www.classicToulouse.com
Articles
 
Turandot
G. Puccini
Scala de Milan
New Year's concert 2017
Wiener Philharmoniker
Gustavo Dudamel
Andrea Chénier
U. Giordano
Royal Opera House London
Les petits plaisirs du
Seicento
Les Passions
Orangerie de Rochemontès
La Donna del lago
G. Rossini
Metropolitan de New-York
Macbeth
G. Verdi
Metropolitan de New-York
Maurizio Pollini
De main de maître
La Traviata
G. Verdi
Opéra national de Paris
La Finta Giardiniera
W. A. Mozart
Opéra de Lille
Viva Verdi
The La Scala Concert
Riccardo Chailly
Les Parapluies de
Cherbourg
M. Legrand
Théâtre du Châtelet
Otello
G. Verdi
METde New York
Pavarotti Plus at the
Royal Albert Hall
20th Anniversary Edition
Guillaume Tell
G. Rossini
Festival de Pesaro
La Favorite
G. Donizetti
Théâtre du Capitole
Rigoletto
G. Verdi
MET New York
Les Vêpres siciliennes
G. Verdi
Royal Opera House
Dialogues des Carmélites
F. Poulenc
Théâtre Champs-Elysées
Hippolyte et Aricie
J.-P. Rameau
Opéra de Paris
Natalie Dessay
Michel Legrand
Entre elle et lui
Métamorphose Bach
Axel Arno, Edouard Ferlet
Maurice Salaün
Il trovatore
G. Verdi
Berlin
Maria Stuarda
G. Donizetti
Metropolitan Opera NY
Parsifal
R. Wagner
Metropolitan Opera NY
Le Comte Ory
G. Rossini
Opernhaus Zürich
Eugène Onéguine
P. I. Tchaïkovski
Metropolitan Opera NY
Faust
Ch. Gounod
Metropolitan Opera NY
Sleeping Beauty
P. I. Tchaïkovski
Ballet de Matthew Bourne
Live from Moscow
Anna Netrebko
Dmitri Hvorostovsky
Les Contes d'Hoffmann
J. Offenbach
Stéphane Denève
Der Ring des Nibelungen
R. Wagner
Metropolitan Opera
Adriana Lecouvreur
F. Cilea
The Royal Opera House
A. Gheorghiu, J. Kaufmann
L'Incoronazione di Poppea
C. Monteverdi
Le Concert d'Astrée
Emmanuelle Haïm
Königskinder
E. Humperdinck
Opernhaus Zürich
Zelmira
G. Rossini
Festival de Pesaro
Anna Bolena
G. Donizetti
Wiener Staatsoper
L'Aire du Dire
Pierre Jodlowski
 

 

DVD/ Parsifal, Richard Wagner - MET de New York
     
COUP DE CŒUR
   
 

Un monument de musique et d’émotion

Nous tenons là, vraisemblablement, l’une des captations vidéo majeures de l’ultime ouvrage du magicien de Bayreuth. Et peut-être bien le sommet de la vidéographie de cet opéra. Tout est ici présent pour justifier cet enthousiasme : production, distribution, direction. Nous le savons bien, il est difficile de réunir ces trois éléments à un même niveau d’exception. C’est pourtant ce que vient de réussir le célèbre temple new yorkais de l’art lyrique, plus que jamais sur la plus haute marche du podium opératique mondial.

O

Ce 2 mars 2013 est donc à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de ce théâtre. Ce soir-là une conjugaison miraculeuse de talents est venue rendre hommage à cette cérémonie lyrico-mystique qui fut un temps l’exclusivité de Bayreuth. Magnifiée par une captation vidéo d’une formidable acuité, cette production, créée à Lyon en avril 2012, prend sur la gigantesque scène du Met toute son ampleur. Loin de tout braquage intello-métaphysique, le travail de François Girard (metteur en scène) explicite le cheminement de chacun des protagonistes d’une manière formidablement limpide. Seule option étrangère à l’œuvre, la présence d’un groupe de femmes toutes de noir habillées et voilées, occupant, dès le Prélude du 1er acte une partie de la scène, séparées des hommes, chemise blanche et pantalon noir, par une crevasse infranchissable…

C’est pourtant en donnant la main à Kundry au dernier acte que Parsifal lui permettra de franchir cet obstacle, réunissant de facto l’ensemble de l’Humanité. Les projections de Peter Flaherty, faites de nuées et de planètes, situent bien l’action dans ce lieu sacré dédié au culte de Dieu et du Sauveur. Nous sommes ailleurs. Point de repères sécurisants ici, tout est dans cette musique des sphères et un livret d’une teneur spirituelle sans équivoque. Croyant ou pas, il est impossible à quelque personne sensible de réfréner une larme, voire plus, tout au long de ce spectacle.

Jonas Kaufmann, tel un archange

Cette émotion est d’autant plus prégnante que la direction d’acteurs, vue au plus près par le filtre de la caméra, est impérieuse et d’une intensité sidérante. N’hésitant pas à s’exposer torse nu pendant une grande partie de la soirée, Jonas Kaufmann incarne Parsifal comme il sera difficile dorénavant de l’imaginer autrement. Tragédien habité, le chanteur allemand déploie ici un ténor d’une force incroyable dans le second acte, réservant pour le final des notes suspendues dans les limbes d’un autre monde, celui dont nul mortel n'approche (Lohengrin, 3ème acte). La performance est tout juste incroyable. Tout comme son Werther, il marque au fer rouge ce rôle. Ne lui cédant en rien, Peter Mattei, autre tragédien bouleversant, incarne un Amfortas suicidaire au baryton généreux et conduit admirablement. René Pape, sans peut-être rappeler les grandes basses wagnériennes du passé qui ont illustré Gurnemanz, donne le meilleur de lui-même dans un haut médium et un aigu d’une puissance souveraine soutenus par un souffle d’une belle ampleur. Katarina Dalayman, somptueuse Brünnhilde, se hasarde dans le rôle de falcon de Kundry avec, évidemment, des aigus glorieux dans le second acte, sans cependant la noirceur de timbre qui convient à ce personnage ambigu. Evgeny Nikitin ne fait qu’une bouchée de Klingsor, le parant d’un impact vocal d’airain. Jusqu’aux plus petits rôles, le Met aligne l’excellence. Il en est ainsi également des superbes phalanges chorales, mises fortement à contribution scéniquement.
La direction de Daniele Gatti fait débat. Bien sûr, il serait vain d’ignorer sa lenteur. Certains teutons ont fait pire en termes de timing ! Tout l’intérêt de cette option est, d’une part, de respirer profondément avec l’œuvre et les évènements, voire avec le public soumis ici à des chocs visuels et émotionnels sans précédents, d’autre part, de « clarifier » cette musique en la rendant d’une merveilleuse transparence sonore à mille lieux d’une lourdeur dont certain pays s’est fait une spécialité. Bien entendu cela n'enlève rien au prisme complexe et d’une richesse infinie de cette partition dont tout le dynamisme est formidablement rendu.
Un DVD indispensable !

Robert Pénavayre

 

infos
 



« Parsifal » de Richard Wagner – Réf : SONY – coffret 2 DVDs –
Prix Fnac : 30 €  

 

 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index