www.classicToulouse.com
Articles
 
H. Berlioz
Requiem
John Nelson, direction
Michael Fabiano
Verdi - Donizetti
G. B. Pergolesi, A. Scarlatti
Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
D. Chostakovitch
Les quinze symphonies
Dresdner Philharmonie
Michael Sanderling, dir.
Lise Davidsen
Philharmonia Orchestra
Esa-Pekka Salonen, dir.
Songbook
Jan Vogler, violoncelle
Ismo Eskelinen, guitare
The Ear of Christopher
Colombus
Huelgas Ensemble
Paul Van Nevel
Les éléments
Joël Suhubiette, direction
Iberia
F. Liszt, Liszt/Schubert
B. Bartók
Mūza Rubackytė, piano
Mettis String Quartet
Lithuanian Symphony
Orchestra
Les Sacqueboutiers
Voyage musical en
Nouvelle-Espagne
P. I. Tchaïkovski,
A. Dvořák
Renaud Capuçon, violon
Lahav Shani, piano
Kian Soltani, violoncelle
D. Chostakovitch
Artemis Quartet
Elisabeth Leonskaja, piano
H. Berlioz
The complete work
W. A. Mozart, J. Haydn
MozHayique
Yves Rechsteiner, orgue
Henri-Charles Caget,
percussions
R. Schumann
Musique pour violoncelle
Gautier Capuçon
F. Schubert - F. Liszt
De la valse à l'abîme
Mūza Rubackytė
J. S. Bach
Concertos pour claviers
D. Fray, E. Christien
A. Vigoureux, J. Rouvier
Ensemble à cordes de
l'Orchestre du Capitole
Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
Vent des Royaumes
P. Burgan
Les Spirituelles
Cantique des Cantiques
Méliades
G. P. Cima
Concerti Ecclesiastici
Les Sacqueboutiers
J. Adams
Leila Josefowicz, violon
David Robertson, direction
B. Bartók
Renaud Capuçon, violon
François-Xavier Roth, dir.
H. Berlioz
Les Troyens
Direction John Nelson
C. Debussy
The complete work
J. Reubke
Mūza Rubackytė, piano
Olivier Vernet, orgue
J. Brahms
Hélène Dautry, violoncelle
Sandra Chamoux, piano
F. Mendelssohn
Quatuor Arod
A. Berg & J. Brahms
Jérôme Comte, clarinette
Denis Pascal, piano
G. F. Haendel
Philippe Jaroussky
Ensemble Artaserse
F. Schubert
Sonates D. 960 et D. 784
Denis Pascal, piano
G. Verdi
Aïda
Opéra de Rome
Georg Solti
F. Schubert - A. Dvořák
Münchner Philharmoniker
Sergiu Celibidache, dir.
 

 

Disques/CD / F. Schubert - F. Liszt - De la valse à l'abîme
Mūza Rubackytė, piano
     

Touchant dialogue entre Schubert et Liszt

La grande pianiste lituanienne Mūza Rubackytė occupe une place privilégiée dans l’interprétation de la littérature pour clavier de Franz Liszt. Elle aborde ici le monde secret de Franz Schubert, essentiellement vu à travers le prisme de Liszt. Le virtuose hongrois s’est beaucoup intéressé à l’art du composteur du Voyage d’hiver et en a transcrit bon nombre de lieder dont Mūza Rubackytė fait ici son miel.

Comme le propose avec finesse Jean-Yves Bras dans le texte de présentation de cet album, Schubert et Liszt représentent deux faces opposées du monde musical, comme la lune pour l’un et le soleil pour l’autre. Schubert, l’introverti, et Liszt, le rayonnant, ont bien peu en commun Et pourtant, le virtuose flamboyant trouva dans l’œuvre de son sensible prédécesseur une matière musicale qu’il sut habilement transposer. C’est à ce dialogue étonnant que s’attache la pianiste dans ce programme original intitulé « De la valse à l’abîme ». Très intelligemment, l’œuvre spécifique qui ouvre cet itinéraire, si elle est signée du seul Liszt (la Valse-caprice Soirée de Vienne) est inspirée de Schubert.

O

La sonate du seul Schubert (n° 14 en la mineur) s’intègre parfaitement dans les transcriptions qui mêlent les deux compositeurs. Si la pianiste confère à chacun son caractère propre, des liens se tissent là entre ces deux pôles. Le vertige qui parcourt la Valse laisse en effet planer une certaine nostalgie que ne renierait pas Schubert lui-même.
Quant à la Sonate n° 14, l’inquiétude qui l’ouvre n’est pas éloignée d’une atmosphère à la « Voyage d’hiver ». L’interprète en souligne les silences éloquents et les demi-teintes expressives.

Sur les cinquante-huit lieder de Schubert que Liszt transcrivit, Mūza Rubackytė en a choisi onze parmi les plus intenses, les plus denses. On retrouve notamment avec bonheur les extatiques Du bist die Ruh et le fervent Ave Maria ainsi que le tragique Die junge Nonne dans le premier groupe. Le deuxième ensemble réunit le juvénile Gretchen am Spinnrade et l’angoissant Erlkönig. Il s’achève sur trois chefs-d’œuvre tragiques : Der Dopplegänger et Die Stadt (extraits du recueil Schwanengesang, Le Chant du cygne), et le glaçant Leiermann qui conclut le cycle du Winterreise (Voyage d’hiver). Sous les doigts expérimentés de la pianiste, ces transcriptions ne réduisent en rien les propos chantés et l’accompagnement de chaque lied. La ligne mélodique destinée par Schubert à la voix se fond avec art dans la partition initiale du clavier. On peut admirer là le respect absolu que Liszt et son interprète manifestent pour l’original.
Voici un beau panorama à explorer et revisiter.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 26 janvier 2019

 

Infos
 


Schubert-Liszt
De la valse à l'abîme
Mūza Rubackytė, piano
Lyrinx - LYR 280

 
 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index