www.classicToulouse.com
Articles
 
Benjamin Bernheim
Récital
J. S. Bach, F. Chopin
Influences
Laurence Oldak, piano
P. Burgan
Sphères, Le Lac, Vagues
L. van Beethoven
Quatuors à cordes
"Razumovsky" n° 7 et n° 8
Quatuor Ebène
H. Berlioz
Requiem
John Nelson, direction
Michael Fabiano
Verdi - Donizetti
G. B. Pergolesi, A. Scarlatti
Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
D. Chostakovitch
Les quinze symphonies
Dresdner Philharmonie
Michael Sanderling, dir.
Lise Davidsen
Philharmonia Orchestra
Esa-Pekka Salonen, dir.
Songbook
Jan Vogler, violoncelle
Ismo Eskelinen, guitare
The Ear of Christopher
Colombus
Huelgas Ensemble
Paul Van Nevel
Les éléments
Joël Suhubiette, direction
Iberia
F. Liszt, Liszt/Schubert
B. Bartók
Mūza Rubackytė, piano
Mettis String Quartet
Lithuanian Symphony
Orchestra
Les Sacqueboutiers
Voyage musical en
Nouvelle-Espagne
P. I. Tchaïkovski,
A. Dvořák
Renaud Capuçon, violon
Lahav Shani, piano
Kian Soltani, violoncelle
D. Chostakovitch
Artemis Quartet
Elisabeth Leonskaja, piano
H. Berlioz
The complete work
W. A. Mozart, J. Haydn
MozHayique
Yves Rechsteiner, orgue
Henri-Charles Caget,
percussions
R. Schumann
Musique pour violoncelle
Gautier Capuçon
F. Schubert - F. Liszt
De la valse à l'abîme
Mūza Rubackytė
J. S. Bach
Concertos pour claviers
D. Fray, E. Christien
A. Vigoureux, J. Rouvier
Ensemble à cordes de
l'Orchestre du Capitole
Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
Vent des Royaumes
P. Burgan
Les Spirituelles
Cantique des Cantiques
Méliades
G. P. Cima
Concerti Ecclesiastici
Les Sacqueboutiers
J. Adams
Leila Josefowicz, violon
David Robertson, direction
B. Bartók
Renaud Capuçon, violon
François-Xavier Roth, dir.
H. Berlioz
Les Troyens
Direction John Nelson
C. Debussy
The complete work
J. Reubke
Mūza Rubackytė, piano
Olivier Vernet, orgue
J. Brahms
Hélène Dautry, violoncelle
Sandra Chamoux, piano
F. Mendelssohn
Quatuor Arod
A. Berg & J. Brahms
Jérôme Comte, clarinette
Denis Pascal, Piano
G. F. Haendel
Philippe Jaroussky
Ensemble Artaserse
F. Schubert
Sonates D. 960 et D. 784
Denis Pascal, piano
G. Verdi
Aïda
Opéra de Rome
Georg Solti
F. Schubert - A. Dvořák
Münchner Philharmoniker
Sergiu Celibidache, dir.
 

 

Disques/CD / F. Schubert - Sonates D. 960 et D. 784 - Denis Pascal, piano
     

Schubert, le bout du chemin

Les dernières sonates pour piano de Franz Schubert représentent une sorte de concentré d’émotion qui atteint les limites de l’indicible, de l’inexprimable. Cet album qui réunit l’ultime opus, la Sonate n° 23 en si bémol majeur, et la Sonate n° 16 en la mineur, vient opportunément nous rappeler à quel point le monde de Schubert occupe une place à part. L’excellent pianiste Denis Pascal brosse de ces deux partitions un portrait profond et d’une touchante sincérité.

« Qu’importe si l’on s’endort en écoutant du Schubert, puisqu’on se réveille au ciel. » Cette citation d’Igor Stravinski, rappelée par le musicologue Michel Le Naour en exergue du livret de présentation de cet album, en dit long sur la fascination qu’exerce sur chacun de nous cette musique d’éternité.
La composition de la Sonate n° 23 D. 960 coïncide avec la mort de Beethoven. Schubert, qui vénérait son grand aîné, ne lui survivra qu’une seule année.

O

Une année passée dans une étrange frénésie de composition des plus grands chefs-d’œuvre laissés à la postérité. Si l’on en croit Schumann, cette ultime sonate reflète « l’expression de la résignation […] entrecoupée çà et là de quelques mouvements plus violents ». C’est bien ainsi que débute le vaste Molto moderato initial. Les nombreuses gravures de cette partition se distinguent par l’accent porté sur l’un ou l’autre des caractères évoqués par Schumann. Le jeu coloré, contrasté de Denis Pascal met bien en évidence cette dualité tragique entre résignation et révolte.

Il n’hésite pas à déployer toute la palette des nuances possibles. L’Andante se charge d’une émotion, d’une profondeur qui n’appartiennent qu’à Schubert. Le bref Scherzo ménage un saisissant contraste, la joie sans mélange après le déchirement du mouvement précédent. L’interprète confère au final, Allegro ma non troppo, cette ambigüité si caractéristique qui mêle énergie vitale et désespoir. La personnalité de cette vision confère tout son prix à cet enregistrement.
Même s’il est toujours délicat de lier le caractère d’une œuvre musicale aux circonstances de la vie de son compositeur, les premières mesures de la Sonate n° 16 D. 784 traduisent à l’évidence l’état dépressif de Schubert en cette année 1823. Denis Pascal s’investit totalement dans la détresse, la mélancolie de ce vaste Allegro giusto initial dont il souligne encore la cruauté. Il en exalte en outre le caractère vocal hérité du lied, si fréquent chez l’auteur du Winterreise. L’Andante quitte momentanément son évocation d’un apaisement passager pour s’enflammer dans une sorte de révolte inquiète. Si les premières notes du final Allegro vivace se chargent immédiatement d’une certaine anxiété, l’angoisse, la révolte reviennent vite au premier plan. L’interprète traduit avec vigueur et détermination cette fuite en avant. Jusqu’aux quatre accords conclusifs qui font froid dans le dos. Rarement Schubert s’est montré aussi tourmenté.
Un grand bravo à Denis Pascal pour l’originalité et l’intensité de son approche.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 17 novembre 2017

 

Infos
 


Schubert - Denis Pascal, piano - Sonates D. 960 et D. 784
Prix FNAC : 19,99 €

 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index