www.classicToulouse.com
Articles
 
J. S. Bach
Suites pour violoncelle
Maitane Sebastián
H. Berlioz
La Damnation de Faust
John Nelson, direction
C. Nougaro
Autour de minuit
Chœur Archipels
Claire Suhubiette, direction
D. Chostakovitch
M. Weinberg
Quintettes avec piano
Mūza Rubackytė
Mettis String Quartet
T. L. de Victoria
Requiem
La Maîtrise de Toulouse
Les Sacqueboutiers
Benjamin Bernheim
Récital
J. S. Bach, F. Chopin
Influences
Laurence Oldak, piano
P. Burgan
Sphères, Le Lac, Vagues
L. van Beethoven
Quatuors à cordes
"Razumovsky" n° 7 et n° 8
Quatuor Ebène
H. Berlioz
Requiem
John Nelson, direction
Michael Fabiano
Verdi - Donizetti
G. B. Pergolesi, A. Scarlatti
Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
D. Chostakovitch
Les quinze symphonies
Dresdner Philharmonie
Michael Sanderling, dir.
Lise Davidsen
Philharmonia Orchestra
Esa-Pekka Salonen, dir.
Songbook
Jan Vogler, violoncelle
Ismo Eskelinen, guitare
The Ear of Christopher
Colombus
Huelgas Ensemble
Paul Van Nevel
Les éléments
Joël Suhubiette, direction
Iberia
F. Liszt, Liszt/Schubert
B. Bartók
Mūza Rubackytė, piano
Mettis String Quartet
Lithuanian Symphony
Orchestra
Les Sacqueboutiers
Voyage musical en
Nouvelle-Espagne
P. I. Tchaïkovski,
A. Dvořák
Renaud Capuçon, violon
Lahav Shani, piano
Kian Soltani, violoncelle
D. Chostakovitch
Artemis Quartet
Elisabeth Leonskaja, piano
H. Berlioz
The complete work
W. A. Mozart, J. Haydn
MozHayique
Yves Rechsteiner, orgue
Henri-Charles Caget,
percussions
R. Schumann
Musique pour violoncelle
Gautier Capuçon
F. Schubert - F. Liszt
De la valse à l'abîme
Mūza Rubackytė
J. S. Bach
Concertos pour claviers
D. Fray, E. Christien
A. Vigoureux, J. Rouvier
Ensemble à cordes de
l'Orchestre du Capitole
Les Passions
Jean-Marc Andrieu, dir.
Vent des Royaumes
P. Burgan
Les Spirituelles
Cantique des Cantiques
Méliades
G. P. Cima
Concerti Ecclesiastici
Les Sacqueboutiers
J. Adams
Leila Josefowicz, violon
David Robertson, direction
B. Bartók
Renaud Capuçon, violon
François-Xavier Roth, dir.
H. Berlioz
Les Troyens
Direction John Nelson
C. Debussy
The complete work
J. Reubke
Mūza Rubackytė, piano
Olivier Vernet, orgue
J. Brahms
Hélène Dautry, violoncelle
Sandra Chamoux, piano
F. Mendelssohn
Quatuor Arod
A. Berg & J. Brahms
Jérôme Comte, clarinette
Denis Pascal, Piano
G. F. Haendel
Philippe Jaroussky
Ensemble Artaserse
F. Schubert
Sonates D. 960 et D. 784
Denis Pascal, piano
G. Verdi
Aïda
Opéra de Rome
Georg Solti
F. Schubert - A. Dvořák
Münchner Philharmoniker
Sergiu Celibidache, dir.
 

 

Disques/CD / Requiem - Musiques pour les funérailles royales espagnoles
-
La Maîtrise de Toulouse, Les Sacqueboutiers -
     
COUP DE CŒUR
   
     

Somptueuse résurrection

Dans cette récente parution, la Maîtrise du Conservatoire de Toulouse et l’ensemble de cuivres anciens de Toulouse Les Sacqueboutiers, sous la direction de Mark Opstad, ressuscitent la plus envoutante des musiques qui soient. Cette nouvelle création intitulée « Musiques pour les funérailles royales espagnoles » réunit autour du légendaire Requiem de Tomás Luis de Victoria (Officium Defunctorum, datant de 1605) un ensemble de pièces vocales et instrumentales destinées aux funérailles royales espagnoles de la fin du Siècle d’Or. Une heure pleine d’une intense et rare musicalité.

