proche et lointain de la grande tradition académique. Saluons également la véritable performance d’Adam Maskell, tour à tour Fée Carabosse et son fils Caradoc.
Une vision gothique clairement assumée et affichée !

Robert Pénavayre

 

 

infos
 


« Sleeping Beauty » Ballet de Matthew Bourne –
DGG Réf : 00440 0735064 1 DVD – Prix Fnac : 23 €

 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index