www.classicToulouse.com
Articles
 
Le Pêcheurs de perles
G. Bizet
Metropolitan de New-York
Turandot
G. Puccini
Scala de Milan
New Year's concert 2017
Wiener Philharmoniker
Gustavo Dudamel
Andrea Chénier
U. Giordano
Royal Opera House London
Les petits plaisirs du
Seicento
Les Passions
Orangerie de Rochemontès
La Donna del lago
G. Rossini
Metropolitan de New-York
Macbeth
G. Verdi
Metropolitan de New-York
Maurizio Pollini
De main de maître
La Traviata
G. Verdi
Opéra national de Paris
La Finta Giardiniera
W. A. Mozart
Opéra de Lille
Viva Verdi
The La Scala Concert
Riccardo Chailly
Les Parapluies de
Cherbourg
M. Legrand
Théâtre du Châtelet
Otello
G. Verdi
METde New York
Pavarotti Plus at the
Royal Albert Hall
20th Anniversary Edition
Guillaume Tell
G. Rossini
Festival de Pesaro
La Favorite
G. Donizetti
Théâtre du Capitole
Rigoletto
G. Verdi
MET New York
Les Vêpres siciliennes
G. Verdi
Royal Opera House
Dialogues des Carmélites
F. Poulenc
Théâtre Champs-Elysées
Hippolyte et Aricie
J.-P. Rameau
Opéra de Paris
Natalie Dessay
Michel Legrand
Entre elle et lui
Métamorphose Bach
Axel Arno, Edouard Ferlet
Maurice Salaün
Il trovatore
G. Verdi
Berlin
Maria Stuarda
G. Donizetti
Metropolitan Opera NY
Parsifal
R. Wagner
Metropolitan Opera NY
Le Comte Ory
G. Rossini
Opernhaus Zürich
Eugène Onéguine
P. I. Tchaïkovski
Metropolitan Opera NY
Faust
Ch. Gounod
Metropolitan Opera NY
Sleeping Beauty
P. I. Tchaïkovski
Ballet de Matthew Bourne
Live from Moscow
Anna Netrebko
Dmitri Hvorostovsky
Les Contes d'Hoffmann
J. Offenbach
Stéphane Denève
Der Ring des Nibelungen
R. Wagner
Metropolitan Opera
Adriana Lecouvreur
F. Cilea
The Royal Opera House
A. Gheorghiu, J. Kaufmann
L'Incoronazione di Poppea
C. Monteverdi
Le Concert d'Astrée
Emmanuelle Haïm
Königskinder
E. Humperdinck
Opernhaus Zürich
Zelmira
G. Rossini
Festival de Pesaro
Anna Bolena
G. Donizetti
Wiener Staatsoper
L'Aire du Dire
Pierre Jodlowski
 

 

DVD/ Eugène Onéguine, P. I. Tchaïkovski - MET
     

Une imparable approche dramatique

Entre le travail de prises de vue, la production de Deborah Warner, le talent dramatique des artistes engagés et leur « slavitude » native, nous tenons là l’une des incarnations, au sens propre du terme, les plus indéniables du chef-d’œuvre de Tchaïkovski. Filmée au MET de New York le 5 octobre 2013, cette représentation réunit une distribution difficile à surpasser.

O

Dans le rôle-titre, le baryton polonais Mariusz Kwiecien confirme bien son statut de star dans sa tessiture. La voix est somptueuse de timbre, de noblesse, d’élégance dans le phrasé, d’homogénéité aussi. L’acteur est ici formidablement engagé dans sa course au désespoir et finirait presque par nous rendre le personnage d’Onéguine attachant. Un comble ! Face à lui, son compatriote, le ténor Piotr Beczala, incarne le poète Lenski avec une spontanéité, un courage et une détermination face à l’inéluctable qui font de la grande scène qui clôt le troisième acte (Kuda, kuda…) l’acmé follement applaudie de la représentation. C’est la belle Anna Netrebko qui est Tatiana avec toute la retenue (presque trop…) qui sied à ce personnage de jeune femme campagnarde vivant ses rêves au travers de ses lectures.

La merveilleuse voix de la soprano, aujourd’hui à son zénith, s’accommode en tous points de ce rôle demandant plus d’incarnation que de tempérament vocal. Si l’on excepte le désastreux Grémine trémulant d’Alexei Tanovitski, impensable dans une pareille distribution à vrai dire, les seconds rôles sont superlatifs, je parle ici d’Elena Zaremba (Madame Larina), Oksana Volkova (Olga), Larissa Diadkova (Filipievna) et jusqu’à l’incroyable Monsieur Triquet de cet immense acteur-chanteur qu’est John Graham-Hall. Ses couplets, en français, à Tatiana sont un moment de grâce totalement suspendu dans les airs.
La production illustre, sans ces scories souvent dévastatrices aujourd’hui, le propos, les ambiances et la psychologie des personnages chers à Pouchkine. C’est simple, direct, juste. Un vrai bonheur.
Il n’en est pas de même hélas avec le tsar Gergiev qui, à force de courir le monde dans tous les sens, finit par déraper. Il en est ainsi d’un premier acte, incluant hélas la scène de la lettre, totalement soporifique et sans direction. Fort heureusement, sa battue retrouve de l’énergie et une certaine acuité à partir du second acte. Sans pour autant devenir superlative, faut-il reconnaître. A consulter son emploi du temps, ce genre d’accident devient inéluctable.
Cette réserve, sans être rédhibitoire, jette cependant une ombre sur cet enregistrement, une ombre que la pugnacité des interprètes finit heureusement par dissiper.

Robert Pénavayre

 

infos
 



« Eugène Onéguine » de Piotr Ilitch Tchaïkovski – DGG n° 00440 073 5114 – Coffret de 2 DVDs – Prix Fnac : 22,11 € 

 

 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index