www.classicToulouse.com
Articles
 
H. Berlioz
Requiem
John Nelson, direction
Michael Fabiano
Verdi - Donizetti
G. B. Pergolesi, A. Scarlatti
Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
D. Chostakovitch
Les quinze symphonies
Dresdner Philharmonie
Michael Sanderling, dir.
Lise Davidsen
Philharmonia Orchestra
Esa-Pekka Salonen, dir.
Songbook
Jan Vogler, violoncelle
Ismo Eskelinen, guitare
The Ear of Christopher
Colombus
Huelgas Ensemble
Paul Van Nevel
Les éléments
Joël Suhubiette, direction
Iberia
F. Liszt, Liszt/Schubert
B. Bartók
Mūza Rubackytė, piano
Mettis String Quartet
Lithuanian Symphony
Orchestra
Les Sacqueboutiers
Voyage musical en
Nouvelle-Espagne
P. I. Tchaïkovski,
A. Dvořák
Renaud Capuçon, violon
Lahav Shani, piano
Kian Soltani, violoncelle
D. Chostakovitch
Artemis Quartet
Elisabeth Leonskaja, piano
H. Berlioz
The complete work
W. A. Mozart, J. Haydn
MozHayique
Yves Rechsteiner, orgue
Henri-Charles Caget,
percussions
R. Schumann
Musique pour violoncelle
Gautier Capuçon
F. Schubert - F. Liszt
De la valse à l'abîme
Mūza Rubackytė
J. S. Bach
Concertos pour claviers
D. Fray, E. Christien
A. Vigoureux, J. Rouvier
Ensemble à cordes de
l'Orchestre du Capitole
Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
Vent des Royaumes
P. Burgan
Les Spirituelles
Cantique des Cantiques
Méliades
G. P. Cima
Concerti Ecclesiastici
Les Sacqueboutiers
J. Adams
Leila Josefowicz, violon
David Robertson, direction
B. Bartók
Renaud Capuçon, violon
François-Xavier Roth, dir.
H. Berlioz
Les Troyens
Direction John Nelson
C. Debussy
The complete work
J. Reubke
Mūza Rubackytė, piano
Olivier Vernet, orgue
J. Brahms
Hélène Dautry, violoncelle
Sandra Chamoux, piano
F. Mendelssohn
Quatuor Arod
A. Berg & J. Brahms
Jérôme Comte, clarinette
Denis Pascal, Piano
G. F. Haendel
Philippe Jaroussky
Ensemble Artaserse
F. Schubert
Sonates D. 960 et D. 784
Denis Pascal, piano
G. Verdi
Aïda
Opéra de Rome
Georg Solti
F. Schubert - A. Dvořák
Münchner Philharmoniker
Sergiu Celibidache, dir.
 

 

Disques/CD / Franz Schubert - Antonin Dvořák - Münchner Philharmoniker
Sergiu Celibidache, direction
     
COUP DE CŒUR
   

Légendaire

La plupart des enregistrements dirigés par Sergiu Celibidache sont des captations de concert, le grand chef roumain se montrant très réticent vis à vis des enregistrements de studio. Cette nouvelle parution, qui réunit deux des grands « tubes » du répertoire romantique vient opportunément rappeler la place à part qu’occupe Celibidache dans le panthéon des grands chefs du XXème siècle.

Né en 1912 à Roman, en Roumanie, le chef d’orchestre Sergiu Celibidache est décédé en 1996 à La Neuville-sur-Essonne, près de Pithiviers. Sa trajectoire professionnelle l’a amené à diriger les grandes phalanges symphoniques de l’Allemagne de l’immédiat après-guerre. Ainsi, il est nommé chef de la Philharmonie de Berlin en février 1946. A partir de 1947 il partage la direction de l'orchestre avec Wilhelm Furtwängler, auquel il voue un véritable culte, jusqu'à la mort de ce dernier, en 1954. Un lien spirituel et musical l’a attaché à ce chef légendaire.

O

Adepte d’une école de pensée proche du bouddhisme qui contestait que les mots ou le raisonnement puissent rendre la réalité accessible, il affirmait qu'un concert enregistré sur disque, ne pourrait jamais rendre la totalité de l'expérience et des « épiphénomènes » vécus lors d'un concert donné en salle... Il allait jusqu'à assimiler un enregistrement de studio à une nuit d'amour passée avec une photographie de Brigitte Bardot !
En février 1979, il dirige pour la première fois l'Orchestre Philharmonique de Munich et en devient le chef titulaire dès le mois de juin, jusqu'à sa mort.

Il fit de ce bel orchestre l'un des meilleurs ensembles au monde.
C’est à la tête de cette phalange qu’il dirigea les deux symphonies gravées ici et publiées par le propre label de l’Orchestre Philharmonique de Munich : la Symphonie n° 8 « Inachevée », de Schubert (enregistrée pour la radio en 1988) et la Symphonie n° 9 « Du Nouveau Monde », de Dvořák (1985). Dès les premières mesures de la symphonie de Dvořák, on est saisi par la profonde lenteur du tempo choisi. Celibidache qualifiait ce genre de tempo de « large » et non de lent. Et en effet, l’auditeur qui accepte de faire abstraction de ses habitudes d’écoute se trouve peu à peu fasciné par le contenu musical de cette démarche. Le tempo est lent, certes, mais ô combien rempli ! Un souffle légendaire anime les quatre volets de cette interprétation hors norme. Le Largo exerce une sorte d’hypnotisme et le Molto vivace brille de tous ses feux. Le très fameux final prend des dimensions épiques, héroïques.
Avec la Symphonie « Inachevée » de Schubert, le chef s’est probablement donné comme tâche d’explorer l’âme humaine. La beauté des phrasés, l’élégance d’un rubato orchestral qui lui tenait à cœur bâtissent une approche d’une profondeur rare. Les tempi s’avèrent ici assez proches de ceux auxquels nous sommes habitués. On redécouvre certains passages comme cette introduction de l’Andante con moto au contrechant consolateur.
L’Orchestre Philharmonique de Munich, totalement dévoué aux visions mystiques de son maître et gourou, rivalise ici avec les formations les plus prestigieuses de l’époque. A écouter absolument !

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 14 septembre 2017

 

Infos
 


Schubert - Symphonie
n° 8 "Inachevée"
Dvořák
- Symphonie
n° 9 "Du Nouveau Monde"
Münchner Philharmoniker
Sergiu Celibidache
MPHIL Archive
MPHIL 0004
Prix FNAC : 21 €

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index