www.classicToulouse.com
Articles
 
Turandot
G. Puccini
Scala de Milan
New Year's concert 2017
Wiener Philharmoniker
Gustavo Dudamel
Andrea Chénier
U. Giordano
Royal Opera House London
Les petits plaisirs du
Seicento
Les Passions
Orangerie de Rochemontès
La Donna del lago
G. Rossini
Metropolitan de New-York
Macbeth
G. Verdi
Metropolitan de New-York
Maurizio Pollini
De main de maître
La Traviata
G. Verdi
Opéra national de Paris
La Finta Giardiniera
W. A. Mozart
Opéra de Lille
Viva Verdi
The La Scala Concert
Riccardo Chailly
Les Parapluies de
Cherbourg
M. Legrand
Théâtre du Châtelet
Otello
G. Verdi
METde New York
Pavarotti Plus at the
Royal Albert Hall
20th Anniversary Edition
Guillaume Tell
G. Rossini
Festival de Pesaro
La Favorite
G. Donizetti
Théâtre du Capitole
Rigoletto
G. Verdi
MET New York
Les Vêpres siciliennes
G. Verdi
Royal Opera House
Dialogues des Carmélites
F. Poulenc
Théâtre Champs-Elysées
Hippolyte et Aricie
J.-P. Rameau
Opéra de Paris
Natalie Dessay
Michel Legrand
Entre elle et lui
Métamorphose Bach
Axel Arno, Edouard Ferlet
Maurice Salaün
Il trovatore
G. Verdi
Berlin
Maria Stuarda
G. Donizetti
Metropolitan Opera NY
Parsifal
R. Wagner
Metropolitan Opera NY
Le Comte Ory
G. Rossini
Opernhaus Zürich
Eugène Onéguine
P. I. Tchaïkovski
Metropolitan Opera NY
Faust
Ch. Gounod
Metropolitan Opera NY
Sleeping Beauty
P. I. Tchaïkovski
Ballet de Matthew Bourne
Live from Moscow
Anna Netrebko
Dmitri Hvorostovsky
Les Contes d'Hoffmann
J. Offenbach
Stéphane Denève
Der Ring des Nibelungen
R. Wagner
Metropolitan Opera
Adriana Lecouvreur
F. Cilea
The Royal Opera House
A. Gheorghiu, J. Kaufmann
L'Incoronazione di Poppea
C. Monteverdi
Le Concert d'Astrée
Emmanuelle Haïm
Königskinder
E. Humperdinck
Opernhaus Zürich
Zelmira
G. Rossini
Festival de Pesaro
Anna Bolena
G. Donizetti
Wiener Staatsoper
L'Aire du Dire
Pierre Jodlowski
 

 

DVD/ Anna Bolena – Gaetano Donizetti – Evelino Pidò (Wiener Staatsoper)
     
COUP DE CŒUR    
     

Le choc des reines du bel canto

Capté en avril 2011 sur la scène du Wiener Staatsoper, le premier volet de la fameuse trilogie des reines donizettiennes (Anna Bolena, Maria Stuarda, Roberto Devereux) fait son entrée au répertoire de l’illustre maison. Créé en 1830 par un compositeur d’à peine 33 ans, cet ouvrage, si ce n’est ressuscité du moins marqué par Maria Callas au milieu du siècle dernier, requiert une distribution aux solides qualités stylistiques et techniques. C’est en grande partie le cas ici.
 

Le titre de cet opéra ne porte pas le nom de l’héroïne pour rien. En effet, le rôle d’Anna Bolena est littéralement terrifiant de longueur et de difficultés. D’ailleurs, l’ouvrage dure 3 h 15 et met à rude épreuve l’ensemble des participants. C’est la soprano autrichienne d’origine russe Anna Netrebko qui revêt à cette occasion et pour la première fois les habits de cette malheureuse décapitée à 29 ans. C’est une réussite que l’on est bien obligé d’admettre malgré les souvenirs plus ou moins récents dans nos oreilles de Callas, Gencer, Caballé ou Sutherland. La voix de cette cantatrice a pris, depuis quelques années, une couleur, un poids et une projection qui l’autorisent aujourd’hui à aborder ou envisager Tatiana (Eugène Onéguine), Léonore (Il Trovatore) et la Lady Macbeth de Verdi.

Pour l’heure, sa parfaite maîtrise des règles belcantistes en fait une interprète idéale pour le personnage de cette souveraine. A ses côtés la mezzo lettonne Elīna Garanča lui donne une somptueuse réplique. D’une beauté vertigineuse, cette cantatrice chante une Giovanna Seymour d’anthologie. Le velouté de sa voix, sa puissance de projection, la longueur d’un ambitus parfaitement homogène, un phrasé exemplaire, encore une fois toutes les qualités indispensables et encore plus sont ici au rendez-vous. Leur immense duo du deuxième acte est, évidemment, un monument. Enrico VIII à la fougue et l’engagement dramatique du baryton-basse italien Ildebrando D’Arcangelo. Si cet artiste remarquable se montre ici avare en nuances, comment ne pas tomber sous le charme d’un timbre magnifique et d’une parfaite ligne de chant qui s’épanouit surtout dans le medium et l’aigu, le registre grave, cependant sollicité par la partition, étant chez ce chanteur un peu plus confidentiel. Est-ce bien tout à fait la voix du rôle ? C’est aussi la question que l’on se pose avec le Percy du ténor italien Francesco Meli. Le rôle est épouvantablement aigu et nécessite de ce fait une maîtrise parfaite de ce registre. Dans le cas de cet artiste, dont les qualités de style sont indiscutables, n’y a-t-il pas une erreur de casting, car franchement quelques notes font frémir… La mezzo-soprano autrichienne Elisabeth Kulman (Smeton) complète avec talent cette distribution.
Si la mise en scène du niçois Eric Genovese semble paralysée par la présence des stars sur le plateau, somptueusement habillées par Luisa Spinatelli, elle laisse par contre une grande liberté à ces dernières pour mettre en valeur sans les mettre en danger leur splendeur vocale. C’est déjà pas mal. Est-ce suffisant pour rendre dramatiquement ce spectacle palpitant ? Clairement non. D’autant que Brian Large le filme avec un manque d’imagination paresseuse. C’est loin d’être le cas par contre de la direction incisive du maestro italien Evelino Pidò. C’est lui qui met en musique et porte à l’incandescence ce drame, alternant avec un bonheur sans mélange les moments extatiques (Al dolce guidami) et les cris de haine (Coppia iniqua), pour ne citer que ces deux exemples entièrement contenus dans la scène finale de l’opéra. Soulignons que les phalanges « maison » sont aussi un instrument de luxe dans le répertoire lyrique.

Robert Pénavayre

 

infos
 


« Anna Bolena » de Gaetano Donizetti – Réf : DGG n° 00440073 4725 – coffret 2 DVDs –
Prix Fnac : 26 €
 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index