www.classicToulouse.com
Articles
 
New Year's concert 2017
Wiener Philharmoniker
Gustavo Dudamel
Andrea Chénier
U. Giordano
Royal Opera House London
Les petits plaisirs du
Seicento
Les Passions
Orangerie de Rochemontès
La Donna del lago
G. Rossini
Metropolitan de New-York
Macbeth
G. Verdi
Metropolitan de New-York
Maurizio Pollini
De main de maître
La Traviata
G. Verdi
Opéra national de Paris
La Finta Giardiniera
W. A. Mozart
Opéra de Lille
Viva Verdi
The La Scala Concert
Riccardo Chailly
Les Parapluies de
Cherbourg
M. Legrand
Théâtre du Châtelet
Otello
G. Verdi
METde New York
Pavarotti Plus at the
Royal Albert Hall
20th Anniversary Edition
Guillaume Tell
G. Rossini
Festival de Pesaro
La Favorite
G. Donizetti
Théâtre du Capitole
Rigoletto
G. Verdi
MET New York
Les Vêpres siciliennes
G. Verdi
Royal Opera House
Dialogues des Carmélites
F. Poulenc
Théâtre Champs-Elysées
Hippolyte et Aricie
J.-P. Rameau
Opéra de Paris
Natalie Dessay
Michel Legrand
Entre elle et lui
Métamorphose Bach
Axel Arno, Edouard Ferlet
Maurice Salaün
Il trovatore
G. Verdi
Berlin
Maria Stuarda
G. Donizetti
Metropolitan Opera NY
Parsifal
R. Wagner
Metropolitan Opera NY
Le Comte Ory
G. Rossini
Opernhaus Zürich
Eugène Onéguine
P. I. Tchaïkovski
Metropolitan Opera NY
Faust
Ch. Gounod
Metropolitan Opera NY
Sleeping Beauty
P. I. Tchaïkovski
Ballet de Matthew Bourne
Live from Moscow
Anna Netrebko
Dmitri Hvorostovsky
Les Contes d'Hoffmann
J. Offenbach
Stéphane Denève
Der Ring des Nibelungen
R. Wagner
Metropolitan Opera
Adriana Lecouvreur
F. Cilea
The Royal Opera House
A. Gheorghiu, J. Kaufmann
L'Incoronazione di Poppea
C. Monteverdi
Le Concert d'Astrée
Emmanuelle Haïm
Königskinder
E. Humperdinck
Opernhaus Zürich
Zelmira
G. Rossini
Festival de Pesaro
Anna Bolena
G. Donizetti
Wiener Staatsoper
L'Aire du Dire
Pierre Jodlowski
 

 

DVD/ Maurizio Pollini - De main de maître
     
COUP DE CŒUR    
     

Maurizio Pollini : le portrait

Le vingtième siècle a vu naître et prospérer plusieurs générations de grands pianistes. Parmi les artistes qui marquent notre période, Maurizio Pollini occupe une place de premier plan. A 73 ans, celui qui est toujours resté discret et loin des mondanités, a toujours fait preuve d’un engagement sans faille pour la musique et pour les enjeux sociétaux. Le cinéaste et essayiste Bruno Monsaingeon, réalisateur de nombreux documentaires sur les artistes majeurs de notre temps, lui consacre un portrait cinématographique sensible et éclairant.

O

Intitulé « De main de maître », ce film ouvre une brèche dans la discrétion d’un homme qui n’a que rarement parlé de lui-même et de son art. Tout au long de sa brillante carrière, Maurizio Pollini s’est consacré à ce qui lui importe, l’authenticité musicale. Le portrait qu’en brosse Bruno Monsaingeon est à l’image de son sujet, sobre, vrai, profond. Interrogé simplement dans un cadre intime, le grand pianiste évoque les étapes significatives de sa vie et de sa carrière. LA grande date qui a marqué la révélation de son talent exceptionnel coïncide avec celle de sa victoire au Concours Chopin de Varsovie de 1960. Les images noir et blanc qui l’illustrent témoignent de la simplicité et de la modestie de ce jeune homme qui n’exprime vraiment ce qu’il ressent que lorsqu’il se met au piano.

S’il évoque brièvement sa vie familiale et le rôle joué par son père, adepte de l’architecture rationaliste italienne, Pollini rend hommage aux musiciens et artistes qui ont compté dans son parcours. Claudio Abbado, complice et compagnon de route, Arturo Benedetti Michelangeli, professeur influent, ont joué un rôle important qu’il se plaît à souligner. Le portrait admiratif et tendre qu’il brosse du grand Arthur Rubinstein, membre éminent du jury du fameux Concours Chopin et qui lui prodigua des conseils fondamentaux, constitue l’un des moments émouvants de ce film.
Les extraits musicaux qui balisent ce portrait rappellent opportunément ce que la grande littérature du piano doit à ce maître : Beethoven, Chopin, Schumann, Bartók… Ses liens avec les créateurs de son temps sont soulignés et habilement illustrés. Pierre Boulez, Luigi Nono, Karlheinz Stockhausen et toute l’avant-garde initiée par Arnold Schönberg, constituent pour lui un répertoire indispensable à son épanouissement d’artiste et qu’il continue de défendre avec passion.
A propos de son amitié pour Luigi Nono, compositeur progressiste, Maurizio Pollini évoque également son engagement politique pour la gauche italienne et notamment le Parti Communiste qu’il rejoint, « mais seulement après qu’il eut condamné l’invasion de la Tchécoslovaquie par l’armée soviétique »…
La modestie de l’artiste se manifeste à travers certaines de ses réponses aux questions de Bruno Monsaingeon. Il réfute ainsi avec un sourire amusé les qualificatifs de « missionnaire » et de « pionnier » que tente de lui attribuer l’interviewer.
Voici donc un témoignage, émouvant par sa simplicité, dont l’importance est d’autant plus grande que la parole du pianiste est rare.

Serge Chauzy

 

infos
 


Pollini - De main de maître
1 DVD - DGG
Enr. 2014
Prix FNAC : 18,99 €

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index