www.classicToulouse.com
Articles
 
Le Pêcheurs de perles
G. Bizet
Metropolitan de New-York
Turandot
G. Puccini
Scala de Milan
New Year's concert 2017
Wiener Philharmoniker
Gustavo Dudamel
Andrea Chénier
U. Giordano
Royal Opera House London
Les petits plaisirs du
Seicento
Les Passions
Orangerie de Rochemontès
La Donna del lago
G. Rossini
Metropolitan de New-York
Macbeth
G. Verdi
Metropolitan de New-York
Maurizio Pollini
De main de maître
La Traviata
G. Verdi
Opéra national de Paris
La Finta Giardiniera
W. A. Mozart
Opéra de Lille
Viva Verdi
The La Scala Concert
Riccardo Chailly
Les Parapluies de
Cherbourg
M. Legrand
Théâtre du Châtelet
Otello
G. Verdi
METde New York
Pavarotti Plus at the
Royal Albert Hall
20th Anniversary Edition
Guillaume Tell
G. Rossini
Festival de Pesaro
La Favorite
G. Donizetti
Théâtre du Capitole
Rigoletto
G. Verdi
MET New York
Les Vêpres siciliennes
G. Verdi
Royal Opera House
Dialogues des Carmélites
F. Poulenc
Théâtre Champs-Elysées
Hippolyte et Aricie
J.-P. Rameau
Opéra de Paris
Natalie Dessay
Michel Legrand
Entre elle et lui
Métamorphose Bach
Axel Arno, Edouard Ferlet
Maurice Salaün
Il trovatore
G. Verdi
Berlin
Maria Stuarda
G. Donizetti
Metropolitan Opera NY
Parsifal
R. Wagner
Metropolitan Opera NY
Le Comte Ory
G. Rossini
Opernhaus Zürich
Eugène Onéguine
P. I. Tchaïkovski
Metropolitan Opera NY
Faust
Ch. Gounod
Metropolitan Opera NY
Sleeping Beauty
P. I. Tchaïkovski
Ballet de Matthew Bourne
Live from Moscow
Anna Netrebko
Dmitri Hvorostovsky
Les Contes d'Hoffmann
J. Offenbach
Stéphane Denève
Der Ring des Nibelungen
R. Wagner
Metropolitan Opera
Adriana Lecouvreur
F. Cilea
The Royal Opera House
A. Gheorghiu, J. Kaufmann
L'Incoronazione di Poppea
C. Monteverdi
Le Concert d'Astrée
Emmanuelle Haïm
Königskinder
E. Humperdinck
Opernhaus Zürich
Zelmira
G. Rossini
Festival de Pesaro
Anna Bolena
G. Donizetti
Wiener Staatsoper
L'Aire du Dire
Pierre Jodlowski
 

 

DVD/ Les Pêcheurs de perles – Georges Bizet
Metropolitan Opera de New York
     

Trio de choc… pour différentes raisons

La captation en DVD de la représentation retransmise dans le monde entier le 16 janvier 2016 depuis le MET de New York est un bien beau cadeau fait aux mélomanes. Tout d’abord parce que cet ouvrage est magnifique et contient parmi les plus belles mélodies jamais écrites par le compositeur de Carmen. Inexplicablement, cela fait un siècle que la célèbre scène américaine ne l’avait pas programmé. Résultat, peu de personnes ont le souvenir de cette fameuse soirée de 1916 au cours de laquelle furent créés Les Pêcheurs de perles sur les bords de l’Hudson avec Enrico Caruso, Frieda Hempel et Giuseppe de Luca. Excusez du peu…

C’est donc dans une nouvelle production que l’œuvre de Bizet est à nouveau proposée aux New-Yorkais. Elle est signée Penny Woolcock et nous plonge dans un bidonville sri-lankais, au bord de la mer bien sûr. Mélangeant tenues traditionnelles et actuelles, Penny Woolcock utilise la vidéo pour nous montrer un impressionnant tsunami mais aussi de très belles images de pêcheurs au fond des eaux. Son immense dispositif scénique est bien nécessaire à l’immense phalange chorale du MET comme d’habitude au cordeau, très musicale même si la prosodie française laisse quelque peu à désirer.

O

Sous la direction attentive et généreuse de Gianandrea Noseda, et peut-être en souvenir d’une telle distribution historique, Peter Gelb, l’actuel patron du MET, a réuni un cast de premier plan. Rien moins que Diana Damrau, Matthew Polenzani et Mariusz Kwiecien, sans oublier le français de l’étape, la basse Nicolas Testé qui incarne et chante ici un Nourabad aux accents… radicaux ! Le soprano ne fait qu’une bouchée du rôle de Leïla. Coutumière de personnages beaucoup plus exposés vocalement, Diana Damrau domine cette partition et lui donne au passage ses vrais accents, ce qui n’est pas toujours le cas de chanteuses de moindre envergure. Cela dit, on reste toujours confus devant ses minauderies, piégées sur écran par des plans resserrés… assassins.

Et il faut attendre sa confrontation avec Zurga pour qu’enfin la cantatrice s’expose, avec bonheur d’ailleurs, dramatiquement. Marius Kwiecien, immense baryton, mozartien incontournable (Don Giovanni/Les Noces de Figaro) est aussi un remarquable comédien, il le prouve encore ici en faisant vivre jusqu’à l’incandescence son Zurga. Est-il pour autant aussi à l’aise vocalement ? Rien n’est moins sûr. Le registre supérieur est particulièrement tendu, voire change de couleur en prenant des sonorités métalliques. Reste, si l’on peut dire, le ténor Matthew Polenzani, lui qui vient de triompher sur nos écrans le 25 mars dernier dans le rôle-titre d’un Idomeneo superlatif. A tous les points de vue, son Nadir est parfait, autant dans la couleur que dans une musicalité qui trouve son acmé dans l’air Je crois entendre encore, entièrement chanté en voix mixte parfaitement maîtrisée. Un sommet follement applaudi. Malgré un costume impossible, il arrive à créer un personnage crédible et formidablement attachant.
Notons à l’attention des mélomanes curieux que la version proposée ici est l’originale de 1863, celle dans laquelle le rideau tombe sur Zurga regardant s’éloigner vers la liberté Leïla et Nadir.
Voilà peut-être bien la meilleure version vidéo de cet opéra.

Robert Pénavayre
Article mis en ligne le 1er mai 2017

 

infos
 



« Les Pêcheurs de perles » Georges Bizet – ERATO –
1 DVD – 24 €

 

 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index