www.classicToulouse.com
Articles
 
Turandot
G. Puccini
Scala de Milan
New Year's concert 2017
Wiener Philharmoniker
Gustavo Dudamel
Andrea Chénier
U. Giordano
Royal Opera House London
Les petits plaisirs du
Seicento
Les Passions
Orangerie de Rochemontès
La Donna del lago
G. Rossini
Metropolitan de New-York
Macbeth
G. Verdi
Metropolitan de New-York
Maurizio Pollini
De main de maître
La Traviata
G. Verdi
Opéra national de Paris
La Finta Giardiniera
W. A. Mozart
Opéra de Lille
Viva Verdi
The La Scala Concert
Riccardo Chailly
Les Parapluies de
Cherbourg
M. Legrand
Théâtre du Châtelet
Otello
G. Verdi
METde New York
Pavarotti Plus at the
Royal Albert Hall
20th Anniversary Edition
Guillaume Tell
G. Rossini
Festival de Pesaro
La Favorite
G. Donizetti
Théâtre du Capitole
Rigoletto
G. Verdi
MET New York
Les Vêpres siciliennes
G. Verdi
Royal Opera House
Dialogues des Carmélites
F. Poulenc
Théâtre Champs-Elysées
Hippolyte et Aricie
J.-P. Rameau
Opéra de Paris
Natalie Dessay
Michel Legrand
Entre elle et lui
Métamorphose Bach
Axel Arno, Edouard Ferlet
Maurice Salaün
Il trovatore
G. Verdi
Berlin
Maria Stuarda
G. Donizetti
Metropolitan Opera NY
Parsifal
R. Wagner
Metropolitan Opera NY
Le Comte Ory
G. Rossini
Opernhaus Zürich
Eugène Onéguine
P. I. Tchaïkovski
Metropolitan Opera NY
Faust
Ch. Gounod
Metropolitan Opera NY
Sleeping Beauty
P. I. Tchaïkovski
Ballet de Matthew Bourne
Live from Moscow
Anna Netrebko
Dmitri Hvorostovsky
Les Contes d'Hoffmann
J. Offenbach
Stéphane Denève
Der Ring des Nibelungen
R. Wagner
Metropolitan Opera
Adriana Lecouvreur
F. Cilea
The Royal Opera House
A. Gheorghiu, J. Kaufmann
L'Incoronazione di Poppea
C. Monteverdi
Le Concert d'Astrée
Emmanuelle Haïm
Königskinder
E. Humperdinck
Opernhaus Zürich
Zelmira
G. Rossini
Festival de Pesaro
Anna Bolena
G. Donizetti
Wiener Staatsoper
L'Aire du Dire
Pierre Jodlowski
 

 

DVD/ Maria Stuarda – Gaetano Donizetti / MET New York
     

La magie d’un spectacle

Composé entre Anna Bolena et Roberto Devereux, Maria Stuarda fait donc partie de cette trilogie des reines donizettiennes ressuscitées par Maria Callas, Joan Sutherland, Beverly Sills, Leyla Gencer et Montserrat Caballé. Ces rôles, d’une difficulté vocale et dramatique majeure, sont l’apanage d’une poignée de cantatrices par siècle. A-t-on aujourd’hui les carrures nécessaires, sur tous les plans, pour rendre justice à ces partitions créées par des légendes de l’art lyrique : Giuditta Pasta, Maria Malibran et Giuseppina Ronzi De Begnis ?

O

Anna Netrebko (voir Anna Bolena) est certainement celle dont les moyens musicaux, si ce n’est la vocalité, s’approcheraient au plus près de pareilles exigences de phrasé, de legato, de style, d’ambitus. La mezzo Joyce Di Donato (Maria Stuarda) se lance dans ce rôle de soprano lirico-spinto de manière, à l’évidence, trop téméraire. Quelques enregistrements récents nous dévoilaient un grave en perdition et un vibrato qui commençait à devenir encombrant. Confirmation hélas avec cette prise en direct sur la scène du MET du 19 janvier 2013. Alors, bien sûr, il est hors de question de passer sous silence l’immense styliste et musicienne qu’est cette Américaine, de même que la prodigieuse tragédienne incarnant ici à merveille cette reine vouée à la mort par ses trahisons et le sang qui ruisselle de ses mains.

Saluons au passage l’excellente prise de vue qui permet de côtoyer au plus près les intentions des chanteurs. Mais sans la magie de l’image, quelle serait notre réaction… ? A ses côtés, la soprano Elza van den Heever incarne une Elisabetta formidablement engagée, aux attitudes scéniques très masculines (?) mais vocalement assez au fait de sa partition, d’ailleurs habituellement distribuée aujourd’hui à une mezzo…  Matthew Polenzani en Robert n’a jamais fait rêver personne et les seconds rôles sont de bon niveau pour le MET.
La production, signée David McVicar, tient plus de la mise en place scrupuleuse, ce qui n’est déjà pas si mal, que d’une lecture approfondie, voire novatrice, de l’ouvrage. Mais peut-il en être autrement ? Les costumes somptueux s’inscrivent dans des décors simplissimes mais chargés de symbolique en termes de couleurs. Un dernier mot pour dire combien Maurizio Benini dirige ce spectacle d’une battue carrée laissant peu de place musicale à l’émotion.
Mais finalement, le professionnalisme, malgré tout, de la distribution, chœurs inclus, et le coup d’œil avisé du cameraman (j’y reviens !) sauvent le tout et gomment bien des imperfections coupables.

Robert Pénavayre

 

 

infos
 


« Maria Stuarda » de Gaetano Donizetti – ERATO - 1 DVD –

 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index