Donné en concert le 9 avril 2019 en l’église des Augustins de Toulouse, ce programme musical à la fois original et précieux avait suscité l’enthousiasme du public. Il s’agissait alors de redécouvrir le Requiem du grand compositeur espagnol Tomás Luis de Victoria (1548-1611) dans une version complète associant aux voix d’enfants et d’adultes l’ensemble instrumental requis à l’époque. Considéré comme l’une des plus belles compositions de son auteur, cette « Missa Pro Defunctis », habilement présentée et commentée par Philippe Canguilhem dans le livret, est aussi l’une des dernières grandes œuvres du style polyphonique sacré de la Renaissance. Sous son austérité raffinée s’exprime une conviction passionnée. Elle brille d’une ferveur extraordinaire, dans une atmosphère musicale et spirituelle qui reste sereine et adaptée aux exigences liturgiques. Cette Messe est la dernière œuvre connue de Tomás Luis de Victoria. Ses beautés justifient la fascination qu’elle exerce depuis sa création en 1603 pour les obsèques de l’impératrice Marie d’Autriche.

O

La succession des ordinaires liturgiques traditionnels donne naissance à un véritable arc-en-ciel de couleurs vocales stratégiquement soutenues par un beau déploiement instrumental. L’émotion nait d’une ferveur palpable et admirablement maîtrisés sous la direction précise et efficace de Mark Opstad.
Niché au cœur de ce programme fascinant, cet Office des morts est précédé et suivi de quelques motets de la même veine, pour certains antérieurs au Requiem, pour d’autres ouvrant la voie à la période baroque.

Deux pièces purement instrumentales s’insèrent dans un corpus de partitions dont certaines sont destinées aux voix seules, d’autres à la réunion des deux ensembles. Avec « Commisa mea pavesco », de Manuel Correa et « O sacrum convivium », de Tomas Luis de Victoria, Les Sacqueboutiers témoignent une fois de plus de leur profonde connaissance de leur bel instrumentarium, ainsi que de leur familiarité avec un répertoire dont ils savent restituer la finesse, les couleurs, la spiritualité. C’est une atmosphère recueillie et intense qui caractérise ces deux pièces, totalement dans l’esprit de l’ensemble de ce programme.
Toutes les autres partitions mettent en évidence les qualités exceptionnelles d’un ensemble vocal dont l’effectif dépasse ici la cinquantaine : enfants et adultes réunis. La Maîtrise de Toulouse, créée en 2006 au sein du Conservatoire de Toulouse sous la direction de Mark Opstad, est devenue l’une des structures maîtrisiennes les plus accomplies. On est ici fasciné par la qualité des timbres de chaque registre, la cohésion de l’ensemble, l’ampleur d’une dynamique parfaitement adaptée aux œuvres abordées, musiques de l’esprit, de la réflexion, de la méditation.
Les grands compositeurs de ces temps de transition, Francisco Guerrero, Miguel Juan Marqués, Alfonso Lobo, s’imprègnent de la richesse polyphonique de la Renaissance et du Siècle d’or espagnol. Les deux dernières œuvres inscrites au programme, le « Libera me » de Mateo Romero et « Taedet animam meam », de Carlos Patiño, annoncent déjà la naissance du style baroque et de ses développements futurs.
Cette splendide résurrection est à marquer d’une pierre blanche.

Serge Chauzy
Article mis en ligne le 10 décembre 2019

 

Infos
 


Requiem - Musiques pour les funérailles royales espagnoles
Album REGENT
Réf. REGCD551
Enr. 2019

 

 

copyright © 2007
www.classictoulouse.com
- tous droits réservés -
infos légales

 

 

 

entretiens - festivals - concerts - danse - opéra - disques - dvd - partenaires - contacts - liens - index